Défi n° 126 proposé par Jeanne Fadosi "Les chaises d'Emile" (suite) pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

...............................................................................................................................................

Vous vous souvenez des chaises d'Emile (défi n°111). "C'est l'été, les oubliées sur la terrasse se retrouvent ici. Laissez-vous inspirer par cette image et personnalisez votre titre".

chaises---reduc1

.............................................................................................................................................

 Les chaises dans les prés, le début de l'été... (sur l'air de "colchiques dans les prés, c'est la fin de l'été").

- Fait chhaud...

- ...

- Ça piiique!

- ...

- On s'ennuiiie...

- Tu t'ennuies! Oui les chardons ça pique, oui le soleil sans l'ombre d'une ombre, ça cloque, oui les orties ça urtique, réplique excédée la vieille chaise en noyer boucanée.

chaise2.jpg

- ...

- Ainsi la jolie petite chaise Vermillonne s'ennuie. Mademoiselle craint les orties, les moustiques, les guêpes et les fourmis. Pourtant Vermillonne était bien partante pour s'exiler " le long des prés déserts où le sentier dévale.../" *

- J'étais lasse d'être comprimée par le quintal du gros Léo, voilà!

- Mademoiselle peut être tranquille, gros Léo a l'effroi du coryza! Il ne risque pas de venir nous retrouver en pleine cambrousse où "/... la pénétrante odeur des foins coupés s'exhale"*.

- Sauvée! 

Ces jours derniers, au café d'Emile l'ambiance était morose. 

Son chiffre d'affaire dégringolait, son moral et sa peau grisaillaient. Il menaçait sévère de virer atrabilaire.

Inquiets, ses clients-acolytes se creusèrent le ciboulot pour colmater le trou dans la comptabilité du limonadier.

Après cogitations, palabres, querelles, ils se rabibochèrent et lui soufflèrent l'idée d'expatrier une partie de son mobilier dans la prairie jouxtant la brasserie.

C'est bien connu dit l'un, dans les monts et les vaux le chaland de l'été qui crapahute sac au dos, a bien besoin de temps à autre d'abreuver le chameau!

Un autre argumenta, colles-y donc deux sièges et une table potable, tu vas voir, ce sera très rentable.

Emile immergé dans le pétrin, submergé par les conseils de ses copains, émergea enfin de son état chafouin. J'y pensais justement hier déclara-t-il de très mauvaise foi! J'ai sous la main une vieille chaise marronnasse qui roupille sous un ficus momifié, c'est elle que je vais expatrier. Cette vieillerie ne craint ni le soleil ni les intempéries, ça va la ventiler décida l'Emile soudain tout requinqué. 

- Tss, tss... Ton antiquaillerie , elle est costaude mais, entre nous, assez... moche et bien peu attrayante, remarquèrent ses compères, il en faudrait une seconde une coquette, une affriolante... 

chaise.jpg

 Te souviens-tu gaie luronne, c'est à ce moment là que tu t'es mise à rutiler de toute ta couleur vermillonne. Eh eh! aujourd'hui tu fais moins la fanfaronne. Tu trépignais, tu te trémoussais, tu voulais capter l'attention de l'Emile. Tu te pâmais, ââhh les filles, je vais être très tendance et très chic,  je vais recevoir l'Oscar "Mobilier Outdoor", pour moi ça vaut de l'or, c'est Hollywood! Et te voilà dehors, de ton voeu exaucée, pourtant au lieu de jubiler tu récrimines, fait chaud, ça pique, ça gratte!

- ... Mais ça libère du gros Léo! Dorénavant Miss Outdoor-Vermillon ne réceptionnera que des sportifs élancés, musclés, bronzés, légers! la classe!

- Bien sûr ma jolie! Et que feras-tu des porteurs de croquenots à crampons qui t'érafleront? Et des transpirants qui te ventouseront de leurs cuisses en sueur? Et des excursionnistes nordiques qui t'écorneront de leurs bâtons? Et des impatients qui ébrécheront de tes pattes le vermillon? Et des ...

