Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Défi n° 195 (" Edmond ") proposé par " La cachette à Josette " pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

...........................................................................................................................................

                                     " Je vous présente Edmond ! "

À partir de ce tableau (vu dans une brocante), racontez une histoire courte en incorporant les mots : ciel, chaussure, coq, couronne, crapaud ."

.....................................................................................................................

Edmond boude. Il est bougon-chiffon.

-  C'est bien ma veine... il a fallu que ça tombe sur moi... Me voilà coincé, contrôlé par ces deux corbeaux gris aux bajoues flasques, aussi gais que le jour des défunts.

Et pendant ce temps, que font les autres, mes copains de récré ? Je les entends chahuter, taper du ballon, claquer des billes et rigoler en se faisant des croches-pattes.

Tout ça parce qu' ELLE, la Corneille, après m'avoir discrètement observé, m'a choisi, MOI, m'a désigné, à LUI, le curé.

Elle a dit qu'elle en est sûre et certaine, que le ptiot t'Edmond a rigoureusement le bon calibre, le bon gabarit, bref, les bonnes mensurations.

Elle a bien dit " ri-gou-reu-se-ment ", simplement après avoir observé mes chaussures, elle est fortiche la Corneille, elle a l'œil.

D'un ton ferme elle a affirmé,

- Curé, c'est bien connu, la pointure de l'humain correspond TOUJOURS à la taille de son avant-bras. Causez-en donc au Léonard de Vinci et au François de Cabardouche, eux savent ça, d'instinct.

Vexé, curé a pincé ses inexistantes lèvres, l'a toisée, regardée de travers. Ça n'est tout de même pas à LUI qui a potassé le Latin, la théologie, la philosophie et les Évangiles pendant de longues années, que la Corneille va en remontrer !

Et moi l'Edmond, dans tout ça ?

Maintenant que la rigolote a vendu la mèche, je suis bien obligé " d'avaler le crapaud ".

Bon, d'accord... je me suis laissé acheter par la félonne; en échange du service que je leur rends, elle m'a promis une bolée de gaudes* qui sentent si bon la noisette, j'en raffole. J'ai cédé.

Je sais, je sais, j'ai été aussi faible que le fut Esaü qui vendit son droit d'aînesse contre un plat de lentilles...

Oh ! et puis après tout, je ne suis pas Dieu et... les gaudes au lait sucré, c'est trop cool ! Pourtant, ça ne l'est pas au point de me demander de faire risette aux deux sombres statues. Je les ignore. Je vais tenir mes yeux bleu ciel levés vers le ciel, en attendant que " ça prenne." Combien de temps le noiraud a-t-il dit qu'il fallait patienter ? de vingt à quarante minutes... c'est longuet, je me suis fait berner, j'aurais été en droit d'exiger DEUX bolées.

Sans l'observer, je sens que curé tend le berceau de ses deux mains crochues vers le plâtre humide et froid qui emprisonne mon avant-bras. Il veut protéger SON moulage, impatient, il semble l'encourager à accélérer la prise. Il y tient. Ce sera SON œuvre. Elle est d'envergure : il s'est mis en tête de changer le coq de SON clocher; il le veut géant, le plus haut du canton. Serait-ce pour contrebalancer l'insignifiance de sa propre silhouette, si grise et si maigrichonne ?

Il a tatillonné des nuits sur des règles de trois à rechercher le point G calculer et recalculer la résultante G, il a chipoté sur la gravité, la masse, le volume, n'a rien concédé à la pesanteur et ouf a finalement réussi à évaluer le point d'équilibre de SON énorme volatile et sa SURFACE DE BASE.

D'après la Corneille espionneuse, ce dernier résultat correspond parfaitement aux mensurations de mon avant-bras. J'apprends, en même temps que vous, que je suis sacré " mètre étalon es pattes de poulaille " !

- J'ai une idée curé, a suggéré la Corneille, pendant qu'on tient le ptiot t'Edmond, si on prenait son crâne d'œuf en gabarit pour la couronne de votre volaille...

Quoi ! Sombre Corneille a osé prononcer " crâne d'œuf " ! Edmond est furax. Sa mémé l'aime bien, elle, ce crâne d'œuf, elle en est très fière, même qu'elle l'appelle affectueusement son joli petit Modigliani.

