Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les images de Marie

Publié le par François & Marie

Marie sait découvrir, dans le petit peuple qui habite son pré, des images insolites qui échappent à ces messieurs-dames de la ville, trop pressés pour remarquer  ces jolis cadeaux du quotidien.

Heureusement Marie veille....

Hommage à l'automne naissant: "Roses d'antan"

 

Pioupioutage

Les coings-coings

Partager cet article

Repost0

Défi n°208 proposé par Jill Bill pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

..................................................................................................................................................

" Clamez votre innocence dans une affaire mal barrée pour vous..."

Trois mots imposés : St Frusquin, échafauder, alcades.

..................................................................................................................................................

- Prévenu, levez-vous.

La voix de stentor du magistrat fit vibrer le silence du Tribunal.

- Euh, je suis déjà debout, vu qu'on ne m'a pas donné de quoi poser mon postérieur, Votre Honneur.

- Ne dites pas "Votre Honneur" mais "Monsieur le Juge", je vous prie.

- Bien enregistré, Monsieur le Jugejevousprie.

Le regard de l'homme de loi se fit perçant sous la broussaille des sourcils.

- Prévenu, veuillez décliner votre identité.

- AH , Alejan-dro, Alexan-der, Ales-sandro, Mon-sieur le pré-sident, articula dis-tincte-ment ledit prévenu.

- " Monsieur le Juge ". On dit Monsieur le Juge et non "Monsieur le président", rectifia en soupirant Monsieur le Juge.

- Euh voui Monsieur le pr Juge.

- Prévenu, veuillez me stipuler à nouveau votre patronyme.

- Stimuler mon patronyme ? euh... ? Monsieur le pré Juge ?

- Oui ... PRÉCISER votre NOM DE FAMILLE,  c'est clair, non ? s'agita le juge de paix dont la paix intérieure commençait à s'écorner.

- AH, Monsieur le prési Juge.

- AH ? pourquoi dites-vous "AH" ? Avez-vous compris ma question ?

- Voui Monsieur le presid Juge, je comprends que vous me demandez de simuler le nom de ma famille patronyme.

- On dit "ou-i" et non pa "vou-i", s'irrite l'alcade en agitant sa large manche d'alcade d'où pointe un index d'alcade. Allez-vous vous décider à répondre à ma question ! Comment vous appelez-vous ! (scregneugneu)

Des perles de sueur embuèrent le front du prévenu. Il venait de commettre une bourde en échauffant la bile de son investigateur.

Son voisin de dortoir, habitué aux ors du Palais (de justice) l'avait pourtant bien coatché : fais gaffe mec, t'es mal barré, n'aggrave pas ton cas, réponds clairement aux questions, ne mets pas les mains dans tes poches (qu'il avait cousues pour éviter le geste réflexe), vide - les de leur inutile St Frusquin, sois pré-sen-table, rabats à la brillantine le caquet de tes épis capillaires; ne t'asperge pas de sent - bon, ton écœurante gomina y pourvoira. N'énerve pas le Juge, ne nie pas les accusations, n'en rajoute pas non plus, histoire de te faire mousser.

Ce conseilleur en pyjama (rayé) était un sage. Il l'avait convaincu : il allait faire son mea culpa, il avait même échafaudé le projet d'y adjoindre deux Pater et deux Avé, censés lui éviter la guillotine.

- Prévenu, RÉPONDEZ !

- AH. Mon patronyme de famille stipulé est "AH", Monsieur le préside juge.

- Ah ! c'est AH... ah ?... s'étonna le juge. Et votre prénom ? C'est Alexandre en triple exemplaire ?

- Oui Monsieur le présiden Juge. Mes parents se sont connus autour d'une macédoine de légumes - ils en ont toujours été friands. Comme ils avaient de l'ambition pour moi, ils me rêvaient empereur... ouais, ni plombier, ni ministre, simplement Empereur. En toute logique, ce serait Empereur de Macédoine, comme Alexandre Le Grand, d'où mon prénom. C'est tout simple.

- Quelle raison les a amenés à vous doter d'une triplette d'Alexandre ? s'inquiéta l'alcade à la robe vermillon qui se cala dans le velours vermillon de son fauteuil d'alcade vermillon.

- C'est limpide, Monsieur le Juge-président, s'ils m'ont doté c'est parce qu'ils n'ont pas voulu faire de jaloux : mon père est Espagnol, ma mère Anglaise et notre voisin de palier, Italien, d'où Alejandro-Alexander-Alessandro.

- Han han... han, han... réflexionna le juge vermillon qui reprit.

- Énumérer tous ces Alexandre me paraît un exercice fastidieux, si vous le permettez, je vais m'en tenir aux initiales. Donc, AAA AH...

- Ah ah ah ah ! s'esclaffèrent poliment en écho, le greffier en chef, grand dégingandé au teint bistre, le stagiaire judiciaire, bigleux lèche-bottes boutonneux, l'apprentie greffière bonne fille ronde et pas fière et le technicien de surface, emblousé de vert de gris, occupé à fourbir au Miror la balance justicière. Ah ah ah ah !

