Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

defis

POÉSIE DU JEUDI 27 FÉVRIER 2020 proposée par Les Cabardouche pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

Proverbes franc-comtois (à la manière de Sophie Barbaroux.)

( écrit à quatre mains par Marie & François)

 

La jeune année demande :
- Que fait janvier quand il commence en lion ?
Les années ainées lui répondent :
-  Il se termine en mouton.

La jeune année déplore : 
- Quel désastre un renard au poulailler !

Les années ainées la tranquillisent : 
- C'est mieux qu'un homme en chemise en février ...

 

La jeune année regrette  :
- La pluie de mars gâche le printemps !
Les années ainées la rassurent : 
- Elle n'est jamais passé pour mauvais temps.

- Et que fait-on en avril ?
- Mais enfin, on ne se découvre pas d'un fil.

- Et que fait-on en mai ?
- Mais voyons, on fait ce qu'il nous plait.

- Ah ! En juin je vais aimer les ciels pommelés ! jubile la nouvelle année. 
- Comme les femmes fardées, ils sont de courte durée... Lui rappellent les années ainées.

La jeune année s'inquiète alors :
" Et si en juillet le chat se débarbouille” ?
Les années ainées la renseignent :

"Bientôt le temps se brouille."

- Et au quinze août ?
- Marie ne laisse jamais le temps comme elle le trouve.

La jeune année curieuse : 
- Et si septembre est généreux en noisettes ? 
- Ce sera une année de fillettes

- Et s'il est généreux en noix ?
- Alors ce sera une année de p'tits gars !

La jeune année d'avance grelotte :
- J'ai peur de la gelée d'octobre.
Les années ainées compatissent :
- Elle rend le vigneron sobre.

La jeune année aime les arbres...
Quelle veine : en novembre, dès la Sainte Catherine,
tout bois prend racine.

La jeune année aime tant le blanc...
Les années ainées également : 

Décembre : de la neige les flocons,
sont les papillons de la saison.

BONNE ANNÉE !

 

Publié dans Défis

Partager cet article
Repost0

Défi n° 232 Pas de "i" pas de "o", proposé par Les Cabardouche pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

..................................................................................................................................

Au pays de Padi Pado, on a supprimé tous les "i" et tous les "o" .

Racontez une visite au zoo.

Vous décrirez un ou plusieurs animaux, sans jamais utiliser ni "i" ni "o".

..................................................................................................................................................

Quelle belle balade d'agrément !

Ce grand parc peuplé de bêtes, mêlées ça et là, est un pur Éden !

C'est très amusant, des aras bleus, verts, jaunes se perchent sur le crâne des éléphants ! Des autruches aux plumes de cabaret, éventent des gazelles !

C'est très calme également. Dans les branches d'un catalpa, des panthères pas blanches, des guépards et de très grands chats à rayures, en écrasent !

Le club des Z, zèbres et zébus, déjeunent des mêmes herbes de la pampa. Les zèbres aux pelages élégants, bavardent du style des rayures à succès cet été. Les zébus aux barbes mal démêlées, la ferment et pacagent l'herbage plantureux, ne pensant qu'à augmenter leur entrelardé.

Dans les bras de la Déesse Nyx (parente de l'Autre, exclu de ce challenge...) un paresseux n'eut aucun réflexe quand un grand macaque plaça un ananas près de son nez. Déçu, le macaca l'a tendu à une bête tachetée, à la tête très haut perchée - sur seulement sept vertèbres. La quatre pattes à nuque élancée, très bêcheuse, l'a regardé et a bêlé « Eh freluquet, cet ananas appelé “parfum des parfums”, je ne le déguste que flambé au rhum, présenté sur une dague.»

Macaca jeta cet embarrassant présent dans l'étang aux lézards géants - avant que leurs peaux ne se tannent en sac à paluches.

Un peu abattu Macaca s'en alla s'épancher auprès du chef du parc, un général sympa, avec casquette bancale et jambe manquante (chute dans la fange des futurs sacs à bretelles), amateur de flammekueches et  de vers blancs  de verres de blanc.

