Défi n° 237 proposé par Zaza Rambette pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

.............................................................................................................................................................

Zaza nous propose :
"Et si vous m'écriviez un petit texte avec le maximum d'anagrammes de "chauve-souris".

 

..............................................................................................................................................................

Dans le chœur de la cathédrale, sous les ors et les rosaces, Rohesia chante.
À présent, elle y a ses habitudes.
Pourtant, le premier jour, elle fut ahurie, se hérissa, ses varices et ses ovaires eux - mêmes en furent chavirés lorsqu'elle découvrit que dans cette assemblée, on ne psalmodie pas, on croasse et, pire encore, il n'y a pratiquement que des chauves.
Pour Rohesia, rencontrer un chauve produit en elle le même effet que celui de débusquer un souriceau dans une coursive, ça la rend semi-démente.

Ce genre de mésaventure lui arriva alors qu'elle recherchait, dans les archives de la cathédrale, de vieux cahiers recousus que des "causeurs épistolaires" avaient noircis de cursives nettes et brèves, se rapportant aux aurochs.
Ce jour là donc, elle croisa une jeune souris qui fuyait derrière les casiers en remorquant une feuille de chou-rave.
Elle hurla. Doublement.
À savoir : Rohesia souffre non seulement d'une phobie face aux chauves et aux petits mammifères rongeurs, mais elle déteste également le chou-rave.
Tout fut tenté pour lui faire accepter ce légume, peu calorique et bourré de vitamines. On fit appel à de grands sauciers qui tentèrent des prouesses.
L'un d'eux nous confia en aparté.
« Je m'essorai les méninges afin de concocter pour l'enquiquineuse cette charmante Miss Rohesia un mets pompeux : du veau au chou-rave sauce fourzitout -  modestement traduit 
"Le tendre cuisseau, sa boule de neige et sa garniture  gourmande". Peine perdue. Bien que dans l'énoncé l'ennemi abhorré ne fût point nommé, Rohesia refusa ces mets distingués. Par elle, ils ne furent jamais savourés
Vous comprendrez donc aisément que, apeurée par le rongeur au chou-rave, mise mal à l'aise par la proximité de ténors à calvities, Rohesia se mit à chavirer. Sa cuirasse tomba. Elle s'affola, s'enferma dans l'ossuaire, s'en expulsa en hurlant (une manie), s'agita en tous sens, ne se maîtrisa plus du tout, renversa des tables, des chaises, claironna au secours au secours et au secours.

C'est alors que Sharise - jeune vacher chasseur de varech dans le ruisseau de la Souris Chauve - et son cheval Servius, se trouvèrent mêlés à la vie de Rohesia.
Sharise nous conta.

« Je faisais une agréable promenade à cheval dans les bois - c'est ce que j'appelle chasser sans fusil - lorsque Servius stoppa net et se mit à chauvir. Pour que Servius chauvisse il fallait qu'un événement extrêmement fâcheux se produisit. Je respectai son arrêt inopiné et ses oreilles dressées - jamais je n'oserais court- circuiter l'instinct de mon cheval - je laissai faire. Il encensa une seule fois dans une direction précise et sans me demander mon avis, décolla au galop, me fit soubressauter, tanguer, me ballotta sans ménagement jusqu'à la cathédrale et là, d'une ruade, me désarçonna sans aucun égard et me jeta sur le parvis - me (dé) visser ainsi signifiait : ça urge, grouille toi - quel taquin, je l'adore !
Je claudiquai dans la direction d'un appel à l'aide qui émergeait d'un impressionnant nuage de poussière.
Je te découvris, Rohesia, échevelée, l'air hystérique.

Tu creusais, tu appelais à l'aide.
Tu creusais encore. Encore, tu demandais de l'aide.
C'était bruyant et ça faisait désordre.
Je m'enquis « Que se passe-t-il gente Dame ?»  Tu baragouinas "évader, fuir, déguerpir, carapater".
J'en conclus que tu ne souhaitais pas t'éterniser dans le secteur. Avec logique, tu œuvrais à creuser un tunnel. Hélas pour toi, tu piochais dans une immense colline de sciure. Plus tu piochais, plus tu échouais. Tout s'effondrait. Tu bredouillais au secours au secours. Tu re-piochais. Tu re-bredouillais...
Après mûre réflexion Spontanément je te secourus.
Il me fallait te désarmer, t'enlever cette pioche dangereuse mini-pelle de plage, volée aux enfants du voisin, tu la cramponnais, tu craignais que je te la chourave.
Nous combattîmes rudement. J'eus bien du mal à avoir le dessus rapidement le dessus.  Tu me bottas sauvagement les tibias remercias chaleureusement et tout rentra dans l'ordre.»
« Grâce à toi j'ai survécu reconnut Rohesia. J'ai pourtant déchiré ma jupe en viscose et décousu mon chemisier rose.»
« Je me souviens fort bien que j'essouchai  le vieux poirier le jour où tu les recousis

