Défi n° 90 "Un mot pour un autre" proposé par Suzâme pour Les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

"Un mot pour un autre". 

Écrire un texte décalé, amusant mais non dénué de sens, en substituant et en répétant un mot (et un seul) qui n'a aucun rapport avec le mot correct (mais s'en rapproche par le son).

..............................................................................................................................................

Avant-propos: la consigne a ici été un peu détournée, deux mots ont été utilisés et le texte n'a pas le côté ludique exigé. L'auto-absolution a été accordée, qu'on se le dise!

Mon miroir? Il y a belle lurette que je l'ai miré.

Pour le mirer il me faut sa chef ...

Sa chef...où l'ai-je donc mise en sûreté?

L'aurais-je placée sous chef?

Ah, la voilà, embusquée dessous mon couvre-chef!

Allons-y la chef, orchestrons l'ouverture de cette devanture.

Ne met pas ta vigueur en bémol, 

d'un dièse accroîs ton rythme oscillatoire,

derechef fais-toi le chef d'orchestre de ce miroir à ta portée.

Voilà qui est fort bien exécuté, bien joué la chef! 

A nous deux le miroir... mais quoi!... tu résistes,

tu fais le grincheux, le geignard,

pour un miroir, tu n'es pas très poli.

MiroirCle

Oh miroir magique, toi qui ne manques point de réflexion,

tiendrais-tu à ce que ton boîtier en loupe de noyer

ait une réputation de coeur de glace, de vile dureté?

Réfléchis... 

Ah, enfin tu capitules en répons à mon capitule! 

...Juste ciel... quel émoi...

Miroir serais-tu un de ces miroirs truqués

tant tu reflètes mes images du passé contrefaites...

En miroir aux trésors trompeur, tu as feint

de conserver leur fraîcheur aux dentelles fanées.

Tu as abusé de la crédulité des crayons épointés en leur faisant accroire

qu'ils ne bedonnaient pas en vain de desseins de dessins.

Tu as flatté les gommes, leur assurant qu'elles viendraient à bout

des flétrissures pathétiques momifiées par les années.

En miroir aux alouettes tu as fait miroiter aux pétales des roses

qu'ils ne seraient jamais, au grand jamais, ni racornis, ni jaunis.

En miroir aussi trompeur qu'un miroir sans tain

tu as laissé pâlir le teint de l'encre délavée des mots doux griffonnés.

Miroir félon tu as terni les images du passé, 

ton reflet infidèle n'est que capharnaüm a donner le cafard... 

Vite la chef, vite refermons ce miroir fallacieux, déloyal

dont je ne veux plus être vassale.

Chef, au diable vauvert je vais te catapulter.

A toi la liberté de prendre la chef des champs. 

Quant à moi, je vais passer de l'autre côté du miroir,

c'est commode, il me suffira de contourner... la commode.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

Merci Chloé pour votre passage sur notre page et pour vos encouragements, bonne soirée!
Répondre
C

Belle réflexion et orchestration ainsi que de succulents jeux de mots. Jolie illustration également. merci de ce partage. chloé
Répondre
E

De très agréables jeux de mots. Bravo!
Répondre


les mots aiment que l'on joue avec eux, ils sont encore plus agréables à lire ensuite. Marie est leur amie, elle s'entend bien à les faire tourner. 



S

Vous avez la clef du miroir. Dessin et mots nous ouvrent à notre pespective. Clef or not clef ou est-elle cachef. Vous en avez le secret et le texte comme un miroir nous montre un peu la chef de
nos existences. Merci pour votre participation. A bientôt. Suzâme
Répondre


merci beaucoup pour votre commentaire.


 



E

non mais des fois c'est qui le chef ! manque plus que les miroirs s'enferment à double tour dans leur mutisme !
Répondre


Et pourtant les miroirs ont la réputation d'être sages comme des images . 



H

Miroir trop fidèle et chef catapultée, voilà un récit qui donne le sourire


Merci à tous deux !


Amitiés
Répondre


...Il paraît que les miroirs infidèles sont souvent trompeurs. 



M

J'aime beaucoup, très bien menée cette  histoire, o nse vit dedans   bonne journée  à toi
Répondre


Merci pour votre visite, tout est histoire de réflexion entre le miroir et Marie ...



L

  Bonjour Marie et François. Je crois que je comprends ... l'altitude de la chef (juste un p'tit essai de
détournement de mots aussi), oui cette chef qui le savait et voulait te ménager, Marie ... Mais je comprends aussi ton miroir si gentil, moi devant lui je jouerais le jeu, pour lui faire plaisir
! P'tites pattes d'oie ou pas, passer derrière la commode en Alice frondeuse ne fera que te rajeunir. Bravo, bien amicalement.
Répondre


Merci pour votre commentaire, Lénaïg, il est vrai que passer derrière est une astuce bien commode . 



M

Comme toujours défi très réussi et si bien illustré par le dessinateur en chef !!! 


Bon début de semaine - bisous



Répondre


merci pour le compliment, le dessin n'est que le reflet du beau texte de Marie ...



O

J'admire ! Quel tain frais dès le matin ! Tout ceci mérite réflexion ! 
Répondre


C'est tout réfléchi:"je pense donc j'essuie" disait le laveur de vitre !



J

les images sont comme les mots ... il en est beaucoup de trompeurs ... Joli texte qui fait réfléchir sur la dictature du temps et des apparences


belle journée
Répondre


Merci pour votre visite Jeanne, en tous cas les mots de Marie sont toujours beaux... foi de François. 



A

Ca n'est pas un miroir aux alouettes


Ton miroir est drôlement chouette


Allons reflépsychez un peu,


Regardez je suis bien vieux


Et déjà tout glacé....
Répondre


c'est pour cela que l'on dit :" après mure réflexion..."



A

Consigne respecter ou pas, le reflet dans ce miroir est du plus souriant effet !
Répondre


c'est un reflet qui ne laisse pas de glace en effet !



T

Mini-mire, mais ça fait un maximum d'effet ! Brrrravo ! :~)
Répondre


ah ben c'est connu depuis les Rois-Mages hein ! l'or le mini Mir et l'encens