Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Paroles de Lapin

Publié le par François & Marie

lapins.jpg- Où en étions-nous, dit la lapine, ah oui ! mon clapier est vaste, bien orienté, un double grillage le protège. Ma litière est confortable.
    La fermière m'a gâtée de pissenlits croquants, elle a deviné... : mes lapereaux sont nés cette nuit! Elle sait qu'elle ne doit pas y toucher. (je peux renoncer à mes petits nus et aveugles s'ils sentent l'humain.) Elle m'a parlé doucement (sûrement avec des mots gentils de fermière). Lorsqu'elle a vu palpiter le nid de fourrure légère comme de la buée où ils sont enfouis bien au chaud, je crois qu'elle avait l'air content. Je n'ai pas bien suivi, je grignotais avec délice!
   
Ils grandiront vite.Lapinstel.jpg
    
    Il y aura des moments de jeux avec les enfants de la maison. Je serai stricte et taperai très fort "de la patte" 
si ces garnements ne respectent pas les règles :ne pas toucher à mes lapinous avant qu'ils soient des ados de trois semaines! Ne pas les tenir par les oreilles mais par la nuque, ce ne sont pas des peluches, non mais! Il y aura des jours de canicule où je les tirerai de leur sieste pour les guider jusqu'à l'abreuvoir. Le manque d'eau peut être fatal à un lapin...
    
     Il y aura des moments de frayeur 
quand une fouine nous menacera à travers le double grillageJe protégerai ma marmaille en la poussant tout au fond du clapier. Je couinerai, glapirai, ferai tant de ramdam et de tam -tam que la prédatrice s'enfuira bredouille. (ouf!)

   Il y aura au menu de certains dimanches du civet aux croûtons aillés...
  
   Il y aura des mardis où la fermière fera dix kilomètres à vélo pour aller vendre sous un marché couvert des oeufs, des poules et... des lapins.
    Il y aura un vilain bonhomme qui criera "Peaux de lapins, pôôôô..."en agitant des clochettes et en tirant une vieille charrette. La fermière dépendra des peaux raidies autour de leurs manchons de paille (souvenez-vous des civets du dimanche...) elle en récoltera quelques piécettes qui réjouiront les enfants (ceux- là même qui joueront avec mes lapereaux) et alourdiront leurs tirelires.
     On appelle ça "une vie de lapin fermier"... Mais où en étions nous ?ah oui : les pissenlits... délicieux,
vraiment!
      lapin2.jpg
L'avou sque j'en èto?
J'su prou bien din mè lépiniéres d'aveu d'la boune peille ape in grillaige qu'm'en y faut.
La fone du meix vin d'me bailli du nan-nan: dè grugnots! Ill savo ben qu'jalo lapini c'ta nè. Ill a r'gaidjé lè pouais-foulots lavou mes ptchiots san nano,sin ren touchi (ill saye qui faut point fornailli).Ill causot gentite, j'crais ben qu'ill freguillot un pcho!
Mes ptchiots è van grandi, è van avouair'ène vie d'lèpins! 
E juèrant d'aveu lè bessots du meix (j'taqu'rai d'la patte si è lè preniant pou lè arayes !).
E ubieurant point d'bouaire si fai chaud (in lèpin pourro  meuri si el a point prou d'aigue.) 
E z'èront pô quan èn' béte vindra pou no saigni (mais j's'rai ique pou me r'varper,fére du bru,trac'maler) ape y s'ra li qu'èra pô! 
Y'en èra que d'vindront râgout d'lèpin ,l'je du Seigneur...
Y en èra qu's'ront escarbillis lè madjis d'fouaire...
Y en èra qu'vont fini dans la carioule de c'tu que cheupe :"Pô d' lépins ,pôôôô"...
Y è san ène vie d'lèpin...
L'avou sque j'en èto?...lè grugnots: du nan-nan vré de vré j'vo dit!
 

Publié dans Souvenirs

Partager cet article

Repost0

LA VOUAILLA.

Publié le par François & Marie

  
   I sint l' gris pin èpeuces. I èst l' gran-pére qu' feum' san bouffârde en li-ant tou fô l' journau d' ique.
   Dès grands avans que siardant l'ére. L'pére, l'hivâ darnié avo tailli lè avanchers, è z'ont trempouilli qu'i en finissot point, ap'ès z'ont sochi quan y fiot du soulè. C't'hiva è lè maille, è viou fére dè mânnes pou lè poummes-è-tarre ape pou rintri l' bô. I li faut renque in cutè, in pouçon ape sès mins.
   D'aveu quêtre aig-euilles la gran-mére, l' métou l' Mongris su lès g'noux, qu'mensse dès choussons è gueurge pou' rèchauder lès pis dins lès sèbouts.
   La mére sô l'lusot qu' monte à pe qu'besse pou vouair quiâ pou r'mander sès chausses d'aveu èn' û. Fènette, la ptchiote cheine, dreume su' sès pids, ille sèt bin qui va point deurer,  qu'ille va fini la nai dins la peille d' la gringe.
   I'a in vioux journau su' la touèle ciria. Les ptchiots peinturant d'aveu la gouèche yeutès qué-hiers d' Noué. Es sant in biaude in pilou, ès pouvant vouailli in pchô, y'é mècredi sè (è vont point chu l'instruisou l' judi).
   La bouillotte zainzaine su l' fu que qui-aire un ptchô fô d'aveu lé bise que s'a l' via.
I'ést prèsqu' hui' heurs du sai, faudrot brinchi l'TSF pou la f'mille Deuraton ! Aprés, su la Suisse, y'a ène piéce d' té-hêtre. In l'oyant ès vant mingi dès ptiotes poummes ruges, dès mougnots d'chin.
   V' là l'heur' du tillol au mié, du nan-nan pou ben dremi. Lès ptiots vant s'cuchi.
I'é ène vouailla d'hivâ pou chu nôs, veu lès an-nians cinquinte (épré l'JC !)

50 37 Radio CM 74
Voir la traduction

Publié dans Souvenirs

Partager cet article

Repost0

L'bariau du cotchi

Publié le par François & Marie

Canevas"Y è l'bariau du cotchi lavo c'qu'iavo tout c'qui faillot pou neuri la ptchiote fèmille. Ape yèto du bio, vo peutes m'craire!
 Lè poulailles  èmi-in ben v'ni escarbilli la tarre ape tout déconfrèchi. Illes arrivint maugré l'doubje grillaige à n'intrer pou ène barche, y'èto dè fouinaudes!
  Les potches dè soues dè neurains étint rapsaudées en d'dans d'aveu dè tôles que rèsistaint quand è lè tracmallin . Y'èto dè vré sinlliers quand è vien sotchi."

traduction ici



Publié dans Histoire en Patois

Partager cet article

Repost0