Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Défi n° 85 "Un chant d'encre", proposé par Voilier (Blog -heures) pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

Ecouter l'extrait intitulé "Intrigue" provenant de l'album "L'encre des voix secrètes", de Patricia Dallio. 

Ecrire ce que celà vous inspire.

..............................................................................................................

 

Déjà les clochent tintent. 

Wynona* gardienne sacrée du monstre métallique, s'empresse.

Fébrile elle soupire. Sa vie dépend de celle de la Terrae devoratrix*. 

Dès le lever du soleil et avant que s'évanouisse l'écho des clochettes, elle se doit de nourrir cette machine infernale.

robot

Malheur à elle si les "gloup-aoup" du robot ralentissent, s'affaiblissent...

Qu'elle les laisse s'évanouir, elle en mourra.

Devançant la cohorte, Wynona déroule de longues baches. La foule les foule et passe, indifférente...

En hâte, car le ciel s'assombrit, elle gratte, et gratte encore et encore la poussière du prélart*, ruminant son amertume. 

-  Maudit soit le jour du pacte qui m'a liée au cruel Belzébuth...

Elle l'entend encore énoncer froidement,

-  La bière à volonté et l'argent facile te tentent ma beauté? Ils seront à toi si tu me prêtes main-forte. J'asservirai les buveurs de bière repentis. Je hais ces traîtres! Chaque jour entre l'aube falote et l'aurore dorée, ils osent devant ma brasserie processionner en méprisante et silencieuse horde, agitant leurs clochettes. Je veux les étouffer de la poussière de leurs propres pas. Tu la ramasseras. Tu en nourriras le robot dévoreur de terre. Tu guetteras leur retour. Tu actionneras la mécanique satanique. Tu les noieras sans pitié dans le suffocant tourbillon de tes balayures. Tu les laisseras gémir et implorer le salut de ma bière Belzébuth*, ricana le Prince des Enfers. Mais... souviens-toi Wynona... ta vie s'arrêtera si tu affames le robot... souviens t'en Wynona...

Wynona s'en souvient alors qu'elle racle, racle la poussière et que s'éloignent les clochettes...

 ............................................................................................................

 

* Wynona: prénom germanique signifiant "gardienne sacrée".

* Terrae devoratrix: dévoreuse de terre (traduction en Latin "de cuisine"!) 

* Prélart: grosse toile imperméabilisée.

* "Bière Belzébuth, diablement envoûtante" dixit la pub!  





Partager cet article
Repost0

Marie-Tout-Court chapitre II

Publié le par François & Marie

- Sachez  Miss Nanny, que ma ferme n'est pas "sale", elle est "vivante", rectifie l'aieule, piquée au vif. Y'ê pas l'tout, vôs atou, vôs r'sembiê à èn' pôle d'leuxe, d'aveu c'ta balle biaude in bengaline bieusse-vierge-mêrie, constate -t-elle en se signant! (C'est pas l'tout, vous aussi ressemblez à une poule de luxe avec cette belle robe en bengaline, bleu vierge-Marie.) 

les-greusailles.jpg- What?

- N'enfili dan ce d'vantier ape c'tê sèbouts pou v'ni d'aveu mouais queudre lê grusalles. (Enfilez ce tablier et des sabots pour venir cueillir les groseilles avec moi.)

- But...I don't no...(Mais, je ne sais pas...) 

- Si vôs sétes point, vôs z'êrez qu'à n'êpparer! (Si vous savez pas, vous n'aurez qu'à apprendre!)

 NannySabot.jpgMarie-tout-court et Charles-Edouard complices n'ont pas ce genre de questionnement, ils caquètent au milieu des volatiles.

Charles-Edouard sursaute, 

- Ah!... un presque- loup...il...il m'a lapé le poplité!

- Hihihi! gros bêta, c'est mon Moumousse, mon gros toutou berger des vaches. T'sé, j'crois bien qu' t'es accepté, sinon il l'aurait croqué ton... pot plité... ?...Dis, Charlie...le pot plité... c'est que les garçons...euh... qu'en ont un... pot plité?

 - Mais non benête, t'en as deux toi aussi, tes jarr...Hey! tiny ostrich! comme au Jardin des plantes! So pretty!  ( Des petites autruches, si mignonnes!) 

- ...Bin chez nous on écrit ça "pucines écouvas", des poulettes cou-nu, quoi!... pas moumoussedes autruches! T'sé c'qu'on va faire? an va yeu z'y bailli yeut' pâtée d'trequi (maïs), petit petit petit!

- Petit petit petit... trequi... petit petit! Ouch, y'a une grande cou-nu toute rouge à l'air pas commode.

- T'inquiète! monseigneur le coq se vexe facilement s'il n'est pas servi le premier. Fais gaffe aux représailles, planque tes mollets!

