Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chaussette, Carotte et Pissenlit.

Publié le par François & Marie

LA PETITE CHAUSSETTE

Ce matin des mains douces et expertes 

aux pieds de bébé ont mis deux chaussettes.

Pointure dix huit ou bien dix sept,

qu'importe ! Point besoin de sandalettes,

bébé ne tient pas encore sur ses jambes rondelettes !

Sa balade, il la fera en poussette.

Il gazouille. Au ciel fait des risettes, 

agite ses menottes et ses petites gambettes !

Mis en joie par le chant d'une poulette

bébé frictionne ses petits petons, mouli- moulinette,

expulsant l'une des chaussettes

qui atterrit, ô la pauvrette,

paf sur le bitume, ouille sur sa margoulette...

Estourbie, elle se sent toute blette.

François qui passait par là, sans bicyclette,

trouva que la sympathique binette

de cette orpheline petite chaussette

méritait d'être immortalisée,

par un joli cliché.

 

LA JEUNE CAROTTE

Au marché, Carotte et Banane, voisines d'étal potinent.

- Vise Persil Frisé, il est tout raplapla !

- Son coiffeur confine. Chicorée, elle aussi, aurait bien besoin d'une séance de bigoudis !

- J'envie ton teint magnifique, ma belle Carotte, alors que le mien est si jaunâtre...

- Ça, c'est le foie ou bien la vésicule. Mange de l'artichaut. En revanche, tu as une ligne superbe.

- Confidence de Banane : je suis accro au régime !

- Moi, j'en ai marre d'être aussi replète, de faire exploser la balance...

- Pour alléger la pesée, coupe tes fanes; tu plairas toujours autant à tes fans qui rêvent de tes rondeurs en vichy ou sauce bécha...m... melle... Eh, là ! On m'entraîne... on me jette au fond d'un cabas, pouah, des poireaux psycho-rigides y puent des pieds. Je vais me pincer le nez et me laisser entraîner vers ma destinée de flambée - caramélisée, histoire de copier tes belles couleurs.  Salut ma jolie Carotte !

-  Adieu jolie Banane ! crie Carotte en se dépiautant de sa chevelure verte. Je suis LIBRE ! LIBRE et LÉGÈRE ! Je vais être bientôt MINCE et FINE, rit-elle en sautant sur le macadam.

Un colossal engin de métal s'éloigne; cet indifférent ignore que ses monstrueux pneus viennent de  réaliser le souhait minceur d'une jolie carotte.

Marie va immortaliser cette plante potagère, pas plus épaisse que papier de cigarettière.

 

ET LE PISSENLIT

Se riant du confinement

de longues chenilles vertes ondulent inexorablement

vers le pissenlit qui étale, dérisoire bouclier emprunté au lion, les crans de ses larges dents.

 

 

Partager cet article

Repost0

Défi n°235 proposé par Dominica "Mes Antidotes" pour les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

Consignes de Dominica :

"Faire dialoguer un personnage fictif (humain ou animal) avec son créateur."

...............................................................................................................................................................

- Où en sommes-nous Machine ?

Comme chaque année, Créateur et Cyborg sa secrétaire mi-humaine, mi-robote, reçoivent les presque deux millions d'espèces vivantes connues et font le bilan.

Cyborg revisse les boulons de ses neurones et récite.

- Les annélides, c'est fait, les asines sont cochés, les arachnides, ovins, mollusques, vers, bovins, échinodermes, cnidaires, éléphantidés, crustacés...

- Euh, Machine ?... votre classification, c'est la pagaille, non ?

- Créateur, c'est la faute à un vilain courant d'air.

- Qui a mélangé les pinceaux de votre ordinateur...

- Créateur, je les ai notés dans l'ordre d'arrivée à vos rendez-vous :  félidés, équidés, amphibiens, ursidés, insectes, my... ah non, lui, là... j' peux paaaas...

 Machine stridule et crachote quelques vis.

