Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La légende de Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte Cabardouche pour l'Avent

Jour 6 Merdeadenn

- Alors les deux kohz yar, ça va ? vous supportez la merdeadenn ?

- Oui, oh ça va hein ! C'est pas la première traversée qu'on fait quand même ! Et puis on n'est pas des poules mouillées, arrête avec ça. On te paye assez cher pour nous emmener jusqu'au norzh du norzh.

- Moui… 5 kilos de kouign aman et une bouteille de Chouchenn c'est pas vraiment un tarif de croisière...

- Oui ben écoute bien, Loïc, ton bag c'est pas vraiment le Costa non plus, j'ai rien contre dormir sur les filets de pêche et manger du corned beef pendant toute cette merdeadenn, mais 5 kilos de  bon kouign aman de la mère Marivon c'est un bon prix.

- D'autant plus qu'elle le donne pas son Kouign aman la Marivon, intervient Azenor .

Loïc acquiesce, il connait assez la pâtissière pour savoir que chez elle un sou, c'est un sou et qu'elle ne va pas brader son beurre.
- Mais dites-moi, pourquoi vouloir aller jusqu'au Pôle Nord vous n'avez pas assez froid en Breizh ? Chez nous la météo n'est pas fameuse mais là haut , en plein mois de décembre, ça risque de geler non ?

- On s'en fiche de ça, Loïc, le froid, on le craint pas et de toute façon, on va aller dans un château !

Le marin pêcheur ne répond pas, il est persuadé qu'Azenor et Beuzega  sont possédées par l'esprit malin d'un Korigan et qu'elles n'ont plus les moyens de réagir. Il est toujours hasardeux de contrarier la malice des lutins aussi ne se risque-t-il pas à les contredire.

- Oui ! Surenchérit Azenor, même que le Roi Carmin habite dans le château avec ses cerfs de lumière !

- C'est une brozenn ? demande timidement Loïc...

- NON répondent en chœur les deux aventurières à la coiffe altière, c'est pas une brozenn ! On va juste… euh… on va juste lui rendre visite, improvise Azenor. Oui, c'est ça, une visite de courtoisie, confirme Beuzega qui ne tient pas du tout à révéler leur quête.

 

Partager cet article
Repost0

La légende du Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte Cabardouche pour l'Avent

Jour 5 "Maner Santa"

La légende du Pillig Hud

Azenor en voyant Merlin sombrer dans un sommeil méditatif, se saisit de la bouteille et goûte à la liqueur dorée. La saveur de miel fermentée a pour effet de la rendre joyeuse. Elle ne sait plus si la fable est réelle, mais elle se sent réconfortée !

Beuzega quant à elle, profite du coma serein de Merlin pour farfouiller dans sa documentation. Elle tombe enfin sur un ouvrage daté, mais précis sur la réalité des objets magiques. Elle dévore avec intérêt le chapitre consacré au Pillig et se persuade de son existence.

- Azenor, c'est écrit là, noir sur blanc ! Le Pillig est l'équivalent culinaire d'Excalibur, il était pendu au crochet sacré, personne ne pouvait s'en saisir. Seul un chevalier au cœur pur et à l'âme savante pouvait le décrocher… Cette espèce de beulke de Merlin avait raison, écoute ça :

" Il est advenu qu'un Roi en houppelande carmin au capuce ceint d'hermine est descendu du ciel en son char flamboyant. Escorté de ses cerfs de lumière il s'avança sans crainte vers le crochet sacré et su se saisir du Pillig Hud. Là où des armées de chair-cuitiers et maîtres queux échouèrent à se saisir de l'Objet Divin, le Roi Carmin le détacha sans faiblir. Il repartit au ciel en son char où il demeure. Le Pillig nourrit depuis l'armée des Anges par son pouvoir de multiplier les krampouezh."