- ...Finalement...ma robe longue...si j'avais su...Pouih...cette mangeaille, ça colle aux doigts!

- Bin tu les lêches! r'garde l'Moumousse, y s'régale.

- Slup! ...bin... l'trequi, c'est pas mauvais, dis donc!

- On t'f'ra des gaudes, c'est d'la pâtée d'trequi pour les humains.

- De la pâtée -pour- les- hu-mains? T'es sûre?

- Voui! T'sé c'est moyen bon, mais rigolo!  Avec ta cuillère tu plisses le d'sus de la bouillie et c'est magique, t'as dans ton écuelle d'la peau d'éléphant propre!

- Pourquoi t'as plein de poules?

- Pour faire les oeufs en omelette et les poulets en rôtis, pardi! Viens, j'te présente les clapiers.

- Hello, little sand fox!

- Où qu' t'as vu ça toi!  Y sont pas "sans force", j'te f'rai dire, rouspète Marie -tout- court agacée.

- "Sand fox", renard des sables...

- T'es bigleux, l'Charlie, c'est pas des r'nards, c'est des lépins, des lé-pins d'foin.

- R'garde, y marmonnent...qu'est ce qu'y disent?

- Y disent "c'est qui c'benêt qui nous prend pour des fennecs?..." Tiens, donne -leur des grugnots (plantain) mais pas d'trèfle hein, y d'viendraient baudruches.

- Pe-lu-ches, pas bau-druches.

- BAU-DRU-CHEU, j'te frai dire! l'traye lê fê gonquier qu'ment dê baudruches. (Le trèfle les fait gonfler comme des baudruches.) Tiens, tâte donc pour voir s'il y a encore de l'eau dans leur casserole; les lapinous, ça aime bien qu'on leur arrose la gargamelle!

 - Y'a presque plus d'eau... mais y'a plein de p'tites boules de cachous...

- Des cach...?...!Ah oui! Oui, oui, normal... c'est une race des lèpins à cachous, goûte!

- ...Moelleux! mais...à Paris, le cachou ça sent pas tout à fait ça...

- Re-normal, çui-là t'en trouveras pas dans la capitale, c'est du spécial, du vrai de vrai cachou-cambroussard! 

- ...Dis Marie... y'a un ogre ici? chuchote un Charlie inquiet. 

- Heu... un ogre?

- Chutt, moins fort! Vois...là haut...ses grands gants joufflus pendent à une ficelle... 

- Hihi, nan! détend-toi Tcharlie, c'est pas les moufles du loup-garou, c'est des peaux d' lapins bourrées de paille! Quand elles sont sèches, on les échange pour deux sous au marchand de piaux d'lépins, et pis les deux sous, c'est pour ma tirelire!

- Où qu'y sont les pôv lapinous sans manteaux...

- Dans l'civet de ma mémé! T'sé, quand j'aurai plein d'deux sous, j'irai t' voir à Paris! Allez, amène-toi, v'là mes nude boar! (sangliers nus)

- Ah des cochons!

- Ah bin quand même, un peu de French, pas trop tôt! Y'ê dê couchons tout bin proprets que f'ront du bon boudin.

- ...Des cochons qui boudent?

- T'es nigaud... J'vas t'dire un secret: en automne, y'a un jour qu'j'aime pas, tsé...C'est l' jour d' l'édredon rouge...

Lire l'épisode 1 : cliquez ici

Lire l'épisode 3 : cliquez ici
Lire l'épisode 4 : cliquez ici

 Lire l'épisode 5 :cliquez ici 

...à suivre


Publié dans Histoire en Patois

Partager cet article
Repost0

Marie-Tout-court ( chapitre I)

Publié le par François & Marie

Ils sont arrivés!

marie Tout court1Tard dans la soirée le train de la capitale les a débarqués en campagne franc-comtoise. 

Charles-Edouard, petit Parisien de six ans, sa Nanny-Nurse anglaise en escorte, ont investi la ferme de Marie-tout-court, six ans elle aussi.

Ce matin, ni le vigoureux salut au soleil des coqs alentour, ni l'Angélus de sept heures ne les ont éveillés. 

Marie brûle d'aller sérénader à la porte de son invité, elle piétine d'impatience.

Juste avant huit heures, on lui en accorde enfin la permission!

- Tcharlie titi tanti tireli, les tartines titi tireli sont servies, tireli titi!

La mémé s'empresse de régaler la tablée de chicorée au bon lait tout frais.

- ...No tea?...hasarde Nanny.

- Point d'ti! admet l'aieule, mâ dê reutchâs d'païn d'ménège, du bon mié ape du prou bon burre d'chu nôs! Y vaut bin vôt'aigue cheude daveu du foin sôtchi.

Pas de thé, mais des tartines de pain de ménage, du bon miel et du bon beurre de chez nous! ça vaut bien votre eau chaude au foin sec. 