Edmond va se venger. Il va jouer un sale tour à ces deux profiteurs.

Ils ignorent que, lorsqu'il se met en apnée, il peut à loisir faire se boursoufler ou dégonfler le pourtour de sa tête.

Docilement il se laissera mensurer le crâne, ce beau crâne oblong qu'il aura enflé au maximum.

Lorsque curé auréolera son œuvre, le fier coq et son Maître vont avoir l'air fin ! La couronne bien trop large pendouillera penaudement de guingois, sur les barbillons du poulet !

....................................................................................................................

* les gaudes (toujours au pluriel) : bouillie de farine de maïs torréfiée, mélangée à du lait, en Bresse, Bourgogne Franche- Comté.

 

 

Partager cet article

Repost0

Défi n° 194 (" Cygne ") proposé par Lénaïg pour Les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

..................................................................................................................................................

Apporter à la photo une légende en vers ou en prose.

Une seule contrainte : inclure une des trois citations :

" Les difficultés commencent : c'est le signe de la réussite. " (Le Schpountz- 1938- de Marcel Pagnol)

" À quoi bon avoir un ami, s'il faut lui faire signe pour qu'il regarde, et tout lui dire pour qu'il comprenne ?" (La lumière qui s'éteint -1900- de Rudyard Kipling)

" La mémoire est faite de tiroirs pratiques qui s'ouvrent ou se ferment pour simplifier notre vie. C'est un signe de médiocrité de vouloir se souvenir de tout." (Les larmes de Lucifer -1989- de René-Jean Clot)

...............................................................................................................

Hier encore, légère, gaie et  insouciante, Dame cygne plongeait et replongeait allègrement dans le bassin; toute guillerette elle folâtrait les pattes en l'air et le croupion pointé vers la lune.

C'était hier.

Aujourd'hui la voilà qui mélancolise recroquevillée sur la berge.

Le bec enfoui sous son aile au plus profond de la douce douceur du duvet doudoux, elle soupfire et  murfmure d'une pfetite vfoix qui se fifssure - bon sfang qu'est ce que j'aifmerais des tfous pfetits cyfgneaux...

Pfouh pfouh - pas facile de causer dans du doux duvet doudoux - elle se fêle, elle crafouille; en loucedé il se pourrait même qu'elle ait larmé quelques eaux transparentes et salées, aussitôt goulument lapées par le doux duvet doudoux d'une douce douceur.

Basile, le Monsieur cygne, n'aime pas sentir sa cygnette en souffrance.

Il a perçu ses soufpirs. Il n'a pas inventé l'eau tiède mais il n'est pas sourd.

Pour avoir entendu les employés municipaux potiner autour du plan d'eau, lors de leurs réitérées pauses - dodo - du - râteau, il sait qu'en ville il trouvera ce que réclame Dame cygne. Il connait même les endroits précis où les dénicher, les municipaux, qui veillent jalousement sur l'inertie de leurs manches d'outils en les étreignant de très près, ont vendu la mèche :

- Pendant la grande quinzaine commerciale, les PONTES vont, comme d'hab' s'activer et nous escagasser en exigeant de disposer des signaux, bien proprets, triés sur le volet, à chaque carrefour.

Quelle aubaine pour Basile !

Aussitôt il se met en marche vers le centre ville, s'immisce dans l'impressionnante file d'énormes engins bizarres qui vrombissent, clignotent et puent en klaxonnant; fièrement il les défie en tortillant du troufignon et en sifflant entre ses dents.

- Ach ! Les difficultés commencent : c'est le signe de la réussite, se réjouit-il, je m'en vais dégoter tout plein de petits SIGNAUX pour ma cygnette adorée.

Lorsque Basile, dans un grand fracas, lâchera près des palmes de Dame cygne une brassée de panneaux de signalisation, elle hésitera une fraction de seconde entre l' ÉTRANGLER puis le HACHER menu menu menu en quart de confettis ou bien pff, résignée, lui sourire niaisement.

Son Basile n'a certes pas inventé la machine à courber les bananes, mais ce dadais lui donne tellement de signes de générosité que déjà sa colère est retombée...

 

 

Partager cet article

Repost0