Défi n° 255 proposé par Martine - Quai des Rimes

Publié le par François & Marie

 

Décrivez un de vos défauts ou atouts physiques ou de personnalité en utilisant

le plus possible d’adjectifs en gras dans l’extrait de la tirade du nez

de Cyrano de Bergerac ci-dessous.

Vous pouvez aussi utiliser d’autres adjectifs.

Amusez-vous, Amusez-nous !

 

Extrait de la tirade du nez de Cyrano de Bergerac :

Agressif: Moi, Monsieur, si j’avais un tel nez,
Il faudrait sur-le-champ que je me l’amputasse !
Amical: Mais il doit tremper dans votre tasse !
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap!
Descriptif:  C’est un roc ! . .. c’est un pic ! . . . c’est un cap !
Que dis-je, c’est un cap ?. .. C’est une péninsule !
Curieux:  De quoi sert cette oblongue capsule ?
D’écritoire, Monsieur, ou de boite à ciseaux ?
Gracieux:  Aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ?
Truculent:  Ça, Monsieur, lorsque vous pétunez,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu’un voisin ne crie au feu de cheminée ?
Prévenant:  Gardez-vous, votre tête entrainée
Par ce poids, de tomber en avant sur le sol !
Tendre:  Faites-lui faire un petit parasol
De peur que sa couleur au soleil ne se fane !
Pédant: L’animal seul, Monsieur, qu’Aristophane

Appelle Hippocampelephantocamelos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d’os !
Cavalier:  Quoi, l’ami, ce croc est à la mode ?
Pour pendre son chapeau, c’est vraiment très commode!
Emphatique: Aucun vent ne peut, nez magistral,
T’enrhumer tout entier, excepté le mistral !
Dramatique :  C’est la Mer Rouge quand il saigne !
Admiratif:  Pour un parfumeur, quelle enseigne !
Lyrique:  Est-ce une conque, êtes-vous un triton ?
Naïf:  Ce monument, quand le visite-t-on ?
Respectueux: Souffrez, Monsieur, qu’on vous salue,
C’est là ce qui s’appelle avoir pignon sur rue!
Campagnard:  He, ardé ! C’est-y un nez ? Nanain !
C’est queuqu’navet géant ou ben queuqu’melon nain !
Militaire:  Pointez contre cavalerie !
Pratique:  Voulez-vous le mettre en loterie ?
Assurément, Monsieur, ce sera le gros lot !

Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
« Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l’harmonie ! Il en rougit, le traître ! »

Cher locuteur.
D'entrée, sachez que mes propos ne se veulent nullement agressifs.
Pourtant, n'est-ce point vous montrer un tantinet curieux, juste un brin cavalier, voire, quasiment à la limite de l'indiscrétion, lors que vous sollicitez autrui d'une auto-description ?


Dans cette affaire, vous semblez vous être réservé le beau rôle.
En une courte phrase vous proposez " Décrivez un de vos défauts, ou atout physique ". Point final. Alors que le destinataire, lui, doit développer et se dévoiler...

Pourtant la réalité n'est pas aussi simple qu'il y paraît, "... nous l'allons montrer tout à l'heure", comme dirait Jean de La Fontaine.
Au début, vous êtes le loup, ils sont les agneaux.

Cher locuteur, quand faut y aller, faut y aller ! Êtes vous prêt ?

Vous posez vos lunettes sévères sur votre nez et la question dans la foulée.
Vous voilà satisfait de vous-même – vous n'avez pas bégayé - prêt à écouter, vous vous abandonnez au dossier de votre fauteuil mimosa (salissant, certes. Soldé 50 % chez Ingvar, le Suédois.)

Imaginez que l'autre vous réponde sur le champ en larges envolées, moulinant du vent et vous noyant sous moult(s) descriptifs.
Vous qui pensiez planer en indolente torpeur, vous êtes électrisé par cette girouette éolienne.
Pas simple de discerner le vrai du faux chez cet allocutaire.
Au mieux, le classeriez-vous en emphatique spontané ? Au pire, le ramèneriez-vous au niveau des pédants ? (en imaginant que vous soyez un peu jaloux de sa culture du "Connais-toi Toi-même.)