La toilette a été vite expédiée. Voilà Charles-Edouard fin prêt à découvrir l'univers de Marie-tout-court.

 ...Heu...Fin prêt?...

- Mais qu'est-ce qu...? Hihihi! Ouh! M'enfin Tcharlie! qu'est-ce qu...? Hihihi! hoquète de rire Marie tout court, où qu'tu vas déguisé comme ça?

Charles-Edouard pétrifié, s'inspecte,

- Mais...je...c'est ma robe longue du mardi...je..., balbutie-t-il perplexe. 

- Yes it is! Tserge de laïne tchïnée yocre, with subtle êccents rïouilles and elegant boots assorted...( serge de laine chinée ocre, aux subtils accents rouille et élégantes bottines assorties...), confirme Nanny, it's no laughable Maïrie, s'offusque -t-elle face à cette impertinente.

- Vins d'aveu mouais man ptchiot, propose la mémé bon coeur, j'vâs t'gauner pou qu't'sais bin ése.

- Viens avec moi mon p'tit, j'vais t'habiller pour que tu sois à l'aise.

- Oh oui mémé, j'vas t'aider, on va l'faire tout beau! sautille de joie Marie entraînant un Tcharlie aux convictions tourneboulées.

Nanny tourne en ronds contrariés, ses fines bottines impriment sa réprobation sur la terre battue de la cuisine.

Elle s'interroge: était- ce une good idéa que de répondre à l'ïnvïtëcheün de ces cambroussards arrièrés  campagnards accueillants certes, mais qui snobent le tea delicious et la robe longue du Tuesday?...(... Ils sont charming et ne lésinent pas sur la largeur des tartines... lui souffle une petite voix intérieure.)

Soudain, Nurse's cogitations et piaffements de botillons cessent... le relooké paraît!

- Oh, my god! ...Tcharles -Ed... your knees...my god... your knees are naked, s'étrangle Nanny. 

- Ah mon dieu Tcharles-Ed...vos genoux sont dénudés... 

les-p-tiots.jpg

- Oui, Nanny, mes genoux res-pirent! exulte un Charles-Edouard radieusement affranchi de ses oripeaux, ma culotte est une vraie de vraie de grand niston, suspendue à des bretelles élas-tiques qui ... clac, clac! et une vraie de vraie chemise de p'tit gars, a dit la mémé, pas une liquette de fille,à smocks! et mes sabots Nanny! mes sa-bots à moi! en bois d'arbre comme ceux de Marie! Ils chantent, clic, clac, cloc! et mon superbe béret, Nanny, la mémé a dit - c'ta têtre ê pou tê man p'tchiot! (cette galette est pour toi), c'est mon bé-ret à moi! Victory, Nanny! la vie est belle!

- In Inglish Tchârles-Edouârd! Speack Inglish!... please! trépigne la pauvre nurse alors que les deux marmots rieurs s'envolent vers la basse-cour. - Don't mess up yourself Tcharl...! ("don't get dirty") (ne vous salissez pas!) essaie-t-elle encore, mais nul ne l'entend, hormis la mémé, 

- Sachez  Miss Nanny, que ma ferme n'est pas "sale", elle est "vivante", rectifie l'aieule, piquée au vif. Y'ê pas l'tout, vôs atou, vôs r'sembiê à èn' pôle d'leuxe, d'aveu c'ta balle biaude in bengaline bieusse-vierge-mêrie, constate -t-elle en se signant! (C'est pas l'tout, vous aussi ressemblez à une poule de luxe avec cette belle robe en bengaline, bleu vierge-Marie.)


Lire l'épisode 2 : cliquez ici

Lire l'épisode 3 : cliquez ici
Lire l'épisode 4 : cliquez ici

 Lire l'épisode 5 :cliquez ici 

...à suivre 

Publié dans Histoire en Patois

Partager cet article
Repost0

vacances

Publié le par François & Marie

carte-.jpg

Partager cet article
Repost0

Les meringues -

Publié le par François & Marie

Sec et sans écho un violent tonnerre a claqué dans la nuit.

Vitement levée l'aïeule au front soucieux, murmurant des prières, allume fébrilement le cierge de la Chandeleur censé protéger la demeure. 

Alertés, les traits tendus, les adultes de la maisonnée, vêtements de nuit enfouis à la hâte dans pantalons et tabliers, se sont rejoints dans la vaste cuisine.

Les hommes, père et fils, scrutent par la fenêtre entrebâillée  la nuit électrisée.

- An pôt point dir' qu' l'oraige sait vrément sû nôs, ê s'rôt pieutôt su l'darri, sû Lon d'Saunie, jôge le Lèïon.

On peut pas dire que l'orage soit tout à fait sur nous, il s'rait  plutôt sur l'arrière, sur Lons le Saunier, estime le Léon. 

