L'aire de rien

Publié le par François & Marie

lori.a.collier.jaune.jgke.0g.jpg

 

Transmutation à partir de RIEN proposé par Olivier de Vaux

 

C’est à n’y RIEN comprendre.

Vous en RIEZ encore !

Ne vous FIEZ pas aux apparences, ni à la position des lettres dans les mots.

Professeur Hur Luberlu, peu FIER, de bien haut vient de retomber.

Médi Zante, son assistante, depuis longtemps chuchotait derrière son dos qu’il était fou à LIER.

Elle est depuis quinze ans fidèlement LIEE à celui dont elle se gausse des calamiteuses expériences officinales.

Penaud, regard de cocker et mèche en pétard, il la convia à LIRE les résultats de ses dernières recherches. Elle s’attendait au pire.

Tout commence un dimanche de grandes marées.

Nonchalant, il laisse traîner sa filoche rose fluo du côté des rochers à l’abri des déferlantes, la tête farcie de formules alchimiques.

Il baille, signe que l’heure du goûter est arrivée, et puis la mer qui monte menace de le noyer.

Alors qu’il garrotte d’une vieille ficelle effilochée son épuisette sur son vélo rouillé, il y retrouve ébahi des œufs de LIRI.

Retiré dans son antre au milieu des cornues, il dorlote, chouchoute ces espérances de mollusques gastéropodes. Dans l’incubateur de son athanor, il les dépose rêvant de les offrir en ragoût persillé et aillé à sa dulcinée.

A présent, comment expliquer à sa belle qu’il n’y aura pas de réveillon de la mer. L’éclosion espérée n’a pas été celle d’une bernique mais d’un minuscule oisillon de LORI arc-en-ciel. A n’en point douter, en bon perroquet, ce babillard humiliera Hur allant partout conter sa mésaventure.

Hur qui souffre d’un gigantesque complexe d’infériorité vis-à-vis de son lointain et valeureux cousin Ben Hur s’en remettra t-il?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P


Magie du texte, couleurs des dessins. Encore une fois réussi. Merci à vous deux.



Répondre
O


Tiens, à nouveau, la présentation habituelle ! Encore une facétie d'O. B. sans doute.


 



Répondre
O


Dommage que vous ne disiez pas que votre texte habille une transmutation. Bravo pour la nouvelle présentation du blog et bonnes fêtes enneigées.



Répondre


Voilà qui est réparé et comme le dit le dicton : Noël au Tison : Paco Rabanne