Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Défi n° 215 proposé par ABC " JARDIN DES MOTS" pour les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

.......................................................................................

" QUI SUIS-JE ? "

Écrire une phrase qui parle de vous, sans vous décrire mais à travers laquelle ceux qui vous connaissent, à coup sûr, vous reconnaîtront.

..................................................................................................

" Solitaire en chemins creux, à l'aise sous les lustres - tourments masqués d'un sourire fort civil - impatiente mais endurante, enthousiaste et nostalgique, je débusque les petits riens, vénère les velours, les douceurs cacaotées, la prose et les bulles en vers verre... fin."

 

Partager cet article

Repost0

Défi n°214 proposé par Fanfan pour les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

...............................................................

- Vous allez écrire une lettre pour demander un emploi (sorte de lettre de motivation) en prose, en vers, en image, comme vous voulez. Mais il faudra convaincre votre futur employeur.

- Dans cette lettre, il faudra  "incorporer" des titres de chansons de Charles Aznavour.

. Voici les titres (à utiliser dans n'importe quel ordre )

Il faut savoir
La bohème

Non, je n'ai rien oublié
Hier encore 
Les plaisirs démodés

Je m' voyais déjà
Comme ils disent
Tu t' laisses aller
Viens pleurer au creux de mon épaule
La mamma.

....................................................

 

                 Madame, Monsieur les proposeurs d'emplois,

                              Non je n'ai rien oublié des formules ampoulées consacrées, c'est pourquoi je sollicite de votre haute bienveillance un examen indulgent de ma candidature à tous postes allégés à pourvoir.

Hier encore je me disais, la mamma, il faut savoir comment tu envisages ton avenir. La bohème, en pagne et tongs sous la yourte, sacrifiant en dilettante aux plaisirs démodés du macramé crocheté, est dépassée. Il serait urgent de choisir entre survivre de l'air du temps ou décrocher sans conviction  un mini emploi.

                                    Pour l'avoir expérimenté, je sais qu'il ne sert à rien de pleurer au creux de mon épaule; ça contorsionne grave les cervicales de la nuque de mon cou, ça détrempe le coton de mon tee shirt fluo et provoque des auréoles disgracieuses - la voisine en ricana et se mit à claironner " eh la nana, tu t' laisses aller ou bien ? "- Cette réflexion peu valorisante fut le déclic, il était temps que je mette les points sur les virgules, j'ai pris ma plume bic pour, comme ils disent, vous prouver ma motivation.

                                       L'adaptabilité est ma principale vertu. Il y a vingt ans, lorsque je songeai mollement et fugacement à rechercher un travail, je m' voyais déjà disposée à approcher d'assez loin des emplois instables variés, fugaces non routiniers, capables d'offrir, contre généreuse rémunération, des occupations allégées conduisant à une retraite pépère plénitude aboutie.

                                         Permettez moi, Madame, Monsieur de vous les citer chronologiquement. Désembouleur de sapins de Noël, prêteur de joues pour bises du nouvel an, délayeur de grumeaux crêpeux du Mardi Gras, accrocheur de poissons au pardessus des prétentieux, trieur de brins de muguet aux treize clochettes porte-bonheurs, puis, pour le restant de mai, faiseur de ce qu'il plaît (prolonger cette dernière tâche très ardue en juin, juillet, août, septembre et en octobre aussi), reprendre du service mi - novembre en déchrysanthèmeur de cimetières. 

                                              Persuadée que vous aurez hâte de me rencontrer en tant que prototype humain de malléabilité et de plasticité, rapido - presto, dare - dare, magnez-vous, j'ai besoin d' sous, veuillez agréer, Madame, Monsieur mes salutations distinguées. Big bisous.

 

Partager cet article

Repost0