- Y'ê c'tu cê bian-djâne din ç'nâ qu'mémeye, sou-qui-e le R'né.

- C'est ce blanc-jaune dans ce ciel noir qui m'inquiète, souffle le René. florence2AR2.jpg

Deux heures du matin. 

L'aïeule et sa bru restent figées en cette heure insolite dans cette cuisine où pourtant tout le jour elles s'activent. Elles sont aussi désorientées qu'en territoire étranger, encombrées par leurs bras inoccupés.

- Va - t'en dan vouair s'ill èrrive, chuchote la grand mère au René.

-  Va t'en donc voir si elle arrive, chuchote la grand mère au R'né.

Le fils dévale la cour. Vient à lui sur les cailloux de la route la lumière jaune d'une pile Wonder, qui tremblote au rythme précipité et hésitant de sabots affolés.

- La Laurince v'z'ayez point pô, y'ê mouais, l'R'né! J'vins vôs charchie, an vôs attindôt.

- La Laurence, n'ayez pas peur, c'est moi le René! Je viens vous chercher, on vous attendait. 

Il prend le bras de sa vieille voisine et la guide vers la maison  où les femmes se sentent enfin utiles. Assises droites sur leurs chaises, elles ont calé contre leur flanc les enfants aux frimousses chiffonnées de sommeil. 

Les petits sont plus intrigués par la bougie, qui fait papilloter les ombres de cette réunion nocturne incongrue, que par la colère du ciel. Le pépé- qui -sait- tout les a d'ailleurs rassurés - Le tonnerre? C'est St Pierre qui fait rouler ses barriques! 

- La Laurince, v'ni dan ique veu mouais, propose l'aïeule en tapotant sur la chaise paillée en retrait au coin de la grosse armoire.

La Laurence, v'nez donc ici, près de moi. 

Clac, clac, clac, les sabots noirs de la Laurence la propulsent en automate.

Comme en transes, une main crispée sur sa Wonder toujours allumée, l'autre main agrippée à un cabas de toile cirée noire, elle fait crisser sur le carrelage la chaise qu'elle tire un peu plus à l'abri du grand meuble.

C'est la place qu'elle a choisie chez ces voisins où elle sait qu'elle peut trouver asile, de jour comme de nuit, dès qu'un orage menace. 

- Y rêtaque dru!

- Ca résonne dur! 

Cette remarque du grand père fait se signer la Laurence, qui serre contre elle son précieux sac.

Finette la petite chienne berger couine. Elle s'est glissée sous l'armoire dès le premier coup de tonnerre. (Par gros temps le vaisselier ne craignait pas d'être dérobé! La Laurence se fondait dans l'un de ses montants et la Finette aplatie en surveillait jalousement les pieds.)

On se tait.

On espionne les fluctuations des borborygmes du ciel.

On attend que l'orage passe. 

On se tient prêt. Prêt à se défendre de la foudre redoutée, prêt à se précipiter pour libérer le bétail, les chevaux, la volaille, prêt à courir demander le secours des voisins et de la motopompe. 

Le grand père se souvient que la ferme a brûlé lorsqu'il était enfant. Depuis, on est vigilant...

Pour conjurer leur anxiété les hommes émettent des banalités.

- V'là qu'y pieut, j'â bin pô d'la grâle, l'ciê ê bin djâne sû l'r'varmont...

- V'là qu'y pleut, j'ai bien peur d'la grêle, l'ciel est bien jaune sur le Revermont... 

- Y'a b'sin d'pieuge mâ la grâle...y s'rôt déseûdge pou lê biés ape pou la m'nange à v'ni...

- On a b'soin de pluie, mais la grêle...ce s'rait un désastre pour les blés et les vendanges à venir... 

...............................

 

Il est presque quatre heures lorsque le danger s'éloigne.

Cette nuit là,  quelques grêlons sont tombés sur le département voisin.

La foudre n'a brûlé aucune ferme.

Le cierge a été rangé dans un papier de soie.

Les enfants se sont endormis confiants, les grands veillent!

La tournée générale de lait chaud au miel a été accueillie comme un baume sur une meurtrissure; même Finette revenue d'entre les pieds de l'armoire y a eu droit.

Le nectar rural a redonné vie à la Laurence -  L'sê qu'vint, èprés la futrie, vôs vindrez tou chu mouais pou trinquer d'av'in Muscat qu'bulle, à pej'vôs frê dè m'ringues!

- Demain soir, après avoir porté le lait à la fromagerie, vous viendrez tous chez moi pour trinquer au Muscat pétillant, et puis j'vous f'rai des meringues! 

La moustache du grand père a frémi, il dé-tes-te le muscat bulleux! 

Pourtant depuis des années, il se doit de fêter chaque fin d'orage chez une Laurence reconnaissante, en levant son verre muscaté...