Je suggère aux gens d'aller s'aérer dans ce parc, sans dépenser un seul franc !

 

Publié dans Défis

Partager cet article
Repost0

Poésie à la manière de Jean Luc Moreau

Publié le par François & Marie

À la manière de Jean-Luc Moreau (voir plus bas), composez une poésie commençant par des " SI" et se concluant par un conditionnel enchanteur.

............................................................................................................................................................................................................

Si Paris était en bouteille,

Si les choux étaient des groseilles,

Si midi sonnait à minuit,

Si les matous aimaient la pluie,

Si les patates se mangeaient crues,

Si l'ours s'habillait d'un tutu,

Si les poules réclamaient des dents

Si un nez poussait au serpent

Si je frisais comme un melon

Si j'étais un dodu dindon

D'un pays braque je serais roi

Et ne mangerais que des p'tits pois.

 

 

Publié dans Défis

Partager cet article
Repost0

Défi n°232 et poésies du jeudi, proposés par les Cabardouche pour Les Croqueurs de Mots (du 17 au 27 février.)

Publié le par François & Marie

Défi n°232

lundi 24 février

Au pays de PADI-PADO on a supprimé tous les "i" et tous les "o". ( c'est pour ça que le roi de là-bas s'appelle R ) . Racontez une visite au zoo de PADI-PADO sans jamais utiliser, ni la lettre "i" ni la lettre "o". Vous décrirez ainsi un ou plusieurs animaux.

Poésie du jeudi 20 février .
A la manière de Jean Luc Moreau.
Composez une poésie commençant par des "si" et se concluant par un conditionnel enchanteur.

Si la sardine avait des ailes;
Si Gaston s’appelait Gisèle
Si l’on pleurait lorsqu’on rit,
Si le pape habitait Paris,
Si l’on mourait avant de naître,
Si la porte était la fenêtre,
Si l’agneau dévorait le loup,
Si les Normands parlaient zoulou,
Si la mer noire était la mer blanche,
Si le monde était à l’envers,
Je marcherais les pieds en l’air,
Le jour je garderais la chambre,
J’irais à la plage en décembre,
Deux et un ne feraient plus trois…
Quel ennui ce monde à l’endroit  !

 Jean-Luc Moreau

Poésie du jeudi 27 février

A la manière de Sophie Barbaroux. Composez une poésie  en utilisant des proverbes et des expressions connues.

Colin Maillard

 

Il est fort comme un turc

Et sourd comme un pot

Mais toujours

Tiré à quatre épingles

Il a un appétit d’oiseau

Et un cœur d’artichaut

Un œil de bœuf

Une taille de guêpe

Mais vraiment

Menteur comme un arracheur de dents

Devinez ?

C’est à vous maintenant

De suer

Sang et eau

 

Sophie Barbaroux/

Bonne quinzaine !

Marie & François

 

Publié dans Défis

Partager cet article
Repost0

Défi n° 231 proposé par ABC " Le Jardin des Mots" pour Les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

...........................................................................................................

ABC nous dit :

Changement d'horizon, j'emmène tous les matelots, en espérant qu'ils n'ont pas le vertige, faire un petit tour en montagne. Durant notre randonnée nous sommes attirés par un message envoyé du sommet du plateauVous devez, tout simplement, décrypter ce message et nous dire qui peut bien nous l'envoyer ?

ça fume !!!, défi 231  :

Tous les Croqueurs sont là.

Ils ont plus ou moins dévalisé les boutiques spécialisées en articles de sports montagnons-randonneurs.

Le nez en l'air, ils évaluent la hauteur de la falaise vertigineuse qui leur barre l'horizon - cinq cent vingt trois mètres pour les modestes, pas loin de deux mille mètres pour ceux qui se disent spécialistes.

Cheffe ABC, organisatrice attentive, a rassuré et encouragé ses troupes - non, ça n'est pas une compétition, non, personne ne sera distancé et lâchement abandonné, oui, les binômes choisis par chacun, s'entraideront.

Elle donne le signal du départ.

 - Et c'est partiii ! En avant !

 - Cheffe ABC !

 - Mouuuais...?

  - Euh... Le sommet... ?