Expectatif, vous repoussez vivement mimosa, jetez vos binocles et courez prendre l'air, exempt de vent.
Pas si facile que ça de devoir trancher.

Le lendemain vous trouve requinqué et confiant.
Vous allez vite déchanter.
Face à vous un personnage qui, d'entrée, semble mener le jeu.
Il exige de rester debout, aussi raide et inexpressif que la momie de Ramsès II.
Menton pointé, il fixe un point au-delà de mimosa (rhume des foins chronique ?)
Impassible, il attend que vous parliez.
D'une voix de fausset vous énoncez l'exposé.
D'un déclic Ramsès enclenche son lobe occipital.
Ses réponses vous mitraillent, brèves, sèches, ton monocorde scandé de “Monsieur” hachés et tranchants, faute d'être respectueux.
De profil, on perçoit le recroquevillement de votre lobe temporal qui a juste eu le temps de vous remémorer: les militaires sont tenus au devoir de réserve.
Bombardé par tous ces mots incisifs vous manquez d'air.
Vous tressaillez. Vous tressautez. Vous tressaillez encore. Vous tressautez toujours.
Entre deux spasmes vous bredouillez " À l'aide... je convulse..."
Pff, vous avez simplement le hoquet. Pauvre poule mouillée !

Cher locuteur, suite à cet épisode, vous êtes las du dramatique.
Vous vous rêvez en tendre bonbon anglais, vous fondez en un décor douillet de tapis épais...
Des fauteuils moelleux et dodus vous enfouissent. De précieuses tentures vous emmitouflent.
Vous humez les fragrances des roses-thé et du thé à la rose servi par une gracieuse et prévenante camériste.
L'hôtesse du lieu, élégante douairière, vous charme en mode Soprano lyrique et vous touche à l'âme.
Aucune parole n'a été échangée.Vous êtes subjugué, admiratif.


Requinqué par ce Nirvana, c'est avec le sourire que ce matin vous accueillez un campagnard aussi rougeaud que truculent.

Il parle fort, fait des remarques sur tout, " Mazette ! çan, y'en est' ti du bin brave n'escayïer... Du travaux d'avant guérre, çan, recta..."
Il vous a à la bonne, vous donne d'amicales claques dans le dos " Bin mon gars, i fâît piaisi de r'trouver un pays dans c'ta grand'ville !"
Ce naïf s'étonne de tout " Vôs clairez mém' le je ! i dait coûter bonbon, vieux, tout çan ..."
Son esprit pratique est sans cesse en éveil - il est toujours prêt à rendre service - "P'tiot gars ç'ta chés' êst bin bancalouse...T'vas cheudre à pe te déniaper l'coq six, recta... Bouge point ! j'm'en va t'la r'vissi. Nam d'in ptiot bonhoumme, j'a touj' man tren'visse dins ma pouch' ! N'y v'là, i'est fâît, recta !"

- Celui-ci, cher locuteur, ne vous a pas donné beaucoup de mal, il était transparent comme eau de roche !
- Et vous ?
- Quoi, moi ?
- Vous deviez vous décrire...
- Je l'ai fait, cher locuteur ! Vous qui ne manquez pas de psychologie, vous retrouverez facilement un peu de moi en chacun des personnages évoqués... Cherchez un peu. Pour une fois c'est à vous de faire fonctionner votre matière grise !