- Suffit ! tonna l'alcade, menaçant l'assistance de sa canne d'alcade vermillon au pommeau vermillon d'argent. Son regard de braise les tint en joue tandis qu'il allait tester son autorité. Votre cas est gravissime AAA AH (onc ne pipa.), les chefs d'accusation vous concernant sont les suivants : VOLS, j'ai bien dit VOLS z'au pluriel AAA AH (s'il y avait eu une mouche, on l'eut entendue voler, hélas il n'y avait pas de mouche... jamais là quand on en a besoin...). Je m'en vais les énumérer. Levez-vous AAA AH (pas de couac, tous se tinrent cois).

- Bin, excusez-moi de vous demander pardon Votre St Siège, je vous rerépète que j'suis debout, puisque je n'ai pas de siège.

- Gnin... "Monsieur le Juge"... bref. Je fais lecture. Chef d'accusation premier :       " Le sieur AAA AH a dérobé une précieuse clé à une fermière."

- Ça n'était que la CLÉ DES CHAMPS ! Je milite pour la libération des sauterelles et des coccinelles, Monsieur le Jugebref.

- Chef d'accusation deuxième : " Le sieur AAA AH a volé douze bidons d'huile." (du coin de l'œil l'homme de robe s'assura que personne ne se bidonnait.)

- La dose D'HUILE DE COUDE à appliquer d'urgence à une foultitude de feignants et feignasses, Monsieur le....

- Chef d'accusation troisième : " Le sieur AAA AH a subtilisé quatre boites légères comme plumes."

- Quatre boîtes de petites bulles ! des jolies BULLES POUR NIVEAU À BULLES. Fallait bien que quelqu'un s'inquiète enfin du sort de la tour de Pise, M'sieur le...

- Chef d'accusation quatrième : " Le sieur AAA AH a chouravé un marteau, une échelle et, plus ébaubissant encore, une boite de trous..."

-  J'essplique : sur les coups de midi, un jour d'août, mon poteau le cuistot s'est trouvé bougrement ébaubi, lui aussi, lorsque, tel un typhon, des touristes japonais ont débarqué dans sa guinguette au stade ultime de l'hypoglycémie tourbillonnante. Il y avait urgence vitale à lui venir en aide. Je n'ai fait que lui dégoter un MARTEAU À CLOUS DE GIROFLE (si bons dans sa blanquette) et une ÉCHELLE À MONTER LES BLANCS D'ŒUFS destinés à une superbe île flottante, sorte de madeleine-doudou pour ces insulaires affamés. Vous auriez fait la même chose pour un de votre pote, Mons'...

- Mouai... Et la boite de trous AAA AH ?

- Votre Seigneurie, comme on n'a pas manqué de vous l'apprendre sur les bancs de la Fac de Droit, le vermicelle japonais est d'un diamètre différent de celui de nos vermicelles vermisseaux, j'ai donc amicalement procuré à mon ami marmiton un assortiment de TROUS DE RECHANGE POUR SES PASSOIRES.

-  Chef d'accusation cinquième : Le sieur AAA AH, a chapardé... ah ! ah ! ah ! DE LA PEINTURE À PEINDRE DE L'ÉCOSSAIS." Ah ! ah ! ah ! ah! ah !... Bin quoi ? Ça ne vous fait pas marrer la peinture à peindre en écossais ? ah ! ah ! ah ! ah  !

- Ahahahah ! Ahahahh ! s'exclama enfin l'assistance qui était dure de la comprenette.

- Après une longue délibération instantanée entre moi-même et moi aussi, nous avons décidé d' ACQUITTER le sieur AAA AH qui nous a bien dilaté la rate, déclara haut et fort le Juge magnanime (Ernest, dit Nènèss' pour les intimes).

L'assistance porta en triomphe l'amnistié.

Nènèss ', le vieil alcade fatigué rentra à petits pas retrouver sa pipe, ses chaussons et ses chats. Avant de s'enrouler dans son plaid écossais élimé, il le considéra un instant et gloussa  " Hihi ! cher vieux tartan, ça te dirait d'être repeint, un d' ces jours ? ".

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Défi n° 207 proposé par DOMI, Amiral de la Communauté des CROQUEURS DE MOTS

Publié le par François & Marie

 

............................................................................................................................................

 

                           AVISSS À LA POPULATION !

           DOMI, NOTRE AMIRAL, qui tient la barre du fier navire 

           DES CROQUEURS DE MOTS

           RECRUTE DES MOUSSAILLONS !

           VENEZ REJOINDRE L'ÉQUIPAGE !

Ève et son Adam jadis croquèrent la pomme,

tandis que Léonard nous croquait sa Joconde

et le grand loup méchant, le rouge chaperon.

ICI, NOUS, AVEC DÉLICES, NOUS CROQUONS LES MOTS !

                                  VENEZ !

                   

http://croqueursdemots.apln-blog.fr/

 

 

Partager cet article

Repost0

C'est la rentrée

Publié le par François & Marie

.

 

Partager cet article

Repost0