Lè maï -2-

Publié le par François & Marie

Garde.jpg"AVIS-SSE  A LA POPULATION ! 
Concerrrnant la nuit prrrécédant le prrremier mai et TRRRADITIONNELLEMENT: il serrra TOLERRRE que des objets ou matérrriels soient EMPRRRUNTES et entrrraînés jusqu'à la place du village. 
CONDITIONS EXPRRRESSES :  ils ne pourrront être enlevés que:
-s'ils n'étaient pas sous abrrri,
-s'ils n'étaient ni scellés, ni attachés au sol, aux murrrs et aux plafonds,
Il est FORRRMELLEMENT INTERRRDIT ( là,  sa voix tonne! Chien, gamins, ancêtre et sa canne, treille séculaire sont tétanisés.) de s'emparrrrer des éléments VIVANTS suivants :
-mammifèrrres rrruminants z'et/ou rrrongeurs,
-équidés z'et asines,
-caprrrins z'et ovidés,
-porrrcins z'et canins,( soupir d'aise de gros toutou squatteur d'ombre de séculaire treille...)
-félins: chats y comprrris (on ne saura jamais le pourquoi d'une telle précision...)
-gallinacés z'et autrrres serrrins, SOUS PEINE D'UNE TRRRES, TRRRES CONSEQUENTE AMENDE.
         QU'ON SE LE DISE" ! 
Acheva-t-il, rouge et essoufflé, avant de clore sa magistrale intervention par un " battu-caisse de fermeture"
" jugé : 

-bouche-béable par les marmots,
-comme d' habitudable -mais tu vieillis Eusèbe, t'aurais pas grossi c't'hiver?- par l'aieule blasée et sa canne en noyer, plus blasée encore,
-en "infime discordance vibratoire dans les articulations et en hiatus flagrant entre les intervalles", par le canidé à l'oreille absolue dont le front se bosselle de deux rides-gros-souci et qui, pnoufff, résigné, laisse tomber son museau boudeur sur le moelleux étalage de ses pattes avant...
Vous conviendrez que l'on ne badinait pas avec le protocole du 1er mai, dans nos campagnes franc-comtoises des années 50 après JC. 
Lire le début  Les Mai -1-
Lè Maï-       
    L' messier, l' Usèbe, avo tamborné d'vant duè ptchignots que juint è baches din la pousserotte, èn' ville fone aveu sin teutier ape in chin qu'v'niôt d'an sait point l'avou.    
    Qu'men touj el avo éne'mèré c'que t'avo l'drè d'traînaler pou l' premi d' maï. El èto point trop biaise, el avo proumettu dè preunes pou c'tè qu'ècoutrin point c'qu'è dit; y'è  t'y li la Louai ique, ou pâ ?
À suivre…

 Répondre
 
 Transférer
     

 

 

Publié dans Souvenirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

François 26/04/2010 13:02



Ouiiiii mais ce sont les histoires de Marie qui donnent naissance aux dessins



MARIE 26/04/2010 09:27



Les gouaches et crayons de François savent animer le billet qui rend hommage au désuet messier.



Olivier de Vaux 24/04/2010 19:55



Excellent arrrticle, que celui du Garde Champêtre ; je fais partie de celles et ceux qui souhaitent le retour de ces personnages hauts en couleur dans nos petites communes rurales.



François & Marie 24/04/2010 20:34



Et vous avez bien rrraison, le nom de Garde Champêtre inspire confiance.


Merci de vos visites.