Heureusement, sur les meringues ce gourmand pourra se rattraper! 

Publié dans Histoire en Patois

Partager cet article
Repost0

Bin v'là t'y point...

Publié le par François & Marie

 

Clown détailL'Françouais y'ê point rinque in vèrnéchou, y'ê atou èn' balle pieum'!

François n'est pas seulement talentueux en images, il est également "belle plume"!

J'pouvôs m'n'aller ballement, è m'avôt promattu d'n'ècri à ma pièch'.

Je pouvais partir tranquille, il m'avait promis d'écrire pour moi.

I m'a fê tout cheuse d'vouair c' ta brav' imège d'Marrrie (trouais "re" Olivier!); point rintrie, côlôrie ape mistifrisée pou l'Alexandre (coiffoux dê stârs!), d'aveu d' la bin balle moss'line... (Y paraîtrôt qu'la Camilla ê jèlouse quind Marrrie s'fê balle in prince de Galles...Y'ê t'y vré çan?)

J'ai été émue de voir la belle image que François avait faite de Marie; sans une ride, coiffée par Alexandre (coiffeur des stars), en vaporeuse mousseline...(Il paraitrait que Camilla est jalouse lorsque Marie se vêt en prince de Galles!)  

Aidonc, pouèdant que l' Françouais ècrivôt, sètes-vôs l'avousque qu'ètôt la Marrrie?...

Alors, pendant que François écrivait, savez-vous où est allée Marie? 

 

Rappallez-vôs l'défi "Lilou-Frédotte n° 69, 28 novembre 2011":

 

 pontcharlespragues2.jpg

A Prègue su l'pont Tsarlé, l'cloune Ôl'pitre avôt rembirlificoté èn' dè cin ètouèl' qu' brequillôt au-te du Sïnt Népomucène. J'sus étée lèvan*, in Tchéquie pou contrôlaie si l'ètouèl' répsôdée pou l'Ôl'pitre ètôt touj' ique! Eh bin, ill y'ètôt d'aveu lê quètre z'autres! 

Otylie effect2A Prague sur le pont Charles, le clown Ôl'pitre avait rafistolé l'une des cinq étoiles de l'auréole de Saint Népomucène*. Je suis allée là-bas en Tchéquie pour m'assurer que l'étoile bricolée par Ôl'pitre était toujours là! Eh bien, elle y était, avec les quatre autres!

C'tê qu'm'an vouai-yu beuz'ner, piantée d'vaint c'tu Sïnt tout beurot ant dû songi "y'ê èn' beuznote" c'ta Marrrie d'Cabardouche qu' vouait pi-eu gnon ape qu'è in ravaitchainte ébâbi...M'en mouque bin! 

Ceux qui m'ont vue, béatement en arrêt devant la statue toute noire de ce Saint, ont dû prendre Marie de Cabardouche pour une simplette... Je m'en moque bien, je l'ai vu et même touchu! 

  ( cliquez sur l'image pour accéder au défi n°69)

 

karluv-most-jean-nepomucene-et-le-ballon-129* (Jan Népomucky) Jean Népomucène naquit en Bohême vers1340. Consacré prêtre à Prague, il devint le prédicateur de la cour du roi Venceslas IV.

Le roi (jaloux) lui aurait demandé de trahir le secret de la confession de la reine Jeanne de Bavière, Jean Népomucène refusa. Il fut arrêté, torturé à mort et jeté depuis le pont Charles, dans la rivière Vltava (ou Moldau). Cinq étoiles auraient été vues sur son corps sans vie. Canonisé en 1729, il est le Saint protecteur de la Bohême.  

* lèvan (ou lavan): là-bas (forme altérée de "aval"). 

Publié dans Histoire en Patois

Partager cet article
Repost0

Défi n°84 "Autour de soi-même" proposé par ABC pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

"Autour de soi-même".

Comme le tour du monde a été fait en quatre vingts jours, je vous propose de faire le tour de vous-même en quatre vingts mots.

.............................................................................................................................................

 

 

autrait2.2.jpgAutour d’elle c’est un tour de soie, un froufrou tel qu’il fait naître l’émoi. Qu’elle se pare de tarlatane de tulle ou de tapa, les fibres l’entourent, se plissent et tombent en cascade de falbalas. Le cachemire tutoie le shetland «si bien que j’en batiste» dit-elle en damas. Elle fait danser le crêpe sur la gaze et range ses reflets dans la moire . Mohair de rien elle s’entoure parfois de prince de galles pour devenir la reine de pashmînâ.

 

 

François de Cabardouche. 

( Marie, qui était en voyage cette semaine, avait mis François au défi de relever le défi...)

Partager cet article
Repost0

Défi n°83 "Voyage en Corse" proposé par 'M'Annette' pour la Communauté "Les croqueurs de mots".