  - C'est en haut.

   - Cheffe ABC 

   - (re-) Mouais ?

  - Euh... C'est ... loin ?          

  - Tais-toi et grimpe !

D'un pas de gazelle, chric...chrac... chric... chrac... Cheffe ABC arpente le sentier avec énergie

Pour donner la cadence, quelqu'un lança : ♪  DANS LA TROUPE ... ♫

Avec enthousiasme tous reprirent : ♫   Y' A PAS D' JAMBE DE BOIS... ♫

L'écho s'en mêla, les marmottes et les chamois en restèrent babas !  

Après avoir marié les nouilles et les jambes de bois, en boucle et re-boucle, les Croqueurs en étaient arrivés à vue de nez, à un "certain" dénivelé. Leur essoufflement modifia cadence et vocables de la canzonetta :

♫  DaNS la SOUpe J' veux PaS DE P'TiTS poiS...  ♪

Il y eut des marmonnages.

- ... D' puis des heures, à vue de nez, on n' fait que grimper ... C'est galère !

- ... Nos mollets sont flapis...

- ... Notre dos en compote...

- ... Nos cheveux? Ils frisotent et c'est moche... (quelques chauves, vengés, ricanèrent.)

- ... Notre nez tout pelé...

Il y eut des rognonnages.

- ... Mon oreille gauche est bouchée... Et la droite aussi.

- ... Et nos yeux... ils picotent...

- À la télé, y' z' avaient bien recommandé la deuxième paire de lunettes à un euro...

- J'ai pas un euro à perdre, moi, môsieu'...

- ... Nos orteils sont tout rabougris

- ... Et même pas un p'tit coin, pipi...

- Eh l'aut' ! N'y a pas d' coins, ni grand ni p' tit, y' a que d' la caillasse...

- ... D' la caillasse qui monte et qui poussière, attention, y va y avoir de l'éternuation, j'ai pas pris mes gouttes.

- Ah ! y' m' semblait bien qu'il tombait des gouttes !

- C'est pas des gouttes, c'est du pipi d'oiseau.

- C'est des gouttes quand même.

- Ces gouttes de volatiles des montagnes sont peut-être caustiques... (avança quelqu'un)

-  Faut toujours se protéger d'un bob... De plus, un bob, c'est TELLEMENT BEAU... et je porte TRÈS BIEN le bob, m'a-t-on dit... (minauda quelqu'une.)

- ... Surtout çui tout roumoumou, avec la réclame du tour de France. Paraîtrait que son jaune canari attire les renards (ajouta un plaisantin qui avait conservé un minima d'énergie.)

Les derniers de la file, en dénivelé inévaluable à vue de nez, émettaient encore quelques ♪ ♫ fausses et poussives.

- ... Fait chaud... J'aurais pas dû mettre un Thermohabille..

- Moi, j'aurais bien dû en mettre un, Thermohabille... Fait plutôt fraîchôt à l'ombre.

- À l'ombre de quoi ? Y' a qu' des cailloux !

- Bin à l'ombre... d'un... d'un... d'un gros caillou, na !

Et bla et gna et bla gna gna, jérémiait la troupe des Croqueurs.

- Chrac... Chric faisaient les brodequins de Cheffe ABC.

- Cheffe ABC ! SOS !

- SOS Cheffe, "ça" ruisselle...

- Chric... Chrac... de son pas de Sherpa, Cheffe ABC progressait (en riant sous cape visière de casquette.)

- SOS, Cheffe, "ça" dégouline...

- SOS, Cheffe, j' dirais même que "ça" bavuche...

Cheffe ! Che-ffe ! Che--ffe ! Che---ffe !

- Chrich... Chrach... Imperturbable, Cheffe ABC crapahutait.

- Et dire qu'à cause de "ÇA", on doit prendre les deux bâtons dans la même main...

- ... L'autre main réquisitionnée pour transporter " ÇA"...

- ... ÇA , c'est à dire "LE PÉAGE"...

- ... Le péage, exigé par les signaux de fumée...

- ... Les signaux visibles en haut de la montagne...

- ... Les signaux décryptés par notre Cheffe ABC.