 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Mille facettes des pauvres demandeurs d'emplois face à un austère recruteur qu'il faut absolument séduire pour pouvoir vivre ! C'est désopilant au possible ! Merci de récit épique et bisous à vous deux
Répondre
Quand le recruteur est impassible il reste austère de bois . Merci beaucoup pour votre visite amicale Luciole. bises de nous deux .
A
Retournement de situation. C’est à celui qui pose la question embarrassante, de rendre des comptes. «  Tel est pris qui croyait prendre ». C’est très astucieux.
Répondre
Merci beaucoup pour votre visite, les textes sont toujours plus vivants quand ils sont lus comme vous le faites. Amicalement.
J
Mille indices déposés qu'il faut glaner pour reconstruire le puzzle de ce couple infernal (rires) le naïf pas si clown que ça va apporter son aide et son bon sens régional à la reconstruction
un grand bravo et un au-revoir
et un dernier merci pour toutes les belles pages et l'humour déposés sur votre blog
Répondre
Merci beaucoup Josette pour votre visite enthousiaste sur notre page, Marie ne pouvait pas terminer un billet sans y ajouter un peu de fantaisie, merci de venir la partager.
A
je me suis demandée si ce n'était pas Molière de retour parmi nous. Bravo pour le défi, bravo pour le style . Et le dessin . Bonne journée
Répondre
Merci beaucoup Andrée pour votre commentaire flatteur, Marie a été bien inspirée par ce défi littéraire, elle est une écrivaine "nez". Amitié des Cabardouche.
C
Finalement j'ai été un tantinet curieuse en lisant ce défi. Quel exercice ! Félicitations à vous deux pour le texte et le dessin ( j'ai adoré " ce monument , quand le visite-t-on ? ) bonne journée bises
Répondre
J
Bonjour Martine, excellent ! Edmond Rostand bénéfice d'un sacré hommage ! j'adore le cote truculent de cette tirade : Ça, Monsieur, lorsque vous pétunez,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu’un voisin ne crie au feu de cheminée ?
Répondre
Bonjour Jerry je ne suis pas certain q e vous soyez à la bonne adresse mais néanmoins soyez le bienvenue sur notre page ; ( Edmond Rostand eut dit : nez en plus )
J
Excellent comme d'habitude , un sacré exercice en effet pour se décrire .
Je me suis régalée comme à chaque défi en lisant votre participation .
Bravo pour le dessin qui pose bien à merveille le candidat .
Bonne journée
Bises
Répondre
Merci merci madame Jazzy , l'exercice ne fut pas aisé mais ce challenge donne de la valeur au récit. Le dessin est une pirouette qui a bien amusé Marie ! bises de nous deux.
J
excellent comme d'hab et plein de pertinence ! se décrire devant un recruteur est un exercice bien difficile surtout que sa vie en dépend ... bon d'accord, il conviendrait de ne pas venir en clown à moins que ce ne soit pour le rire médecin. bises
Répondre
C'est vrai que venir à un entretien déguisé en clown ne plaide pas pour sa crédibilité sauf si on veut faire carrière dans un cirque. Merci pour votre sympathique visite Jeanne , bises de nous deux.
M
Et oui cette question vient de moi Marie, il faut dire que j'ai été longtemps et il y a longtemps responsable ressource humaine et j'ai donc fait, à ce titre, du recrutement. Merci beaucoup, je me suis bien amusée comme d'habitude quand je vous lis et vois vos charmants dessins. Belle semaine
Répondre
Merci Martine pour ce défi intéressant qui nous a permis une réflexion sur le jugement et l'introspection. Il nous a permis de nourrir les pages de Cabardouche pour un joyeux partage. Belle semaine à vous, amitié des Cabardouche.
Z
Superbe répartie les amis, je viens de me régaler.
Bises et bon début de semaine - Zaza
Répondre
Merci Zaza pour votre visite enjouée, nous sommes ravis de vous avoir régalée. Bonne semaine, bises de nous deux.
J
Bojour les Cabardouche, ah quel texte et quel dessin !!! Bravo et belle semaine, bises jill ;-)
Répondre
Madame Bill bonjour et merci pour votre visite matinale, le thème du défi n'était pas facile, mais cela a permis à Marie de développer tout un dialogue haut en couleur. Bises des Cabardouche.