Défi n° 241 proposé par Lénaïg pour Les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

Lénaïg a dit : « Nous choisirons chacun(e) un tableau célèbre, si possible l’un des 22 exposés dans l’article joint, ICI, et dans un petit texte en prose ou en vers nous devrons l’évoquer sans le nommer, donc le faire deviner. Pour corser le défi, nous devrons glisser dans notre présentation au moins l’un des mots suivants (ou tous) :
chaise-longue, oiseau,
arrosoir
..................................................................................................................
la solution apparaitra en image, mercredi.
.......................................................................................


Il ne pleut pas.
Ici s'il pleuvait, pour sûr il tomberait des hallebardes.
Des lames si drues qu'elles feraient craindre pour la chilienne en toile de l'étrangère d'à côté.
De loin, j'observe cette oisive qui chaque jour fait chaise longue, harassée d'avoir promené un quart d'arrosoir au- dessus de ses rosiers.
Parlons-en de ses rosiers ! Des sauvageons exubérants qui parasitent une terre fertile et grasse...
Fichtre, quel gâchis.
Elles les laisse vivre sans contraintes, coiffés à la diable, comme "elle". Ne sait-elle qu'une dame qui se respecte rattroupe sa chevelure, la noue, la discipline, ne tolère que l'échappée maigrichonne discrète d'une unique mèche ? 
"Elle" le sait et pourtant ostensiblement s'en moque.
J' envie tellement sa liberté. Je la déteste.
Savez-vous qu'elle converse avec ses rosiers - n'a-t-elle rien à faire de plus utile ?
Planquée derrière les larmes roides de mon rideau, je la guette. Désinvolte, elle gâche son temps à virevolter dans son fouillis de verdure. Elle pépie comme un oiseau, elle fait des ronrons à ses roses pompons.
Foutaise !
Qui, par ici oserait se ridiculiser en parlant aux fleurs ? Elle.
Qui, par chez nous se risquerait à roucouler des compliments aux boutons de roses ? Elle.
Qui se permettrait de manquer de décence ? Elle encore. Pour preuve cet oripeau vaporeux bleu azur qui flotte sur ses épaules, est-ce de la bienséance pour cette veuve d'à peine cinq années ?
Je jalouse son inconvenance. J'exècre son mépris des contraintes.

Lui, le regard fixe, ne dit mot.
Il ne semble accorder aucun intérêt à cette voisine.
Pourtant, sa carcasse sévère, grave et immobile n'est que mensonge, son en - dedans sait tout de ses ces grasses terres mitoyennes.
Il les désire, s'imagine les ceinturer, les dompter - en planches de choux raves tirées au cordeau - les mater - en chicorées rectilignes et amères.
Un jour il les apprivoisera, il le sait. Elles lui appartiendront.
Personne d'autre que lui ne les approchera, il l'interdit.
Il est patient, calme, déterminé.
Les yeux grands ouverts, il veille.
Il ne craint rien, il est paré.

-----------------------------------------------

Voir tous les tableaux ici.
 

