Défi n°209 proposé par Jeanne Fadosi pour les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

..............................................................................................................................................

Jeanne nous demande d'écrire un texte en prose incluant trois ou quatre expressions avec "œil" ou "yeux".

..................................................................................................................

Lorsqu'à huit heures un quart Malcomm Ode ouvrit l'œil, il n'en crut pas ses yeux il venait de rater son autocar, celui de sept heures moins le quart.

Roulant des yeux furibards il sauta dans son falzar.

- J'en ai ras la casquette de ce cossard de réveil qui hoquète au lieu d'activer ses clochettes. Dès ton réveil Bertille-Adèle, bazarde-le à la poubelle.

- Pfmiumm, disserta la belle en se pelotonnant voluptueusement sous la couette en plumettes.

Un petit sanglot la tira de sa recherche d'un secondo dodo.

- Qui pleure ici ? s'enquit Bertille-Adèle. C'est toi, petit réveil ?

- Snif-foui. S'il te plait gentille Bertille, appelle-moi par mon prénom : Tictacomtois. Je ne veux plus être considéré seulement comme un RÉVEIL, celui qui déchire la bulle des rêves et tire en sursaut du sommeil. On ne voit de moi que mon côté face, celui où se trémoussent, guillerettes - pour mieux nous leurrer -  les implacables aiguilles, complices du temps qui passe. As-tu, ne serait-ce qu'une seule fois par simple curiosité, jeté un coup d'œil sur mon côté pile ?

- Euh... non, j'avoue. Retourne-toi pour voir. Ouh là... Tictacomtois, tes yeux sont très mélancoliques... aurais-tu des soucis ?

- Depuis hier je n'ai plus le cœur à drelin-dreliner, on a enfermé derrière des barreaux de fer mon ami Roro, le gentil robot d'acier aux grands yeux de bulles.

On l'accuse bien à tort, lui qui vit de l'air du temps, d'avoir dévoré Pimpin, le lapin des Mytho, ses voisins. Depuis ce triste épisode, je me sens bien seul, je n'ai plus que mes yeux pour pleurer.

- Un robot sans bouche dévoreur de lapin ? Mon œil ! La supercherie saute aux yeux. Comment faire pour t'aider ?

- Va trouver Z'yeux de mouche, la caméra noire de la rue des Mouchards, elle capte tout et n'a pas froid aux yeux.

Bertille mit sa mantille - une dame de bonne condition, bien qu'en chemise de nuit, se doit de ne point sortir en cheveux - et courut interroger l'espionne aux yeux noirs.

Celle-ci lui délivra un renseignement primordial - qu'elle lui fit payer les yeux de la tête - il y a deux jours, en pleine canicule, la femme Mytho se baladait incongrument emmitouflée d'un col de lapin.

Bertille-Adèle vit rouge. Elle courut alerter les pandores galonnés et culottés de bleu. Rendus chez les Mytho, ils tirèrent de sa sieste le pot au feu - qui n'avait pas trop les yeux en face des trous -

il reconnut fièrement avoir mijoté un civet dont il était encore, slurp, tout enivré.

On libéra Roro que Bertille adopta.

On condamna les Mytho à épousseter, journellement - et... avec délicatesse, je vous prie - la carapace de Roro le petit robot. Leurs balayettes, en plumes de paon bleu, n'étaient pas anodines : les ocelles de leurs grands yeux étant des indics à la botte de l'impitoyable Z'yeux de mouche. On pouvait compter sur elle pour garder à l'œil les mythomanes Mytho.

Tictacomtois se reprit à tictacer en toute sérénité, prenant soin de retarder chaque jour d'un quart d'heure, afin que le temps file moins vite pour sa bienfaitrice, sa bonne fée, Bertille- Adèle.

Malcomm Ode pardonna à Tictacomtois son omission de carillon.

Il lui jura que, plus jamais, il ne le traiterait ni de cossard, ni de réveil.

Il lui offrit une rééducation de sonnerie auprès des bronzes cristallins d'un bienveillant clocher comtois, très coquet sous son croquignolet croquet jaune - caca d'oie.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Je profite d'un petit moment de répit pour visiter mes copinettes . Désolée François pour une fois je fais primer le féminin, mais bien sûr que je vous fais un clin d'oeil :)
En vous lisant, j'ai envie de dire .... bon d'yeux mais quelle histoire hihi.
Encore bravo .
Bises amirales.
Dômi.
Répondre
Mais Marie est l'âme de cette page et à elle revient en priorité tous les honneurs .
bises amicales de nous deux.
M
un passage sur votre blog ce soir après avoir lu votre com sur le mien.
Mais c'est un vrai régal, tant en lecture qu'en image. Je crois que je vais venir m'installer pour y lire vos petites histoires.