- ... Les signaux qui disaient :

PAGEE OBLAIGIROTE PUOR YTEI :  CETNORS GCALSE DUOBELS VLILANE FRSIAE, COTRIN CLOCOHAT.

Traduction 

- Alors nous, les benêts bien disciplinés, avons pris, d'une main nos deux bâtons et de l'autre un CORNET DE GLACE, DOUBLE. Le mien est vanille-fraise...

- Et le mien citron-chocolat, comme l'exigeait MÔSIEU' LE YÉTI.

- OUH OUH ! Qui vous a parlé de Môsieu' Yéti ? riait Cheffe ABC perchée sur un rocher.

- Ben... le message...

- Regardez-le "votre" Yéti, là, à cent pas sur votre droite, que voyez-vous ?

- REFUGE "LE YÉTI".

- Mais alors, le péage, en cornets ?

- C'était une petite blagounette, pour vous intriguer ! J'avais bien sûr prévu de vous proposer une pause dégustation, mais vous marchiez d'un si bon pas, entraînés par votre ritournelle, que je n'ai pas voulu casser votre rythme ! Et, si j'avais vendu la mèche trop tôt, vous auriez été déçus !

Pendant le discours de Cheffe ABC, l'écho répercuta, jusque dans la vallée, les slurp (pourtant discrets et distingués) des Croqueurs, dégustant avec grand plaisir leur péage parfumé.

Les chamois regrettèrent d'être herbivores lorsque l'écho leur parla d'un goûter partagé par les Croqueurs, ravis, chez LE YÉTI.

 

Publié dans Défis

Partager cet article
Repost0

Défi n° 230 proposé par Fanfan pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

Fanfan, la joyeuse retraitée corse nous propose  :

- soit de compléter un texte à trous (Le Cid de Corneille, tirade de Don Diègue, acte premier, scène IV) pour le changer.

(Ici, les "trous" ont été remplacés par le texte original, en rouge

- soit de parodier une chanson.

.................................................................................

                                                                   Ici

*◄ ŒUVRE : LE CID.

AUTEUR : Pierre Corneille, dit "Corneille l'Aîné".

OCCUPATION : Cornélien.

REMARQUES PARTICULIÈRES : Champion en alexandrins. Médiocre en repassage.

                                                    devient :

•◄ ŒUVRE : AL'CIDE

AUTEUR : Alcide, dit "Raton laveur".

OCCUPATION : Agent de production linge.

REMARQUES PARTICULIÈRES : Champion en calandrage. S'estime bienfaiteur des alexandrins auxquels il ajoute des pieds : il vénère les mille pattes.

...........................................................................................

* Ô  rage ! ô désespoir ! ô  vieillesse ennemie !

• Ô fâchage ! ô désespoir ! ô détresse ennemie !

 

                                    * N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

• N'ai-je donc tant dépensé d'écus que pour cette laverie ?

 

                                     * Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers

• Et ne suis-je endurci dans les travaux de linge à décrasser

 

                                    * Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?

• Que pour ne plus pouvoir en un jour déjaunir tant de taies d'oreillers ?

 

                                  * Mon bras qu'avec respect toute l'Espagne admire,

• Mon bras qu'en grandes expertes toutes les femmes admirent,

 

                                * Mon bras qui tant de fois a sauvé cet empire,

• Mes biscoteaux qui tant de fois ont repassé ce linge à aplatir,

 

                                * Tant de fois affermi le trône de son roi,

• Tant de fois affermi la trame de ces draps,

 

                              * Trahit donc ma querelle et ne fait rien pour moi ?

• Trahit donc la semelle de mon fer et ne fait rien pour moi ?

 

                              * Ô cruel souvenir de ma gloire passée !

• Ô virtuel souvenir de ma gloire passée !

 

                             * Œuvre de tant de jours en un jour effacée !

• Manœuvres de tant de jours en un jour bousillées !

 

                             * Nouvelle dignité, fatale à mon bonheur !

• Nouvelle malignité, fatale à mon bonheur !

 

                            * Précipice élevé d'où tombe mon honneur !

