La goutte -2-

Publié le par François & Marie

alambic-2-.jpg- Ah! miss cornue commence sa croisade, bougonne la vieille chaudière boucanée.

- Cette miss est un mister et...  pour moi un... mystère, rectifie en soupirant le petit égrenoir qui en pince pour l'alambic.

- Je sais, persifle sa grâcieuseté la macro-casserole , mais un mister qui bling-bling de tous ses cuivres me laisse plus que perplexe...
Chaque année, elle accueille fraîchement la rutilance de cet itinérant. Elle envie le statut respecté de distillatrice de cette grande bringue dorée, alors qu'elle, ne fait cuire que des patates, pour les cochons...
- Arrête de ronchonner bâille le four à pain de ménage, ça va nous faire de la compagnie et puis ça nous changera de tes odeurs parmentières!

cocotte- Tout le monde ne peut être grand maître boulanger fleurant bon la levure, regrette la grosse cocotte en gigotant du couvercle.
- Ah, tu l'as fâchée ferraille le concasseur d'avoine, elle va bouder et nous éclabousser de mécontents glops-blups-glops!
L'égrenoir à maïs reste coi, le rouge de sa peinture vire au vermillon, il est sous le charme...
- Contente d'être arrivée à bon port, susurre la belle rousse. Tu n'as pas un peu forci, chaudronnette?
- Occupe-toi de tes cucurbites! s'étouffe la boudeuse offensée.
- On va s'en occuper demain, confirme la belle en clignotant en direction de l'égrenoir qui bée! Dès le lever du soleil, vers huit heures quarante, le Léon sera autorisé a débuter la première "cuite" d'où sortira le blanc-argenté de la « blanquette ». Vers midi, il fera une deuxième charge en y mêlant le moût . Episode délicat, il lui faudra surveiller de près l'intensité du feu et le degré de l'alcool que je lui distille méticuleusement. Il est champion dans le maniement de l'alcoomètre. C'est même un prestidigitateur lorsqu'il bassine d'une lampée de goutte les épaules de mes cucurbites. Il les embrase en battant le briquet et apprécie la puissance de l'alcool au bleuté de la flamme.
- Champion...Prestidigitateur...s'empourpre l'égrenoir. 

- Tu as une grande responsabilité admire le gros four.
- Celle d'offrir au Léon une eau de vie de marc du Jura, tout bonnement!
- Ahhh... s'extasie égrenoir, cerisé !
- Il a l'œil le Léon, il repère quand sa "goutte" est à point , ajoute la brillante retorte. J'attends avec émotion le moment où il récupère un peu du précieux liquide sous la "guillerette". Si ses yeux brillent à la vue du collier de petites bulles d'air autour de son verre et s'il murmure - Ill è bin, ill fè l'chapelet!, je jubile et soupire d'aise, fière d'avoir accompli ma mission!

Il n'a pas que l'oeil, mon Léon, il a de l'oreille!

- Ouais, il a TOUT, le mon-Léon, se rembrunit égrenoir cramoisi.

- Il capte les vibrations de la vapeur et sait en doser les ardeurs, s'amuse la lady .

A dix sept heures seize, au coucher du soleil, il me mettra au repos. Sinon, gare aux contrôles des "rats de cave" qui surveillent les horaires légaux. 

La fumée de la chaudière et les senteurs d'alcool dénoncent les fraudeurs qui risquent gros.
Tous sont d'accord, même la boudeuse marmite pour affirmer que le Léon n'est pas de ceux-là!
Le Léon fraudeur, ça jamais! Au grand jamais

Juré, attesté, assuré, certifié, signé et contresigné par les tartufes associés de la chambre à four du Léon!