Publié le par François & Marie

" Dans un grand moment de "ras la casquette", vous voilà partie seule en voyage en Corse au volant de votre petite voiture. Le ciel s'assombrit, la nuit tombe, l'orage gronde et soudain...vous tombez en panne !..."

..........................................................................................................................................

Partir! oh oui, partir... partir! partir!

Mais où donc, partir?

En  Corse?

...Et pourquoi pas!... en Corse!

Va pour la Corse!

Et c'est en Corse que se retrouve Miss Visière.

Elle en a eu "ras la casquette" subitement.

Assise sur les pierres brûlantes d'un vieux banc,

fascinée par Bonifacio roussie au soleil couchant 

elle engloutit distraitement

un sachet de canistrelli croquants.  

Mais de lambiner il n'est plus temps. Fini de rêver. 

Avant la nuit Aiacciu elle doit rallier. 

Google Maps a bien précisé:

"En deux heures et deux minutes par la N 196 vous y serez,

après cent trente et un kilomètres et un hectomètre de virages serrés,

douze mètres d'altitude vous perdrez."

La Miss tire de leur léthargie ses cinq chevaux fiscaux;

ils patientaient à l'ombre de figuiers ancestraux,

qui les ont généreusement poissés 

des leurs derniers fruits blets.

Corsica.jpg

Aventi!

Aussitôt fait, aussitôt dit, 

La torpédo ronronne, bouclant les virages en lacets.

- Ô Corse! j'aime tes rivages... et aussi tes virages! 

Soudain le ciel se courrouce, s'assombrit.

(ce plagiat de Rossi mérite t-il telle fâcherie?)

Voilà qu'il explose en tornade venteuse et en  foudre du tonnerre,

faisant entrer le monde en l'antre de Jupiter.

Eclairs et flèches de pluie dans les phares dorent la nuit.

Tout à coup une inquiétude ramène sur terre Miss Visière,

...la mécanique...elle...elle semble regimber...

...elle ne veut plus grimper...

- Allez, roule! Toi qui valsais si bien dans les tournicotis

on jurerait que tu freines...pourquoi ce ralenti?

Tu deviens pesante et dure...et ce bruit...

...mais d'où provient ce cliquetis?

Un son mou... de baudruche et de ferraille malmenée ...

Et si c'était...un pneu crevé?

Non, ce serait insensé... 

Las, c'est bien... un pneu crevé!

Miss Visière n'est pas très fière

en plein virage bloquée... 

En cinq actes la partition va se jouer:

Acte un: "attaca vivacissimo" (en vive attaque du pauvre volant qui n'en peut mais.) Non, pas à MOI! Impossible! Ce genre de truc ne peut pas m'arriver...La preuve, en quarante cinq ans ça ne m'est JAMAIS arrivé!

Acte deux: "disperato affredanto" (en agitation désespérée, trépignage et boxage du tableau de bord) -  C'est à moi qu'tu fais ça, moch'té d'mécanique? Moi qui t'fais visiter plus souvent que j'vais consulter. Et toi tu me fais l'affront de crever, moch'té de pneu sculpture V, posé à 37 euros l'heure, HT... mocheté de HT.Moch'té de météo...Moch'té d'heure d'été! Même toi la moch'té, t'es moche! Ah, moch'té de moch'té!

Acte trois: "amabile sotto voce"(en tentative d'aimable réconciliation)-  Allez... s'il te plaît, un bon geste, tu regonfles et je te promets, heu, tiens, de te lustrer, te désempoisser et même dorénavant de toujours t'abriter, même de mon manteau s'il le fallait(p'têtre pas non plus celui en cachemire haut de gamme, faut pas exagérer, celui en flanelle traitée pilou fera un très honorable plaid.) Euh... promis, juré!

Acte quatre: "con dolora, drammatico" (en douloureux constat) - Bouh... J'veux rentrer... j'veux m'réveiller ou  m'rendormir...c'est fichu... j'suis perdue...  j'sais pas décrever...

Acte cinq: "pacato affectuo" (en affectueux apaisement) - Après reflexion, puisqu'un seul pneu est crevé, il en reste encore trois non crevés, c'est le Pérou!  De plus, quel luxe, d'assister dans un fauteuil aux premières loges, à un spectacle son et lumières inédit!  Et pour dîner, c'est Bysance! Le Chef me recommande deux demi gâteaux secs, délicatement émiettés sur fond de sac en papier, craquant--gras, accompagnés d'un fond d'eau tiédement dégazéifiée. Bonne dégustation! 

............ 

C'est alors qu'impromptu s'invite un acte six.

............. 

Un phare unique et tressautant 

plonge sa lumière jaune indiscrètement 

dans la  face de la Miss en immobilité momentanée.

De crainte, elle en pâlit. Sous le volant se rétrécit et prie.  

