Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

traduction

Publié le par François & Marie

PÉAGE OBLIGATOIRE POUR YÉTI : CORNETS GLACES DOUBLES VANILLE FRAISE, CITRON CHOCOLAT.

 

retour

Partager cet article

Repost0

Lettre de St Valentin

Publié le par François & Marie

Vingt deux lettres de la St Valentin ont été soumises à votation, notre Amiral(e) Domi nous en a révélé les résultats. Les trois gagnantes sont :

N°1 Fanfan (lettre n°14)

N°2 Martine Quai des rimes (lettre n°8)

N°3 Jazzy 57 (lettre n°12)

Félicitations à elles, à tous les participants et à notre Amiral(e) pour son dévouement !

                                              ............................................................

Celle des Cabardouche était la n°19.

Les mots imposés sont en gras dans le texte.

.............................................................................................................

                                                                     

               Mon Robin*,

                                quelle surprise ! Est-ce bien à moi, à moi seule, que tu donnes rendez-vous ce jeudi ?  En un clin d'œil, sans retard et sans attendre, presque sans réfléchir, je te dis oui ! Oui j'y serai.

                                  Depuis toujours j'étais l'oubliée de la St Valentin, aussi impopulaire qu'une sorcière aux cheveux roux. Les soupçonneux cancanaient, les jaloux sifflaient - pour qui se prend-elle cette "nonne au jabot ardent" ? - une oiselle se doit d'être terne et discrète. Je les effarouchais. Je les inquiétais - à croire qu'elle cherche l'oiseau rare - piaillaient-ils dans mon sillage. Et toi, oh ! toi, toi, toi, tu as voleté jusqu'à moi, apportant à ma vie la légèreté d'un baiser d'oiseau, tu m'as appris à planer bien au-dessus de tous les pia-pias des cacardages. Et voilà que tu me convies à nos fiançailles ! le quatorze, au numéro quatorze de la rue du grain d'orge! Tu prévois une fête au faîte de cette douillette mercerie-papèterie-confiserie des quatre jeudis, où se dénichent bonbons, sucettes, chaussettes, réglisses, corsets et rubans de velours cramoisis. Jour après jour et brin à brin, nous picorerons dans ce fouillis-paradis de quoi tisser notre nid; à la St Joseph - n'est-ce pas le jour d'épousailles des oiseaux ? - nous nous y marierons... Ah mon cui-cui, tu m'en vois saisie de gratitude. Déjà j'en gazouille de plaisir.

                                     À jeudi mon pettirosso* !  

                                                     Gola Rossa*, ta flamboyante rouge-gorge.                                                                                                   

* Rouge gorge

Partager cet article

Repost0

Défi n° 215 proposé par ABC " JARDIN DES MOTS" pour les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

.......................................................................................

" QUI SUIS-JE ? "

Écrire une phrase qui parle de vous, sans vous décrire mais à travers laquelle ceux qui vous connaissent, à coup sûr, vous reconnaîtront.

..................................................................................................

" Solitaire en chemins creux, à l'aise sous les lustres - tourments masqués d'un sourire fort civil - impatiente mais endurante, enthousiaste et nostalgique, je débusque les petits riens, vénère les velours, les douceurs cacaotées, la prose et les bulles en vers verre... fin."

 

Partager cet article

Repost0

Défi n°214 proposé par Fanfan pour les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

...............................................................

- Vous allez écrire une lettre pour demander un emploi (sorte de lettre de motivation) en prose, en vers, en image, comme vous voulez. Mais il faudra convaincre votre futur employeur.

- Dans cette lettre, il faudra  "incorporer" des titres de chansons de Charles Aznavour.

. Voici les titres (à utiliser dans n'importe quel ordre )

Il faut savoir
La bohème

Non, je n'ai rien oublié
Hier encore 
Les plaisirs démodés

Je m' voyais déjà
Comme ils disent
Tu t' laisses aller
Viens pleurer au creux de mon épaule
La mamma.

....................................................

 

                 Madame, Monsieur les proposeurs d'emplois,

                              Non je n'ai rien oublié des formules ampoulées consacrées, c'est pourquoi je sollicite de votre haute bienveillance un examen indulgent de ma candidature à tous postes allégés à pourvoir.