 

alambic-2-Dans la chimbre d'fô, l'ailambic a r'trové l'fô à pain d'ménège, le m'lin à avouèn', l'vougrou à trequi. Tous c'tè l'aimant bin, surtout, le ptchiot vougrou! Y'a renqu' la chaudi-ière à poumètares ape bolognes dè cuchons qu'y a fait la caire , y'è èn' jailouse!
Fautdrôt dir' atou qu'ill bling-blingue gros d' sè cuivres c'ta bâlle rossote!
Ill s'met du sentibon au marc du jura, y'è pas ren! Poutchant, ill è point bégueule, ill fè c'qu'ill a à fèr', y'è tout.
Ill lè a ébarlutés en diant bin du bin du Léon qu' savot bin la mignoter pou qu'ill li beille d'la bonne goutte.
Ill a causé du l'ver ape du queuchi du soulè, d'la blanquette, d'la guillerette, d'l'alcoométre, du fu su sè cucurbites, du chaiplet d'bulles, dè rats d'caves... 
E z'en ètint tout trebillôts! Mém' la ville mermite toute gaudrônnée en a ubié d'ragonner, y'è pou dir!

Publié dans Souvenirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Phil 19/01/2011 13:54



François, y dessine avec des aquarelles ?



François & Marie 19/01/2011 21:38



Ehhh voui : François y dessine avec des aquarelles et de beaux pinceaux en poil de petit-gris ( écureuil). Même si les images numériques l'intéressent, il ne trouvera jamais un tel rendu qu'avec
des vraies couleurs et du vrai papier. Les textures de métal par exemple sont très agréables à travailler avec le pinceau. Mais le vrai plaisir, c'est le sourire de Marie quand elle voit les
dessins. Merci beaucoup pour vos visites: vous êtes le bienvenu chez "Cabardouche"



Andiamo 19/01/2011 10:44



Ca m'a donné soif c't'histoire !


Belle association de bienfaiteurs ! Madame écrit et Monsieur croque... Bravo ];-D



François & Marie 19/01/2011 21:43



Oui c'est une page concoctée à deux avec des écrits et des croquis, des couleurs et des jolis mots . Merci de visiter Cabardouche. 



MARIE de Cabardouche- 17/01/2011 19:29



Tricôtinolait-


L'Oeil qui court-


Merci d'être venues écouter le dialogue de ces ustensiles rustiques. Il est moins risqué de leur donner la parole que d'interpréter le langage des humains.


Et puis l'imagination est une forme de liberté.


Bonne soirée à toutes deux !



L'Oeil qui court 16/01/2011 23:42



Une virée dans une authentique cuisine de campagne avec les vrais portraits des marmites, en couleur et avec le relief, et comme j'aurais jamais osé rêvé les entendre. C'est mieux qu'un voyage
organisé. La force de l'imagination c'est qu'on peint un monde de rêve sans limites.



Tricôtine 16/01/2011 22:55



Objets inanimés avez vous donc une âme ... joli dialogue entre potiches concurrentes .... goutteuses à la fine bouche



MARIE de Cabardouche- 16/01/2011 22:26



Mansieû du Tsé, crêtes-vôs qu' le Léon sè in filou? Que nenni!


Allez savoir, il faudrait questionner ses tartufes (ou tartuffes)...



Anne Le Sonneur 16/01/2011 17:52



Une belle aquarelle pour une miss cornue pleine de verve. L'apprenti sorcier se serait-il glissé dans la cuisine ? Anne



François & Marie 16/01/2011 20:55



Merci pour l'aquarelle, j'ai bien aimé rendre l'aspect du métal sur la pipe de l'alambic. Ce sont les mots de Marie qui font naître les images. Notre page est tricotée à deux et j'ai le bonheur
d'avoir la primeur des histoires… Mes dessins servent avant toute chose à rendre hommage aux belles phrases de Marie. Merci pour votre visite. 



le pays du tse 16/01/2011 10:50



Très bien, rien n'y manque. Ni les rats de cave, ni les bulles, ni le parfum de la distillation qui se respire plusieurs centaines de mètres. Y é ti seûr qu'le Léon se r'leuve pas la né, p'tète
min-me qu' ô s'é pas cutsi....!!Non, non , dz'ose pas y sondzi...!!!!