- Maiiiiiiiiiiis Zeubega... heu Beuzega, c'est une brozenn ton histoire, un char qui vole, ça existe même pas alors. On va quand même pas grimper sur des gouelans pour aller voir si l'Pillig il est dans les nuages ... (il est vraiment bon c'te chouchenn)

- C'est un texte écrit comme pour une légende, mais l'histoire est vraie, j'en suis certaine. Merlin m'a parlé du Pôle Nord... je regarde dans le livre si on mentionne un château… voyons voir… nia nia nia… nia nia nia… c'est pas ça ... ah voilà ! Bingo , Azenor ! Il y a bien un palais au Pôle Nord : le "Maner Santa". C'est là qu'il est ! C'est là qu'on va aller !

 

Partager cet article
Repost0

La légende du Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte Cabardouche pour l'Avent

Jour 4 Chouchenn

- Allons allons Gwenc'hlan... Heu Merlin, ne nous fâchons pas, nous sommes de vieux Breizhad et on se comprend entre nous ... J'ai toujours une bouteille de vieux chouchenn sous ma koef et on va tranquillement s'en jeter un petit.

-Vieux bretons, c'est possible mais en tous cas je comprends mieux la forme de vos dentelles à binette ! Je veux bien y gouter, mais sache bien qu'on n'achète pas Merlin avec de l'hydromel de contrebande !

- Non mais dis donc ! c'est l'chouchenn du père Maden, qu'il fait lui même avec du miel d'ortie ! c'est vrai qu'avant il y mettait des trucs bizarres pour faire monter l'alcool mais ça rendait aveugle et ça faisait fondre les bols en terre cuite. Mais maintenant, promis c'est comme du sirop pour les p'tiots c'hwiltouz.

- Bon, ben si les gamins peuvent en boire ...

- Alors dis moi Gwen..Rlin, que sais-tu sur le Pillig Hud ? il existe bien n'est ce pas ?

- Ouf, il est quand même raide ton sirop là ... Le Pillig ? je sais pas trop, la légende dit qu'il a disparu il y fort longtemps ... tu me remets en p'tit coup ?

- Mais où, Merluche ? où a-t-il disparu ?

- C'est toujours raide mais on s'habitue, je ne sens plus ma langue... ou ch'est qu'il a dichparu ? Ben .. on raconte qu'un dieu sur un char volant ch'est posé et a pris le Pillig  pour l'emporter dans Chon palais à lui. Et voilà. 

- Tu vois, intervient Azenor, c'est rien qu'une Brozenn j'te l'avais dit !

- Nan ! c'hest pas une fable ! ch'est vrai ! même que le char était tiré par des... heu.. par des cerfs, des cerfs volants même ! Tu m'en remets un coup steplait ?

- Rhaaa mais qui c'est ce dieu ? Il est où son palais ? Il me faut ce Pillig, tu entends ?

- Chon palais ? ah ouich ... ch'est au Pôle Nord, je crois bien .... Ch'est un dieu rouge et blanc qui fait un bruit de clochettes.

Partager cet article
Repost0

La légende du Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte Cabardouche pour l'Avent

Jour 3 Merlin

La légende du Pillig Hud

- Salud Gwenc'hlan

- Salud les deux fouines... la journée commençait pourtant bien, je m'étais levé de bonne humeur et voilà que vous venez la gâcher dès l'aube !

- Toujours aussi accueillant, Gwenc'hlan à ce que je vois ...

- Oui, oh et puis arrêtez de m'appeler Gwen je sais pas quoi, mon nom est Merlin !

- Merlin ? enchanté ! ( le pauvre, il perd la tête)  l'important c'est que tu sois bien strobineller, nous avons quelque chose d'important à te demander .

- Stobi quoi ? non , non moi je suis au service du Roi Arthur et je ne traite pas avec les fouines. Qu'est ce que vous me voulez à la fin j'ai du travail là !

Beuzega se tourne vers Azenor et lui souffle : " je pense que Gwenc'hlan devient complètement berrbouellet, il se croit dans un conte ..." Azenor lui répond que fou ou pas fou, tout ça ne lui dit rien qui vaille et qu'il vaudrait mieux rentrer à la maison . Après avoir traité Azenor de Kozh yar, Beuzega interpelle à nouveau le sorcier, tandis qu'Azenor ronchonne en marmottant qu'elle n'est pas une poule mouillée.