Au ras de sa carrosserie vient de stopper

in extremis, en dérapage semi incontrôlé

une Vespa 125 au side car incorporé.

Deux silhouettes sombres y gesticulent et vocifèrent

semble-t-il en toute inamicalité  envers Miss Visière.

"Inconscience! plouc! danger public!"

tombent aussi drus que la pluie.

Il faut dire que les deux agités

le commissaire Calistu-Calistu

et son adjoint Lisandru,

sortent d'une rude soirée de clémentines effeuillées...* corsica2.jpg

Une minute auparavant, l'un rêvait d'intégrer

ses charentaises in situ et l'autre salivait à l'idée

d'une dégustation entre amis 

d'un Pathé Gaumont de vingt ans d'âge.

C'est imaginer son acrimonie... 

Bref, las et très agacés, les deux limiers

infligèrent un interrogatoire,

un brin comminatoire 

à la pauvrette esseulée,

qui leur fit des réponses en pointillés:

Les deux limiers - Encombrement voie publique, motif?

La pauvrette esseulée - Crevée...

- Cric?

- Non, pas de cri...

- Crikkkeu! Cric: Machine munie d'une crémaillère et d'un système de roue dentée que commande une manivelle utilisée par des éléments masculins galants idiots pour soulever l'automobile d'un élément féminin j'm'enfoutistement incompétent dont une roue est crevée. Où est crikkkeu?

- Euh...poubelle!

- Quouâ!? Motif ?

- Laide ferraille...superflue...encombrait coffre...quatre indispensables valises...

- Pouhhh...(à lire sur un ton de consternante et affligeante désolation navrée.)

- Ben, quoi?...(à lire sur un ton de candide bonne foi et d'ingénue innocence.) 

...........................................................................................................................................

Comme le temps passe! Résumons donc l'épilogue:

Las et accablés,

les deux limiers s'apprêtaient

à mettre le cap sur un lieu habité

pour un cric y quérir.

Le croiriez-vous! Leur Vespa, moteur noyé,

(les étourdis cylindres avaient oublié leur bouée) 

refusa obstinément de démarrer!

Pas de secours à espérer

des si fiables z'et pratiques téléphones, muselés

par les éléments déchaînés.

Les deux engins démotorisés et déglingués 

pioncèrent sur le talus.

Dans la berline cohabitèrent

le ronfleur Calistu-Calistu,

le cinéphile frustré Lisandru,

et la Miss cruciverbiste. Ses sourcils aussi haut levés

que son crayon mâchouillé,

prouvaient qu'elle bloquait

devant cette définition de mots croisés:

"Clément est Frère de cette rutacée..."*

............................................................................................................................................

 Ainsi s'achevait une charmante nuit d'été...

...........................................................................................................................................

* cliquez ici pour Voir le défi n°56. 30 mai 2011.

* Allez! je vous dévoile la solution, "clémentine" .(que vous pourrez retrouver en visitant le défi sus -précisé! )

 

Partager cet article
Repost0

Défi n°82 "Allons à la pêche aux noms de poissons" proposé par 'Jill Bill' pour la Communauté "Les croqueurs de mots".

Publié le par François & Marie

"Allons à la pêche aux noms de poissons".

.............................................................................................................................................

À la lippe pendante de Céleste Mérou se morfond un cigare éteint.

Signe évident d'extrême abattement.

Diantre! Laisse-t-on s'éteindre un précieux "cape colorato maduro"? 

Guttu! glougloute laborieusement le céleste.

Guttu, de son vrai nom Hippocampus Guttulus, fleuron de l'espèce hippocampe du bassin d'Arcachon (made in France véritable), fait fonction d'assistant- souffredouleur- confident -concocteurdetisanes- gardeducorps- coursier- psy -porteparapluie- nounou- êjenpasse, auprès du distingué Mérou Céleste, metteur en scène de son état. poisson

En bref, ce sosie de clé de sol coiffé en éventail, est personna grata auprès du Maître mais peut virer persona non grata les jours lugubres de cigare éteint.

Or, aujourd'hui est un lugubre jour. 

Mérou est tourmenté par une anxieuse et préoccupante inquiétude (c'est dire à quel point il est tracassé). 

- GUTTU! Au rapport! et au trot! feule Mérou soudainement réoxygéné .

- "Au trot"! "Au galot"! J'en henni de surprise! Dix ans que Mérou-divin me sert le même humour réchauffé, soupire l'élégant cheval de mer qui répond hypocritement,oh Maître révéré! Guttu piaffe au trot jusqu'à vous illico...  

Guttu cesse de trompetter via son micro-oreillette et se hâte en lent galop ascensionnel jusqu'au Céleste irrité. Il serre contre son torse cuirassé son autre lui-même,"the" micro-ordinateur coque unibody en alu brossé dernier cri.