• Précipice élevé d'où tombe mon chiffon mouilleur !

 

                            * Faut-il de votre éclat voir triompher le comte,

• Faut-il de votre achat voir triompher le compte,

                          

                            * Et mourir sans vengeance, ou vivre dans la honte ?

• Et le voir finir sans vengeance, ou vivre dans un rebut pour fonte ?

                              (Brrr...)

                          * Comte, sois de mon prince à présent gouverneur ;

• Centrale vapeur, sois de ma blanchisserie à présent la supérieure;

 

                           * Ce haut rang n'admet point un homme sans honneur;

• Ce beau hareng n'admet point un jambonneau sans beurre (foi de raton laveur);

                     (Auteure frappée d'hypoglycémie galopante.)

 

                              * Et ton jaloux orgueil, par cet affront insigne,

• Et ton jaloux porte-feuilles, par cette acquisition insigne,

 

                            * Malgré le choix du roi, m'en a su se rendre indigne.

• Malgré le choix du mois, a su se rendre à Nîmes.

              ( Lons le Saunier ou Dunkerque eurent également convenu, mais, Nîmes, ça rime. Et  les soldes y débutaient.)

 

                           * Et toi, de mes exploits glorieux instrument,

• Et toi de mes exploits défripeux instrument,

 

                         * Mais d'un corps tout de glace inutile ornement,

• Mais d'un corps tout de grâce inutile ornement,

                     (Comprenne qui pourra...)

                         * Fer jadis tant à craindre et qui, dans cette offense,

• Fer à repasser jadis tant à craindre et qui, dans cette dépense,

 

                         * M'as servi de parade et non pas de défense,

• M'as mis dans la panade... eh non ! pas de ristournence,

                        (La fatigue se fait sentir...)

                       * Va, quitte désormais le dernier des humains,

• Va, quitte désormais le grenier à grains,

                                           (?)

                     * Passe, pour me venger, en de meilleures mains.

• Passe, pour te laver, sans être gaspilleur, les mains.

 

(Si vous réussissez à analyser les deux derniers paragraphes, prière de joindre la traductrice qui y a renoncé et se retrouve au chômage.)

 

Publié dans Défis

Partager cet article
Repost0

Défi n° 228 proposé par Colette " En toute simplicité" pour Les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

Le quotidien.
À partir de cette citation :
« Le train quotidien va bientôt dérailler,
qui veut rester dedans n’a qu’à bien s’accrocher. »Robert de Houx
En vous inspirant de ces mots,
sans nécessairement les employer,
écrivez un petit quelque chose
comme vous l’entendez,
dans la forme littéraire qui vous plaît.

Qu''est ce donc qu'un "train quotidien" ?

Une ribambelle de trains, qui vont leur petit train-train.

Qui donc est vraiment certain qu'il va dérailler, ce train ?

" Bientôt "... serait-ce demain, incessamment, ou en juin,

ou bien à la Saint Glinglin ?

"Qui ne s'accroche pas, va en être éjecté."

À qui, à quoi, s'accrocher ? S'accrocher sans s'agripper,

s'obstiner sans quereller. Décrocher sans reculer,

renoncer sans renier.

Que deviennent les éjectés ?

Ils vont reconstituer, avec d'autres rejetés,

de nouveaux petits train-trains pour former un nouveau train.

Depuis le début des ans a roulé le train du temps;

après chaque déraillement il repart résolument.

C'est l'instinct de survie. Ainsi va la vie.

 

Publié dans Défis

Partager cet article
Repost0

Les 25 jours d'Avent -9-

Publié le par François & Marie

Chacun s'installa face à un énorme sac de courrier.

Une heure plus tard, Santa vint faire une petite virée, les bras chargés de gourmandises : des carottes pour les cervidés-ongulés et des restes de saumon pour les "qualifiés ès". Il s'aperçut que ces derniers, très concentrés, avaient dressé trois hautes piles en fonction de la couleur du papier à lettres : une tour blanche, une rouge et une rose.

Intrigué, il s'en fut urgemment exposer l'affaire à  Santa Mama, ils ne seraient pas trop de deux pour résoudre cette énigme tricolore.

