Où la carte en franchise militaire… 

Publié le par François & Marie

Peut parfois manquer … de franchise ! 


" Cette carte doit être remise au vaguemestre. Rien ne doit y être ajouté,excepté la date et la signature de l'expéditeur; les phrases inutiles peuvent être biffées. Si quelque chose y était ajouté, cette carte ne serait pas transmise."

Cet avertissement, porté sur des cartes postales, pré-écrites et à cocher, informait les Poilus de la guerre 1914-18, des conséquences de surcharge de ces " Correspondances des Armées de la République". Liens précieux entre les combattants des tranchées et leurs familles.
Correspondance_des_armees_de_la_republique.JPG.jpeg


Mon grand père en avait docilement coché tous les éléments positifs.
Pourtant, roublard, il avait ajouté en tout petit "Y'è tout à la r'nabo".  (" C'est tout à rebours".)
C'était sa façon bien modeste, de faire de la résistance...
Heureusement, le vaguemestre devait être un peu bigleux, débordé ou blasé. Une chose est certaine, il ne lisait pas le patois arpitan dans le texte... 
Hommage soit rendu en ce 11 novembre, à notre grand père paternel ( le Léon de la vigne*), affectueusement prénommé Papa-Lon.

Publié dans Souvenirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MARIE de Cabardouche- 13/11/2010 18:29



Oui, c'est un discret hommage que je lui rends.


Bien contente de ton passage par ici Mamine, Bises !



Mamine 13/11/2010 14:27



A y est !!!!!! tu l'as trouvée cette carte-si-mystérieuse et pourtant si émouvante .....


Bravo pour ce beau souvenir de votre Papa-Lon !!!!!!


Serait fier, quoique un peu étonné , que sa Petiote parle de lui en ces termes !



MARIE de Cabardouche- 11/11/2010 20:59



De partout, on préconise de se tourner vers l'avenir, mais il faut savoir de temps à autre, regarder dans le rétroviseur. Il est vrai que ce qui s'y reflète, s'estompe, s'estompe puis disparaît.
A suivre...


 



Olivier de Vaux 11/11/2010 18:34



Je ne suis pas sûr que la commémoration du 11 novembre aille audelà de la centième. Qui vivra verra !