Hier encore je me disais, la mamma, il faut savoir comment tu envisages ton avenir. La bohème, en pagne et tongs sous la yourte, sacrifiant en dilettante aux plaisirs démodés du macramé crocheté, est dépassée. Il serait urgent de choisir entre survivre de l'air du temps ou décrocher sans conviction  un mini emploi.

                                    Pour l'avoir expérimenté, je sais qu'il ne sert à rien de pleurer au creux de mon épaule; ça contorsionne grave les cervicales de la nuque de mon cou, ça détrempe le coton de mon tee shirt fluo et provoque des auréoles disgracieuses - la voisine en ricana et se mit à claironner " eh la nana, tu t' laisses aller ou bien ? "- Cette réflexion peu valorisante fut le déclic, il était temps que je mette les points sur les virgules, j'ai pris ma plume bic pour, comme ils disent, vous prouver ma motivation.

                                       L'adaptabilité est ma principale vertu. Il y a vingt ans, lorsque je songeai mollement et fugacement à rechercher un travail, je m' voyais déjà disposée à approcher d'assez loin des emplois instables variés, fugaces non routiniers, capables d'offrir, contre généreuse rémunération, des occupations allégées conduisant à une retraite pépère plénitude aboutie.

                                         Permettez moi, Madame, Monsieur de vous les citer chronologiquement. Désembouleur de sapins de Noël, prêteur de joues pour bises du nouvel an, délayeur de grumeaux crêpeux du Mardi Gras, accrocheur de poissons au pardessus des prétentieux, trieur de brins de muguet aux treize clochettes porte-bonheurs, puis, pour le restant de mai, faiseur de ce qu'il plaît (prolonger cette dernière tâche très ardue en juin, juillet, août, septembre et en octobre aussi), reprendre du service mi - novembre en déchrysanthèmeur de cimetières. 

                                              Persuadée que vous aurez hâte de me rencontrer en tant que prototype humain de malléabilité et de plasticité, rapido - presto, dare - dare, magnez-vous, j'ai besoin d' sous, veuillez agréer, Madame, Monsieur mes salutations distinguées. Big bisous.

 

Partager cet article

Repost0

La lettre adressée au Pépère Noël

Publié le par François & Marie

Lettre parue sur le site des croqueurs de mots sous la bienveillance de la capitaine Domi. Merci merci, pour tous les gentils commentaires que vous  y avez déjà posé. Excellente fin d'année à tous !

.................................................

Mots à utiliser dans la lettre : clé – pantalon – lumière – famille – croqueur – feu – opium –paysage – chaussette – étoile – concocter – croire – casquette - crotte - pumpernickel

Mon gros Pépère Rouge,

Ce matin en enfilant mes chaussettes, celles aux étoiles multicolores so chic avec mon pantalon couleur lumière d’automne, j’ai soudain réalisé que Noël allait bientôt faire partie du paysage !

Crotte, me suis-je exclamé, il va falloir que je me magne, il me reste peu de temps pour concocter le pumpernickel préféré de mon Pépère Rouge !

Sais-tu que la clé de la réussite de ce pain de seigle consiste à s’y prendre plusieurs jours à l’avance, le cuire pendant quinze heures, le laisser rassir une bonne semaine puis le croquer ensuite comme un gâteau (je suis sûre que tu fais partie de la famille de ceux qui aiment croquer, tu es un croqueur, quoi !)

Promis, je n’oublierai pas ton grand verre de lait, je sais que tu en es friand, c’est ton opium à toi ! Je crois me souvenir que tu l’apprécies bien chaud, je le déposerai tout près du feu; tu ne vas pas me croire, j’ai dégoté un truc super : un mug isotherme avec couvercle, c’est sympa, non ? Je l'attiferai, en guise de couvre – théière, d'une casquette en pilou rouge qui concentrera bien la chaleur, celle qui réchauffe les mains et le cœur.

Prends soin de toi, bon Pépère Rouge et n’oublie pas de revenir l’année prochaine.

PS : La casquette rouge est pour toi - menu cadeau pour un juste retour des choses - c'est ta taille, t’avise pas de prendre la grosse tête, hein !

 

Partager cet article

Repost0

C'est ma tournée

Publié le par François & Marie

Heureusement que dans la grande buanderie sont prévues des souffleries express pour faire sécher les effets des lutins et l' équipements des rennes. Le père Noël règle sur puissance maxi pour réchauffer sa doudoune. Le souffle d'air chaud amuse follement les caribous qui y cabriolent tout foufou.