Il ondule jusqu'à un Mérou avachi, dont l'oeil est à la fois furibardement implorant, plein d'espoir et de reproches (mimique très compliquée à reproduire, d'après les spécialistes) et crache, 

- Vas-y, ne m'épargne pas, sonne l'hallali!

Guttu réussit une figure équestre en pirouette, s'amarre à une feuille de posidonie, son fauteuil préféré et exhale, harassé, 

- ...Pas simple ni facile, oh Maître...

- ...Mais c'est ton boulot! j'te paie (certes mal) pour ça, non? J'te rappelle qu'acteurs, silhouettes et figurants doivent impérativement être opérationnels dans QUATRE JOURS! 

- Pfff... faire passer des auditions est exténuant. J'ai rencontré une faune...mais u-ne fau-ne!... Des morues et des thons exigeant des rôles de princesses. Des maquereaux et des  barbeaux combinards qui se voyaient incarnant de saints hommes pour se refaire une virginité...et comme je suis à cheval sur les principes, je... 

- Bref, LE FIASCO! explose le mérou au cigare refroidi, ach, je le subodorais! je le pressentais! je le flairais! Il ponctue chacun des "je le" d'un coup de nageoire très très, mais vraiment très irrité. Incroyable! Même pour "Saga pâle du sang bleu", t'as trouvé personne ?

- J'ai dégoté un superbe empereur et une altière daurade royale... récite Guttu après un coup d'oeil sur sa feuille de pompe en alu brossé.

- Mouais...

- Un mulet, un loup, et un poisson chat pour "Jeux d'eau monymes".

Un grand requin blanc pour "Y a du monde à croquer dans la salle?". 

Une jolie roussette pour "Soubrette, je te plumerai".

- Eh, eh! 

- Tout un ban de grondins grondants en  "Foules z'et merlans z'en colère".

Pour " La Maraîchine* des Androgynes", des limandes, des soles et des maigres.

Des carpes, des turbots, des tanches et des vairons, jaloux de la raie déjà embauchée, se sont mis à nu, ont exhibé leur corps osseux afin de décrocher les rôles de peignes à brushing dans "Tirato per i capelli".

Pour " Plagiat de plage", sont retenus des poissons rouges et des rougets, un omble à l'ombre d'une ombrelle.

Un St Pierre, un ange de mer, une prêtre feront les vertueux en "Civitas Vaticana".

- Dieu soit loué! 

- Une nuée de sardines en silhouettes sueront dans "Le slow du métro ".

En vedettes, les yeux frits d'un merlan en "Oui! niais de niais".

Ch'ai choiji pour "Un jour chez mon logopède", un  chinchard, un esturgeon, une rascasse, un pilchard et une épinochette.

- Chudichieuse déchijion!

- Un bar pour " Eponyme pilier".

- Tu me donnes soif! 

- Une venimeuse vive et un poisson torpille exploseront l'écran en "Youpla, boum!"

Des anguilles pour le suspens dans " Serpentifort en sous roche" .

Des tacauds et des turbots pour une pub de marche nordique.

Des poissons exotiques aux caprices de divas m'ont donné bien du fil à retordre...Ils ont exigé des brochets à leurs revers et d'immenses dressing pour leurs vaporeuses mousselines.

Me suis esclaffé avec des poissons-clown. Enlevé par les poissons volants j'ai rejoint les poissons lune... nous rêverons ensemble en "Crique en cirque".

Est-ce turgeon(?) jouera dans Hamlet.

- Estre ou ne pas estre, that is the sturgeon! glousse finement Mérou.

- Hotu pour "Oh tu as le hoquet? Ok"..

Qui mieux que la voix grave de la féra pouvait ccompagner les ondoiements d'un grand requin dans "Messe de Requiem"?

Un gardon tout frais et une truite arc en ciel pétilleront en "Pêche en eaux gazeuses".

Mérou buvait du petit lait...ce qui le changeait de son éternel blended whisky. 

Guttu s'évanouissait peu à peu, comme happé  par le feuillage de la posidonie qui en vibrait sur ses rhizomes.

Épuisé, il ronflotait déjà lorsque Céleste Mérou reconnaissant et ragaillardi lui tendit un cigare de luxe qu'il venait de porter quasi religieusement à incandescence.

- "Amen, ne varietur, sic itur ad astra"! * conclut Mérou Céleste en savourant enfin rasséréné,les arômes d'épices de son "totalmente a mano"*.

.............................................................................................................................................

* Danse du Marais breton vendéen.

* "Ainsi soit-il, qu'il n'y soit rien changé, c'est ainsi que l'on s'élève vers les étoiles". 

* Le nec plus ultra du plus mieux bien!

Partager cet article
Repost0

Marie Tout-Court

Publié le par François & Marie

portraithb.jpg

...La jolie frimousse de Marie Tout-Court. 

Publié dans La p'tiote

Partager cet article
Repost0