- Oui heu... Gwen...machin... Merlin, nous venons te voir, j'ai besoin de ton aide, ta grande connaissance des légendes et ton habilité à dompter les démons pourront nous être utile dans la quête que je mène .

- Une quête ? houla ! j'espère que ce n'est pas le Saint Graal, j'ai jamais pu rien en  faire de c't'affaire. 

- Non non c'est autre chose, je cherche un objet magique qui donne le pouvoir à celui qui le détient de vaincre ses adversaires !

- Excalibur ? Ah oui ! Mais non ! C'est Arthur qui la possède et il hors de question que quelqu'un d'autre y touche non, non et non.

- ( qu'est ce qu'il raconte ce foll..) Mais non ...! Je cherche le Pillig Hud, la crêpière magique, celle qui cuit les meilleures krampouehz du Monde !

C'est une Brozenn, braille Azenor ! Après l'avoir menacée de lui faire bouffer sa coiffe, Beuzega reprend :

- Vous pouvez la trouver ou pas ?

 

Partager cet article
Repost0

La légende du Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte Cabardouche pour l'Avent

Jour 2
Gwenc'hlan
La légende du Pillig Hud

- C'est pour cela qu'il faut demander de l'aide au strobineller, il saura nous dire comment retrouver le Pillig Hud .

- Si il existe, Beuzega, si il existe ... car pour  le moment c'est une belle brozenn, jamais personne n'a vu le Pillig ! Et ce n'est pas un sorcier qui va nous le ramener.

- Je sais que ce n'est pas une fable... ma mamm-gozh avait entendu sa mamm- gozh lui dire qu'elle avait vu le Pillig et que les krampouezh qu'on cuisait avec étaient fabuleuses.

- Ah ben si ta grand-mère l'a vu, c'est autre chose... Et le strobineller, à part lever les brûlures et faire des tisanes de salicorne, il s'y connaît en krampouezh ?

- Gwenc'hlan n'est pas très futé, c'est vrai, il ne fait pas la différence entre un mérou et un goéland, mais j'espère seulement qu'il sera capable de nous dire où pourrait se trouver le Pillig. J’en ai absolument besoin pour écraser la concurrence ! Tu ne te rends pas compte Azenor, la légende dit que la pâte ne colle jamais et que les krampouezh sont si fines qu'elles peuvent servir de dentelles à la Vierge Marie.

- C'est une brozenn je te dis ! Et pis la dantelez c'est pour nos koef, pas pour la mamm de Jezuz et elles ne sont pas filées à la farine de blé noir.

Partager cet article
Repost0

Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte cabardouche pour l'Avent.

jour 1
Azenor & Beuzega

- T'sais Azenor, ce que j'aime dans notre pays austère de Pen-ar-bed, c'est le souffle épique des légendes qui se terrent derrière chaque caillou.

- Moui, Beuzega, en parlant de souffle, c'est plutôt c't'avel qui me secoue la coiffe... Tu peux me dire ce qu'on fait à c't'heure près de d'la mor au lieu de boire un bon Kafe avec des tartines ?

- Je ne suis pas tranquille Azenor, c'est bientôt le festival des krampouezh. Et, cette année, je n'ai pas l'intention de laisser ma place de Reine des Crêpes à une bande de gamines gavées à l'internet qui voudraient chambouler la tradition.

- Comment ça Beuzega ? tes krampouezh sont les meilleures de toute la Breizh et tu n'as rien à craindre des autres participants.

- Les meilleures crêpes de Bretagne… Peut-être, mais la concurrence est rude, les Chinois participent maintenant et ils impressionnent le jury… Pour être sûre de gagner le concours, il faut que je trouve la poêle magique : la fameuse "Pillig Hud".

- Mais Beuzega... c'est impossible, la Pillig Hud est une légende !

 

Partager cet article
Repost0

Défi n°272 proposé par Martine

Publié le par François & Marie

Martine nous dit :

" Choisissez au moins deux, ou plus, contes connus (Andersen, Grimm, Perrault...) qui ont enchanté votre enfance et, avec leurs personnages principaux écrivez une fable qui devra comporter une morale finale. Vous pouvez rajouter d'autres personnages."

regina malorum

 

« Miroir, gentil miroir, dis-moi, dans le royaume. Quelle est, de toutes, la plus belle ?