« Effectivement je les ai recousus. Je craignais aussi d'avoir gâché mes souliers. Après les avoir passés au séchoir, je m'aperçus que seule ma chaussure droite était décolorée. Cela me déplaisait jusqu'à ce que je souscrive à l'idée de la teinter, que je la couvrisse de cirage et que je l'ocrasse. Je n'aurais jamais cru que je tenterais une telle expérience, pourtant, sa couleur cuivre est si réussie que même un chausseur n'y verrait que du feu ! Il est juste un peu incongru que ma chaussure droite soit roussie alors que la gauche est bleu azur...»
« Qui s'en souciera ? C'est un juste équilibre, puisque ta chaussure gauche se trouve être de la couleur de ton œil droit. Oh ! j'en chavire...»
« HORS d'ici, infâme mufle ! Va chavirer ailleurs, SOUCHE à VIRUS

Les yeux vairons de Rohesia virèrent au noir. De ses souliers bleuroux elle bombarda le balourd qui courageusement déguerpit.
Rohesia réintégra le chœur de la cathédrale.
Comment la reconnaitre ? Facile, elle porte des lunettes noires qui floutent les calvities, une demi-douzaine de petites souricières
font cercle autour de ses souliers, l'un bleu, l'autre roux - elle s'est convertie au dépareillé - elle se parfume à l'eau de fleurs de chou-rave et vient d'épouser un grand saucier (1,87m).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

colettedc 18/05/2020 20:03

Mille et un bravos plus quelques-uns !!! C'est tout à fait super !!! Bonne soirée de ce lundi ! Bisous ♥♥

François & Marie 18/05/2020 20:42

Mille et un mercis, Colette, bises amicales des Cabardouche.

jazzy57 18/05/2020 16:34

Pliée en deux , excellentissime bravo pour pour ce récit époustouflant et ce dessin génial , j'ai adoré .
Bon lundi
Bises

François & Marie 18/05/2020 17:01

François est également admiratif du foisonnement d’anagrammes que Marie a débusqué pour en tirer un récit pétillant de fantaisie. Le dessin ajoute juste une petite couleur à ce tourbillon d'écriture. Merci pour votre visite enjouée. Bises de nous deux.

Lenaïg 18/05/2020 16:24

Ah ha ha ! Un grand bravo et merci les zamis pour ce palpitant récit et les abondantes anagrammes qu'il contient ! Un régal aussi, le dessin, j'aime beaucoup le Aïeeuh et les cheveux du plus beau violet ! Bises virtuelles amicales.

François & Marie 18/05/2020 17:03

C'est toujours difficile d'ajouter un simple dessin pour illustrer une histoire aussi foisonnante de fantaisie. Il fallait au moins une chevelure violette pour être dans le ton de cette histoire pétillante . Bises de nous deux .

Christiane la Banières 18/05/2020 13:37

Quel beau prénom Rohésia ! et j'adore la conjugaison, allons donc " que je couvrisse et ocrasse " pas facile à placer , hein ! un " petit texte " qui m'a beaucoup plus !
bonne journée , bises

Marie de Cabardouche 18/05/2020 20:51

Qu'on se le dise : depuis le confinement je ne m'exprime plus qu'à l'imparfait du subjonctif, vous voilà prévenus afin que vous ne vous en étonnassiez point ! Merci Christiane, bonne soirée, bisous !

ABC 18/05/2020 10:49

Quelle histoire ! C'est tout une biographie romancée, avec vous il ne faut plus s'étonner de rien :-)

François & Marie 18/05/2020 17:05

Quand Marie s'empare d'une histoire on part vite dans une cavalcade de surprises .
Merci pour votre visite amicale .

Martine Martin 18/05/2020 10:37

Je me suis amusée, quelle imagination. J'aime. Belle semaine

François & Marie 18/05/2020 17:08

Cette histoire légère et bondissante est le fruit d’un travail méticuleux et passionné. Merci pour votre visite amusée Martine .

ZAZA 18/05/2020 09:12

Hilarant les Cabardouche et tellement farfelu comme à votre habitude.... J'ai adoré. Un grand merci à vous deux pour ce grand délire et votre participation que je vais de suite dans mon récapitulatif global.qui sera édité après le poème en acrostiche de jeudi prochain. Bises et bon début de semaine

François & Marie 18/05/2020 17:11

Grace à vous, Marie a pu laisser libre cours à sa farfelitude anagrammée, merci pour ce défi très intéressant . Bises de nous deux.

jill bill 18/05/2020 07:52

Eh eh texte et dessin savoureux…. bon lundi à vous Marie et François, bises, JB

François & Marie 18/05/2020 17:12

Merci pour votre amicale et savoureuse visite madame Bill. Bises de nous deux .