- Eh Machine, ne faites pas la chochotte, descendez de cette chaise, c'est du Louis XV d'époque tout de même... Quelle est l'engeance qui vous effraie autant ? L' éléphantidé qui voudrait des oreilles de souris ? Le giraffidé qui se plaint d'avoir un cou de girafe ? L'hippopotame qui souhaite une silhouette de cygne ?

- Brr brebre... peux pas pro pro noncer son nom... Ça court aussi vite qu' un avion à réaction, ça se tortille comme un popotin de Folies Bergères, c'est surpeuplé de... de paaaattes brr et de pattesetencoredespattes ach brrrebre ça fait peuuur...

- Eh Machine, non ! On descend de la table...

- Un...un un (hoquet) un j... jour, j'ai c...cru quequeque (spasme) un de mes f... f... faux cils était tomb... tombé dans maaa baignoire, je je l'aiii att... attrapé... brre... c'était pas un faux cil, c'était vi vi vi vivaaaant... Na.

- Machine ! est-ce une petite scutigère véloce qui vous effraie de la sorte, un mille-pattes tout riquiqui ?

- Ah ! Vous l'avez dit vous même, ça fourmille de milliards de pattes, des  pattàfoison, des pattàgogo , des pattatis, des pattatas  ♪ des pâââttes ♫ des pâââttes ♪

- Machine ! ça suffit. Non, non on ne s'agrippe pas à la corniche de l'armoire, c'est dé-fen-du. Ma parole, elle perd le nord...

Créateur lui donna une frite. Machine retrouva le nord.

- Ça va Machine ?

- Très très très bien Créateur ! Pourquoi ?

- Par sympathie, tout simplement, mentit le Créateur. Le dernier élément de la journée devrait arriver dans une minute, quel est-il ?

- L'ornithorynque.

- Ah non, pas lui ! Catastrophe...

- Créateur, pardon de vous contredire, ornithorynque n'est pas classé dans " catastrophe" mais dans "mammifère ovipare."

- Je sais... Seulement, il y a un hic : dans le listing de création de ce mammifère, j'ai omis de cocher "mamelles".

- Et je vous en suis reconnaissant, Créateur, ça me permet d'avoir une silhouette totalement aérodynamique et mes petits peuvent trouver facilement mon lait puisqu'il sourd directement de mes poils.

- Oh !... Bonj... Bonjour ! Ah ! Te voilà donc cher orni ! Eh ! Je ne savais pas que tu étais déjà arrivé ! Quel impair plaisir de te revoir ! As-tu pu facilement te traîner arriver jusqu'ici ? Sais-tu que c'est à toi que j'ai entièrement consacré mon dernier soir de création ? J'étais si épuisé que je me suis affalé lourdement sur le canapé sans voir que tu y digérais, j'ai écrasé ta silhouette qui s'est retrouvée toute raplaplate heureux de t'avoir pétri de bric et de broc avec ce qu'il restait dans un fond de carton de façon aussi abracadabrantesque originale ! Si, si ! Ton gros bec en truelle spatule...

- Si utile pour ramasser une belle provision de larves, de crevettes d'eau douce, merci Créateur !

- Tes maousses délicates pattes palmées, ta douce et incongrue fourrure, tes ridicules amusantes bajoues...

- Si pratiques pour stocker le produit de ma pêche. Imaginez que je n'en sois pas pourvu, il me faudrait nager en tenant deux sacs à provisions ! Lorsque mes bajoues sont pleines de petits poissons ou d'écrevisses, je remonte sur la berge et là, tranquillement, pendant une douzaine d'heures, je déguste ! C'est la belle vie, grâce à vous Créateur. Merci, à l'an prochain !

- Eh Créateur ! Asseyez-vous, vous avez l'air tout chose.

- Voyez-vous Machine, ce sont souvent les êtres les mieux pourvus qui font les difficiles alors que les moins gâtés se contentent de ce qu'ils sont...

-  Créateur... lorsque  vous vous affalâtes, j'ai cru percevoir comme un cri de patates, genre frites écrabouillées... Pouvez-vous vérifier ?

 

 

Partager cet article

Repost0