 

Publié dans Défis

Partager cet article
Repost0

Défi n° 227 proposé par Lénaïg pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

Lénaïg nous demande d'inventer un titre de livre puis d'en écrire la présentation :

qui en est l'auteur, de quoi parle-t-il, proposer un court extrait (deux, ici !).

.........................................................................................................................................................................

BIBI BLEU ET VOILETTE À POIS.

L'auteure, Marie Tournelle, nous entraine dans un mélimélo de souvenirs malicieusement panachés de mystères haletants et de nostalgie attendrissante. Un voyage où le temps coule doucement mais où le cœur bat vivement la chamade, en passant du rire à la surprise.
"Bibi bleu" est le livre de souvenirs mi fugue mi raison qui se lit avec gourmandise et qui nous lie à la béatitude.

F.

                                                      ****

"Une autrice est née." ( Elle Lui Eux Nous)
"Le bibi bleu"  la suite attendue de la Sissi Clette bleue. ( l'Équipe à vélo )
"Bibi bleu et voilette à pois", une ode à la culture en milieu périurbain ! ( Maison Jardins & Barbecues)
"Bibi" le prochain Fémina . ( La semaine de Sijours)
"Bibi bleu et voilette à pois" redéfinit la notion de littérature. (Télégramma)
"J'ai bien rigolé ". ( François de Cabardouche)

Le présent ouvrage a été traduit en trente quatre langues, y compris le Taa (claquements de langue du Botswana) et le Silbo (langue sifflée des Îles Canaries.)
Hollywood planche actuellement sur une adaptation dont le titre provisoire est "Voilette No Ziaire."

                                                                    * * * *

EXTRAITS :
... / « Jamais de la vie, ah non, pas d' ça Ninette...  jamais de la vie... » murmura Abigaëlle en bloquant avec nervosité son gant de filoselle entre les feuillets du missel - elle avait bataillé pour dénicher l'Introït de ce dimanche de Septuagésime, elle n'allait pas en égarer la page - même si elle devait quitter l'office au plus vite, suite à ce nouvel avatar. Elle remonta la travée aussi dignement que lui permettaient ses jambes en flanelle, sa jupe en soie moulante et son esprit cotonneux. Sans le voir, elle effleura Lucien qui poussa son voisin du coude « Eh vieux... vieux ! Les... les... pois d' sa voilette m'ont frisé l' nez et, devine, vieux : j'avais raison, vieux, j'avais raison ! » Un sourire mystérieux plissa longtemps ses yeux gris.../

... / Les deux gamins sautent de joie, ils vont partir pour quelques jours chez leurs grands oncle et tante où les attendent cannes à pêche et bocal à asticots. Ils vont s'en payer du bon temps au bord de la rivière, sous la houlette de l'Armand, le grand-tonton, brave comme du bon pain ! Et grand' tatan Suzanne les régalera de vrai chocolat, fondu dans du vrai lait et de biscottes beurrées. Ah ! les biscottes craquantes du vieux boulanger, le Tintin, et ce beurre-maison, quelles délectations ! Sauf que cette année, coup de théâtre: grand' tatan va caler entre leurs bols, à même la toile cirée, une pile rigide et austère de tartines sèches et noyer le beurre dans le brun rougeâtre du cacao brûlant... Quelle mouche a piqué grand' tatan ?... /

                                                       * * * *

 

Publié dans Défis

Partager cet article
Repost0

Défi n° 226 proposé par Josette "La Cachette à Josette" pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

Josette nous dit :

“ Halloween c'est fini, un dragon est resté. Je vous demande de décrire un bestiaire fantastique, quelques lignes ayant pour sujet un être, un animal (sirène, ondin, dragon...) sorti de votre imagination.”

..............................................................................................................................

D'une démarche saccadée, Néron le pigeon à l'œil rond griffe le bitume de la vieille rue, SA vieille rue.