- Mais ma Reine, assurément, c'est vous, dont la beauté éclaire de ses feux le Monde connu ! »

La seconde épouse du Roi Loulou (de Poméranie) est heureuse, car elle sait que le miroir ne peut mentir.

Chaque jour, la marâtre consulte cet écran magique et attend la même réponse.

Or un jour, il advint que le miroir eut l'air d'en être moins sûr...

«  Euh… ma Reine, vous êtes toujours d'une beauté admirable, mais une jeune influenceuse du nom de Blanche N. a l'air de faire plus de vues que vous... son nombre de followers double chaque jour, alors que vous n'avez reçu aucun pouce bleu depuis une semaine. »
Blanche N. ? Mais qui peut bien se cacher sous ce pseudo ridicule ? Après avoir consulté sa page Facebook, la marâtre réalise qu'il s'agit de sa belle fille, Kévina, alias Blanche N. car elle ne sort que rarement de sa chambre et l'absence de bon air lui donne un teint gothique, (c'est la mode chez les 15/18 ans.) Vexée, la Reine décide alors de changer radicalement sa page Instagram et de devenir pour le bien de la blogosphère : «  Regina malorum ». Un blog de cuisine inspiré, tout entier consacré à la pomme.
Ses recettes de tartes, de tatins et de chaussons font merveille à tel point qu'elle devient extrêmement populaire sur les réseaux gourmands. Le succès culinaire de la Reine empoisonne l'existence de Kévina qui perd d'un coup tous ses followers (à part peut être une poignée de nains).

 

Moralité : Il vaut mieux faire des gâteaux avec sa maman plutôt que de perdre son temps sur internet.

 

--------------------------------------------

regina malorum : reine des pommes

Marie était très occupée cette semaine, c'est François qui s'est amusé à proposer ce miniconte.

 

Défi n°272 proposé par Martine
Partager cet article
Repost0

Défi n°271 proposé par Jeanne FADOSI pour les Croqueurs de mots

Publié le par François & Marie

LE TEMPS DES HORLOGES

 

...............................................................................................................................
Ça la contrarie. Le temps file trop vite.
Des panneaux, des enseignes le dénoncent à chaque coin de rue. En fluorescent. C'en est presque malséant.
En hâte elle regagne sa maison. Dès l'entrée elle se libère prestement de sa détestable et pourtant nécessaire entrave : sa montre.

Cette montre, qui peut jouer les espiègles lorsqu'elle indique la demie de onze heures et que toutes les boutiques sont devenues sombres et vides derrière leurs rideaux baissés. Quel événement gravissime est-il coupable de cette désertion ?  Elle avait tout bonnement oublié le passage à l'heure d'été...
Elle se sent dépassée devant l'air étonné des habitués du numérique quand elle leur demande de tourner dans le sens des aiguilles d'une montre.
Paradoxal son rapport avec le temps qui passe : elle règle soigneusement tous les cadrans de son environnement... à la hausse.
D'une pichenette elle contraint la vieille horloge comtoise à prendre dix minutes d'avance. Cette centenaire en aura perdu cinq d'ici demain matin. Parfait.
Toutes ses pendules avancent de cinq minutes. Elle est satisfaite.
Le summum appartient à sa préférée juchée trop haut qui indique soixante dix minutes de bonus. L'heure d'hiver ne l'a pas encore atteinte !

Bien qu'elle voue aux chiffres une cabocharde antipathie elle les rend complices de sa manie d'être en avance sur le temps, d'être soulagée de ne pas être en retard, de vivre deux fois les mêmes cinq minutes grappillées sur le temps qui passe...
Qui a murmuré "névrose" ?

 

Partager cet article
Repost0

Défi N°270 proposé par Anne

Publié le par François & Marie

Faire parler un objet qui raconte sa propre histoire

pendant un moment déterminé ou bien son quotidien.