Publié dans Défis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Je pense aussi à American Gothic de Grand Wood. Je ne pense pas qu'il a gagné à "L'amour est dans le pré" celui-là mdr!!!
Encore une fois bravo pour votre imagination, j'attends maintenant l'illustration du tableau par François hihi!!!
Bises les Cabardouche.
Répondre
Mais vous pensez bien madame Dim Dom il s'agit bien du tableau de Grant Wood dont Marie a su décrire la psychologie. Les candidats à l'Amour est dans le pré sont parfois imprévisibles et ces deux là pourraient y figurer . Bises de nous deux .
L
Ah mince ! La voisine folâtre me rappelle celle qui est nue dans "le déjeuner sur l'herbe" de Manet et le côté rigide, psychotique de l'homme celui en couple dans "American Gothic" de Grant Wood ??? Je me demande si Marie nous a pas fait un mixage des deux ??? Prenant un personnage de l'un et un personnage de l'autre ? Et peut être même en évoquant "Mignonne, allons voir si la rose...." de Ronsart ? Je l'en crois capable, tout ça pour nous dérouter terriblement.....
Il faut voter ? mouaah ! Le vilain couple de Wood qui reluque la volupté nue de Manet... avec circonspection et aigreur.... C'est mon dernier mot ! Hihihi !
Mille bisous à vous deux... J'adore et le dessin et l'énigme ....
Répondre
Maiiis on avait dit un seul tableau ! La richesse des descriptions de Marie peuvent concerner plusieurs personnages mais son étude de caractère ne laisse aucun doute sur l'identité des acteurs. Ils en sont pas si vilains les Wood, ils sont juste austères ! Merci beaucoup pour votre joyeux commentaire. Bises de nous deux.
M
MERCI MERCI à vous toutes qui avez proposé des titres de tableaux.
MERCREDI vous saurez tout !
Les Cabardouche vous souhaitent une bonne soirée.
Répondre
C
Je dis : American Gothic Grant Wood !!! Bravo et bonne poursuite de ce lundi à vous deux !
Répondre
Et votre idée est la bonne, bravo ! Amicales pensées des Cabardouche.
C
j'avoue être très indécise mais le déjeuner sur l'herbe me convient bien "la belle dame désinvolte virevolte dans son fouillis de verdure" ! Aucun intérêt pour cette voisine !
Attendons mercredi , ce sera la surprise, bonne soirée et bises très fraîches voici quelques jours
Répondre
J
Gant Wood, bien sûr ,-) Un couple austère, ça ne rigole pas tous les jours !!
Répondre
Eh oui madame Bill, vous avez vu juste, c'est un couple austère mais qui ne manque pas de piquants ... bises de nous deux.
Q
J'hésite entre deux tableaux... alors, bien sûr, j'attends la solution. :)
Répondre
J
Aîe ! pas facile ces gens là et ce vieux grincheux menaçant... quelle ambiance gothique !
ainsi c'est la voisine ? elle ferait bien de sourire un peu ...
pas un rigolo ce Grant Wood,
je préfère les dessin de François et les mots de Marie pour nous sortir de la morosité qui nous envahit.
Grand bravo
Bonne quinzaine sans bises mais bien amicalement
Répondre
Bravo vous avez parfaitement compris le texte de Marie qui s'est appliquée à dresser un portrait intérieur un peu moins rigide. L’austérité des personnages voile des pensées bien plus complexes. Bonne fin de semaine Josette, amitiés des Cabardouche.
J
Je pense à American Gothic de Grant Wood , ce couple aux allures des plus rigoristes pour qui tout semble régi par un ordre qu'on ne peut transgresser ..
J'ai bien aimé cette façon de rentrer dans leur moi profond et de trouver la faille de l'homme , bravo
Bonne journée
Bises
Répondre
Merci pour votre visite et la finesse de votre lecture, c'est exactement ce que Marie voulait faire passer. En dressant un portrait intérieur de ces personnages en apparence rigide, on entre dans leur intimité et le tableau prend de l'épaisseur .
Bises de nous deux .
M
Je n'ai pas le temps d'aller voir les tableaux mais j'ai beaucoup aimé le texte et le dessin. Merci beaucoup. Belle semaine
Répondre
Vous prendrez le temps de les visiter plus tard. Merci pour votre visite et votre plaisir de lecture , belle semaine à vous .
Z
Pas facile votre affaire les Cabardouche, mais je me rallie à la proposition de Jill " ce déjeuner sur l'herbe d'Edouard Manet". Un peu provocation pour l"époque, non ???? Manet prend un malin plaisir à dépeindre les mœurs contemporaines dans un mélange de portrait, nature morte et paysage. Bises et bonne semaine
Répondre
Le déjeuner sur l'herbe est une peinture effectivement étonnante, on se demande encore pourquoi cette dame a perdu tous ses vêtements et ne semble pas trop s'en soucier.
Mais Marie voulait décrire le dialogue intérieur de ce couple à l'apparence singulière dont la fourche a quelque chose de mystérieux ...
Bises de nous deux .
J
Ah pas si simple que cela... mais je vais dire "Le Déjeuner sur l'herbe par Eduard Manet" ;-) Bon lundi François et Marie, bises
Répondre