Bien sec et tout réchauffé, Pépère Noël ( un peu ébouriffé quand même) peut atteler son équipage pour s'en aller livrer tous les joujoux. Les rennes sont concentrés, gonflés d'énergie grâce aux bonnes gaufres de Santa Mama et la grande tournée peut enfin commencer : la nuit sera longue mais la nuit sera belle !

 

Partager cet article

Repost0

Est-ce orage ?

Publié le par François & Marie

Un petit ronron familier intrigue cependant Mama Noël. Il provient de la buanderie.
- C'est bien curieux, pense t-elle, je n'ai pourtant  pas lancé de machine , je me demande bien ce qui se passe ?

Tintin et Lulu Les lutins laveurs, en charge de l'entretien du linge, regardent Santa Mama d'un air  penaud ... sans réfléchir plus que ça, ils ont prestement vidé la panière dans le premier lave-linge venu.

- Mais enfin, les zozos, vous ne triez jamais le linge avant de lancer une machine ?
- Si si,  Mama, bredouillent ils piteux et confus, mais on pensait que c'était le costume du Chris-Master qui avait besoin d'un cycle court avant la grande tournée ....

- Rhaaa mais c'est pas possible ! vous n'avez pas vu qu'il y  avait un bonhomme dans le costume ! Arrêtez-moi tout de suite ce lavage !

- Mais ... On ne peut pas stopper une machine en cours.
- Tututu ! bien sûr que si, voyons.

Et Santa Mama ouvre sans attendre la porte de la machine pour en extraire un Père Noël un peu groggy .

- Ô ô ô ... Eh ben dites donc, ça fait du bien un petit bain avant d'aller au travail ! ça réveille ! déclare le père Noël en s'ébrouant comme un labrador.

 

 

Partager cet article

Repost0

Hue, Gaufrés !

Publié le par François & Marie

Les p'tiots Rennes ont tous reçu un appel de Santa Mama, les invitant à la maison pour lui rendre un petit service...

Une croisière de milliardaire a été annulée, une course épique de ski de fond reportée, un gala de danse résilié, un embellissement de parterre à base de trèfles oublié, mais les rennes savent bien que la mère Noël ne les ferait pas venir pour rien, aussi se sont-ils empressés de ramener leur popotin au plus tôt.

Et bien leur en a pris, car les fers de Santa Mama ont chauffé comme des chaudières de paquebot pour multiplier ses fameuses gaufres de Noël.

Les rennes en sont tellement friands qu'ils en ronronnent d'aise et s'impatientent d'aller caracoler dans la nuit de décembre. Les plats défilent et les panses s'emplissent joyeusement.

 

 

Partager cet article

Repost0

Mettre tous ses voeux dans le même panier

Publié le par François & Marie

Rodolphe a le pif qui brille, il a réussi à retrouver Santa perché comme une boule sur un sapin de  fête. Le Père Noël ne s'en étonne même pas , il savait qu'il pouvait compter sur ce bon caribougie ! Fièrement, Rodolphe affronte la bise hivernale pour rapatrier le bonhomme carmin au Pôle. Ce dernier, conscient de l'urgence de la situation abandonne sans regret son Zoom Electica Flash 2000 pour un voyage classe éco en panier à linge. Il récupèrera plus tard le ZEF pour en faire un manège à lutin.

- Vous avez prévenu les autres rennes ?

- Santa mama s'en occupe, patron.

- Et.... sinon ça va ?  ils ne sont pas trop chiffon ?

- Meuh non, ça va être super de distribuer les joujoux tous ensemble .

 

Partager cet article

Repost0

Récupère Noël

Publié le par François & Marie

- Hummm je comprends ce qui s'est passé, Santa Mama, vous avez débranché le dispositif qui permettait au Patron de naviguer sur son electro-luge !

- Mon Dzou, mais alors privé de jus , il a dû choir comme un œuf dans une pâte à crêpe !

- Hi hi, oui,  ou comme un œuf à la neige ... Mais le Boss, s'il est un cas, ne se cabosse pas aussi facilement, je vais suivre ce fil d'ariane-espace et le réintégrer dans son atelier qu'il n'aurait jamais dû quitter. Avez-vous une luge de secours pour rapatrier le leader  ?

- J'ai la panière à linge des lutins...

- Parfait ça ira, pendant que je vais le chercher il faut absolument convoquer le reste de la troupe des caribous, nous avons une tournée de Noël à faire !

 

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>