Sur la plus haute étagère de la buanderie il fait calme et tiède.
Dame araignée quitte le centre de sa toile. À demi ankylosée elle déploie ses longues pattes grêles et s'écroule sur l'un des points d'ancrage de son arantèle.
- Je suis fourbue ! Aucune proie malgré des heures d'immobilité. De nos jours le moucheron se fait rare et le moustique méfiant. Ah ma grosse, j'envie ton immobilité et ta façon de vivre de l'air du temps.
- Euh... “ma grosse” ne m'enthousiasme pas vraiment...
- Oh pardon ! Je ne te savais pas susceptible !
- Je m'y perds. Ma "guide,“ celle dont je suis le ”valet", m'accuse toujours de ne pas être assez grosse... Certes, aux yeux d'une frêle araigne de quelques grammes, je passe pour imposante. Soyons lucides, on ne peut comparer une petite bestiole et un bagage.
- Quoi ! Un bagage ? Tu n'es pas une valise ?
- Valise est mon prénom, bagage mon nom. Il y a trois mois, lorsque tu m'as demandé la permission d'arrimer ta toile à ma poignée, nous n'étions pas assez intimes pour que je te dévoile mon identité totale.
- Tu as craint que je t'appelle “vagage” ricane la “petite bestiole” (qui en a gros sur la patate).
- Ou “ balise” ! Est-ce que j'ai une tête de bouée ?
Tandis qu'ils se défient en mots-valises, une lumière les éblouis.
Un claquement d'escabeau déployé leur cloue le bec.
- Ouille, ma guide ! murmure valise, elle va m'enlever, arracher un lambeau de ta toile, vite, planque-toi ! Désolée ...
- Ehhh... La sauvage me fait basculer à coups de manche à balai . SOS je tommmbe ! Je gis. Je geins.
Sourde, la diablesse agrippe une de mes roulettes et une poignée blette – ouilleux – et m'offense, je suis une grosse lourde. La seconde suivante elle me prend dans ses bras, j'en frémis de reconnaissance, elle va me câliner, je vais lui pardonner. Le bonheur...
Soumise, je deviens dolente.
Un cri de rage me dégrise : trois kilos cinq cents ! (Je ne l'avais pas vue monter sur la balance.)
Dédaigneuse elle me largue sur le parquet. Sans ménagements, m'ouvre en deux.
Plantée entre le contenant et l'hypothétique contenu empilé sur le lit, elle jauge.
Son oeil froid estime les volumes.

Le temps passe.
Je m’assoupie.
Soudain, le choc.
Elle me gave. Me fait avaler frénétiquement sa précieuse sélection.
Elle espère que je vais tout gober.
Je ne bronche pas.
Je m’alourdis, me distends.
Elle comble tous mes recoins, tasse et entasse, avec espoir…
Elle se redresse, pousse un soupir de satisfaction ; me referme, feint d’ignorer que je sature, au bord de l’indigestion.
Désespérée, elle m’écrase de tout son poids.
Je résiste, régurgitant le trop plein.
Au bord des larmes, elle s’affale à mes côtés, la tête entre les mains.
Le temps s’étire, pas moi !
Soudain, telle une furie, elle expulse mes entrailles.
Rageuse, elle tombe à genoux pour un ultime tri cornélien.
Déchirée, pourtant satisfaite, elle peut enfin me fermer le clapet !
Réconciliées, nous allons partir en vacances !

 

Défi N°270 proposé par Anne
Partager cet article
Repost0

Défi n°269 proposé par Renée.

Publié le par François & Marie

Composer un acrostiche avec les mots pèlerins et snirelep

Pour s'évader il lui faut compter ses paS

En pensée, sur la route, l'absence donne le toN

Libre comme un air de flute, le ciel est son abrI

Envie de tout besoin de rien, sauf humer l'aiR

Respirer l'horizon, embrasser l'espacE

Illuminer l'esprit en cédant aux charmes du cieL

Nourrie du silence vibrant de belle campagnE

Sa quête est à construire, la sérénité son caP

 

Marie insiste pour dénoncer François qui a tenu à tout faire sur la page  : et l'acrostiche et le dessin !

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>