Le Ténor

Publié le par François & Marie

"LA RECETTE DU DEFI"  - n° 48 -
Proposée par Anne Le Sonneur pour la communauté "LES CROQUEURS DE MOTS".

"Prenez une recette de cuisine.
Sélectionnez cinq noms d'ingrédients ou/et d'ustensiles et autant de verbes d'action.
Battez ces mots dans un grand saladier métaphorique, fouettez-les à grand renfort de comparaisons.
Saupoudrez de quelques oxymores, litotes ou autres figures de votre goût.
Faites fi de la gourmandise! Brûlez la recette.
Puis, écrivez un texte descriptif (paysage ou portrait) qui tourne dos à la cuisine."

Ténorissime

Avant de se produire, le ténor mafflu avec soin, s'oint. 

Sa peau mi-glabre d'un baume gras il enduit.     (faire fondre le beurre) 

D'une poudre albe se farde.                              (ajouter la farine)

D'un geste prompt déparie les fruits d'Araucana,                  

(séparer les blancs des jaunes des oeufs à coquilles bleues d'une race de poules Araucana- Amérique du sud) 

Touille de sa mouvette leur partie rebondie,  (touiller les jaunes avec une cuillère en bois)

Ses iris dérobant prestement le pigment de l'écale.                  (garder le bleu de l'écale pour ses yeux)

Activant l'autre fraction d'un moussoir, en tignasse opaline.    (battre les blancs en neige)

Emboirant son teint d'un fluide lactescent.                              (ajouter du lait)

Fleurissant ses bacchantes de mignonnette et d'esprit,             (poivrer, saler)

Les embaumant de macis.                                            (parfumer de poudre de muscade)

Empâtant de Galalithe ses pâles rouflaquettes.                       (épaissir de comté râpé)

Se coiffant d'un caseret,                                              (mettre dans un moule à soufflé)

Béant, entonne con calore, delicatezza,           (ouvrir grand le four, délicatement chaud)

Frissonnant  vingt mesures simples du célébrissime Opéra "Formaticus caseus"...

 (faire cuire doucement vingt minutes le soufflé au fromage)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M


Tricôtine et m'Annette-


Merci m'Annette de nous avoir visités. Nous sommes déjà inscrits aux "Croqueurs"


Tricôtine, c'est moi, Marie qui sème la zizanie!


J'explique: si je veux conserver ma petite frimousse à choupette, je dois répondre aux visiteurs par le biais des mails. Je ne suis pas l'administrateur.


Je sais que, dans ce cas, vous n'êtes pas prévenu(e)s de mes réponses.


Je ne pense pas qu'il y ait d'autres façons de faire...



Répondre
M


Pour participer à la communauté, il suffit de s'y inscrire...


En tous cas, très belle participation!


bravo!



Répondre
T


coucou tous les deux... juste un petit mot, vous répondez aux commentaires en postant un commentaire, nous ne recevons pas les réponses en direct, si c'est volotaire je n'ai rien dit, si c'est
une question de manipulation.. je vous envoie les infos ???  gros bizzzoux à tous les deux (de quoi je me mêle ???
)



Répondre


Nous serons heureux de recevoir des infos supplémentaires pour mieux participer à la communauté des croqueurs. Bonne jourée à vous .



T


WOUAH!!  une envolée lyrique qui n'est pas retombée  j'arrive pour le soufflé chanteur, souffle coupé...  j'ai grand faim quand les autres font le souper !! bravo Marie envoie
mes hommages à ton  talentueux François  (cet homme là doit être fort bien nourri pour faire de si belles oeuvres ) bizzzoux à tous les deux !!!



Répondre


Merci à tous qui avez apprécié les mots gourmands de Marie . Et oui, son François aime ses tartes aux pommes servies avec de la liqueur de gingembre.



A


Un ténor époustouflant, tant pas le texte que l'illustration. Grand merci pour ce voyage entre le fard (le far?) et la cuisine. Anne



Répondre
M


Jill Bill-


Oui, texte et aquarelle sont en harmonie!


Bonne soirée Jill!


 


Eglantine-


Merci de vous être invitée à notre table! Bonne soirée!



Répondre
M


Olivier-


Que vous soyez sorti de votre retraite studieuse pour nous attribuer vos encouragements, est un privilège, merci vraiment Olivier. Vous auriez brillé en ce défi!


Je savais que grâce au talent de François ma recette n'allait pas retomber comme... un soufflé!


Amicalement.


L'oeil qui court-


En ce siècle passé, il eut fallu qu'un Monsieur hèlât pour vous le cocher en lui enjoignant de vous conduire jusqu'au relais de la malle poste. Quel panache!


Nounedeb-


Votre cake amoureux, de Peau d'Ane, a également belle allure!


 


 



Répondre
F


la rectte et le portrait se marient très bien



Répondre
E


entre le dessin et la recette...on en mangerait avec appétit !



Répondre
J


Ténor !  Diantre la belle façon que voilà d'évoquer concert et cuisine...en synchro.  Bravo Marie, texte et dessin....  Belle journée...JB



Répondre
N


Dégustation au sommet!



Répondre
L


Mon Dieu, me voila toute perdue.


En quels lieux, en quel siècle suis-je ?


Comment retourner dans mon époque ?


Je n'y entends goutte.


Holà cocher ! La gare !


(Pouvoir dire une fois dans sa vie "Holà cocher !"


Ne serait-ce que pour cela, je ne regrette pas d'être dans ce


"je ne sais où, je ne sais quand").



Répondre
O


Magnifique aquarelle, texte somptueux, un grand moment de blog ! Merci Marie pour ce défi magistralement relevé.



Répondre