Depuis des années il s'en est approprié l'horizontalité; il connaît chaque fissure de l'asphalte et y déniche parfois quelques gourmandises à pigeons; il sait qu'il doit vitement contourner la troisième crevasse, elle empeste le pipi de chat, il snobe le recoin à chardons où s'entassent les mégots âcres, recours des jours de disette. Néron évite aussi le coin herbu aux effluves de crottes de chiens et se hâte jusqu'au pied du tilleul où une petite vieille dame dépose, pour les matous errants, du gras de jambon et du pain trempé dans du lait.

Dans cette rue, la vie de Néron le pigeon tourne rond.

Pourtant, aujourd'hui, il est anxieux, plein de tics, mal à l'aise, nerveux. À y regarder de plus près, Néron le pigeon ne tourne pas vraiment rond.

Il subodore que dans SA rue quelque chose a changé : un intrus vertical y projette une ombre horizontale, une ombre étrangère, une ombre étrange. Il a beau dévisser sa petite tête ronde vers le ciel, Néron ne distingue pas l'élément importun.

Dommage qu'il n'ait pas ses lunettes, il les a prêtées à son ami hibou - qui tente une reconversion en rapace diurne - après les avoir teintées à la betterave rouge, ce qui est censé adoucir la transition et donner à son copain une sensation de vie en rose.

Mais, me direz-vous, un pigeon n'est-il pas un oiseau, un être ailé ? Ne peut-il voler jusqu'au gêneur ? 

Je vous répondrai : certes et certes.

Ce que Néron n'ose avouer, c'est que dans l'instant, il est incapable de décoller. Il a péché par gourmandise en engloutissant toute la détrempe et le jambon rance de la mère aux chats. Beurp... il est urgent d'attendre que son gésier s'allège.

Penaud, beurp, il file à petits pas d'automate se réfugier sous un banc et il sieste.

Vingt minutes plus tard, revigoré, il frémit des rémiges, s'envole jusqu'à la suspecte ombre noire. Prudemment il la contourne et la recontourne. Il décrète haut et fort que, pfou, ce truc cornu est vraiment bizarre, vraiment moche, vraiment mal fichu et, fi ! indigne de projeter son ombre hideuse dans SA rue.

Avec précaution, Néron apponte sur la vaste plate-forme des pattes griffues du monstre - qu'il juge hideuses, de très mauvais goût et mal manucurées. En guise de salutations, il largue pouit pouit pouit quelques fientes mollettes.

Venue d'en haut, s'élève une protestation assourdie qui se termine comme dans un sanglot.

Brrr ! La créature serait-elle vivante ? Tétanisé, Néron se fait tout petit riquiqui et en pouit pouit  de trouille.

- Grrr, sale nabot, cesse immédiatement de bouser sur mes pieds ! Bouhhh... je ne sais même pas si cette bestiole m'entend... Mes vociférations de Graoully le terrible dragon ne sont plus que murmures. Quelle déchéance... Hier, je tonitruais et tous s'aplatissaient. D'un souffle de ma gueule terrifiante je transformais les pigeons en rôtis, d'un coup de ma queue hérissée de pointes j'aurais fait de toi de la marmelade de pigeonneau.

- Pouit pouit...

- Las... il y avait trop de concurrence dans la sphère animal fantastique. Pour gagner ma croûte j'ai dû me recycler. Te rends-tu compte de la décadence, je me retrouve en enseigne, en belliqueuse pancarte pour... mercerie... Quelle honte ! Ma carapace d'écailles rugueuses est une doudoune pour berceaux. Quel affront !  Mes épines sont de croquignolets croquets pour robes de fillettes. Quelle indignité ! On m'a même attifé, moi le dragon terrifiant, de ridicules chaussettes vert pomme et tout le monde me trouve vilain, moche, ridicule, mal bâti sniff...

Néron le pigeon, rassuré - cet inoffensif dragon d'opérette ne le détrônera pas, il pourra rester le ROI de SA rue - s'esbigna discrètement. Il fila chez hibou et lui déroba ses lunettes roses ( le bougre dormait, son recyclage avait fait long feu !). Charitablement Néron les déposa sur la corne (en feutrine 11 euros 50 le mètre) de Graoully, effrayant dragon, désormais symbole de dentelles, rubans et boutons de culotte.

 

Publié dans Défis

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>