A bientôt
Répondre
M
Les Cabardouche seront ravis de vous compter parmi leurs visiteurs, à bientôt Moonette !
L
l'oeil photographe et la plume de Marie, le crayon de François nous ont concoctés un conte adorable ... pour le plus grand bonheur de petits et grands !!! Un vrai régal !
Un grand coup de chapeau !
Merci
Bisous
Répondre
Merci beaucoup Luciole d'apporter vos lumières sur notre page. Nous sommes très heureux que vous vous soyez amusée avec le joli conte de Marie. bisous de nous .
D
Tout est bien qui finit bien. Bises et bonne soirée
Répondre
Exactement et petit robot est bien content que son ami l'ait délivré de ce mauvais pas . Bises de nous deux .
M
J'aime quand on fait vivre et personnifie des objets quotidiens. Quel plaisir à vous lire.
Répondre
Marie aime beaucoup personnifier les objets qu'elle croise et tout cela devient un petit peuple fort sympathique . Merci pour votre amicale visite .
L
Ah ha ha ! Bravo à tous les deux pour cette histoire délicieusement déjantée, mes bises distinguées.
Répondre
Merci Lenaig, tout le mérite en renvient à Marie qui a su trouver dans ses images l'origine de cette jolie histoire . Bises de nous deux .
A
Mais c'est croquignolet à souhait ! ];-D
Répondre
Exactement , c'est comme l'homme de cro-mignon, c'est le plus sympa du Lot . Bonne semaine M'sieur Andiamo.
Q
C'est une belle histoire, bravo !
J'ai adoré la lire et je suis contente aussi qu'elle finisse bien.
Merci pour ce moment bien agréable de lecture et ces rires offerts.
Passez une douce journée.
Répondre
Merci Quichottine , avec des personnages aussi sympathiques, Marie ne pouvait qu'écrire une jolie histoire qui se finisse bien . ( sauf pour le lapin ) Belle journée à vous , merci pour votre amicale visite.
Z
Bravo les Cabardouche, un belle histoire qui se finit bien, j'ai aimé.
Bises et bon début de semaine
Répondre
Ah oui, nous aimons beaucoup les belles histoires qui se finissent bien ! Merci de partager ce plaisir d'écriture .
Bises de nous deux.
J
Bravo à vous deux une superbe histoire contée avec beaucoup de tendresse , j'aime .
Bonne soirée
Bisous
Répondre
Marie a beaucoup de tendresse pour les petits bonhommes qu'elle capte en image, il fallait qu'ils racontent une histoire : en voilà une savoureuse. Bisous de nous deux.
C
Mille et un bravos plus quelques uns, François & Marie ! C'est vraiment super encore cette fois !
Bonne soirée de ce lundi !
Bisous♥♥
Répondre
Merci beaucoup Colette, nous sommes heureux de vous apporter un petit moment de jolie lecture . Bisous de nous .
J
Je rêve d'un rév... un Tictacomtois comme celui là celui qui retarde d'un quart d'heure par semaine...
Une belle enquête fort bien menée, Malcom Ode devient indulgent et sympathique, la vérité éclate et petit Robot innocenté.
merci à tous les deux pour ce roman fort bien illustré.
Bonne semaine
Répondre
Ce petit Tictacomtois est capable de vous faciliter la vie en vous accordant un peu de temps sous la couette le matin quand le temps est maussade et qu'on n'a pas encore l'envie de se verticaliser. Merci pour votre visite Josette et bonne semaine à vous .
A
Quand la pendule boude, un vrai roman policier, à l'heure du réveil !
Répondre
Un roman policier express avec une fin heureuse. Bonne semaine ABC.
J
J'aime beaucoup ! Quelle imagination ! bises et belle semaine
Répondre
Marie a une imagination débordante, merci de partager ce joyeux moment de lecture, Jeanne . Bises de nous deux .
J
Coucou vous deux, ah objet inanimé avez-vous des yeux… mais oui, la preuve par Marie et François… je vous souhaite la belle journée, bises, jill
Répondre
Les photos originales de Marie ont servi de trame pour ce joyeux petit conte . Son œil de photographe a précédé celui de l'écrivaine. Bises de nous deux madame Bill.