- Arrête! tous ceux-là, vieille chipie, ils seront pour toi tralala!

- C'est bien toi qui disais "l'Outdoor n'a pas de prix"!  Quant à moi...tu verras, tout le monde me fuira tantchaise22.jpg les moineaux et les pies m'auront crépie, ne le dis pas, je viens de passer avec eux un contrat tralala !

 ................................

* "Soir sur la plaine" Albert Samain    

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J

encore un grand merci pour vos participations au défi n° 126. Les chaises campagnardes vous ont bien inspiré. Si le coeur vous en dit, le défi n°127 est proposé par enriqueta sur son blog et
rappelé sur le blog des croqueurs.


bises et belle semaine
Répondre
L

  Bonsoir François et Marie. Que ces chaises sont pleines de vie, quel régal de profiter de leur conversation et
leurs portraits !
Répondre
R

La voici reléguée dans la cambrouse qu'elle n'as pas l'air d'apprécier plsu que ça ni le Léo, qu'inporte champs elel a voulu champs elle a eu. pfff bravo j'aime beaucoup
Répondre
J

ah bravo j'ai beaucoup aimé votre dialogue mi râleur mi enthousiaste et les chaises croquées ...


tu crois que cela va faire remonter le chiffre d'affaires de l'Emile ?


merci et belle idée
Répondre


Je crois que le chiffre d'affaire d'Emile est décent . Merci pour votre visite, François aussi aime les idées de Marie.



D

Je ne suis pas une chaise, ne suis pas au fond du jardin mais pourtant je suis envahie de petits insectes tout exités par la chaleur orageuse ;) Oui ok encore une bonne femme qui se plaint, je
sais....


Bravo pour votre imagination débordante, tant dans l'interprétation que dans l'illustration!!!


Bises amirales.


Dômi.
Répondre


rhaaa la la , les filles ça fait rien qu'à se plaindre parce qu'il y a des moumouches ! merci pour vos amicales visites . 



E

Belle imagination! Bravo!
Répondre


Marie a des trésors d'imagination en effet, merci de venir les partager. 



J

pendant que les papillons papillonent les chaises ronchonnent je compatis avec Dame Vermillonne ,c'est plein de tous ces insectes qui nous guettent, de mouettes rieuses très chie..., de plantes
urticantes pas bien odorantes;  la campagne je la vois comme Jean Yanne... (mais j'y vis!)
Répondre


Nous habitons également la campagne et nous la trouvons tellement agréable. Merci pour votre amicale visite. 



D

Je profitais de la sieste de ma petite fille pour venir vous lire et publier vos liens mais voilà que mon mari a fait du bruit et l'a réveillée grrr!!! Donc pour aujourd'hui je me suis contentée
de prendre votre lien et je reviendrai dans la nuit lorsque ma petite s'endormira hihi!!!
Je vous souhaite une douce journée et à très bientôt!!!
Bises amirales.
Dômi.
Répondre


ah ben alors ! il ne faut pas réveiller les bébés qui dorment voyons ! merci pour votre visite, capitaine  ! 



O

Ah, mais j'entends texte AVEC les illustrations !  P.s. C'est qui Victor Bugo et Gustave Faubert, des potes
à vous ?
Répondre


Ouh ben ça va être joli avec les dessins en plus ! Victor & Gustave sont des écrivaillons qui ne participent jamais aux défis tellement ils sont snobs.



H

Bonjour à tous les deux,


Quelle imagination ! Le défi est magistralement relevé. BRAVO  !


Bien amicalement à vous deux


Henri.
Répondre


Merci beaucoup pour votre commentaire, Marie a vraiment le don pour imaginer des situations cocasses.



H

Bonjour à tous les deux,


BRAVO ! Quelle imagination, le déi me semble magistralement relevé.


Bien amicalement à vous deux.


Henri.
Répondre
O

Mais bon sang, vous déciderez-vous à éditer un recueil de textes choisis ! Celui-ci y figurerait en bonne place. Un grand cru !
Répondre


effectivement, Marie mériterait de publier ses textes... le problème serait de choisir, mais d'autres avant nous ont franchi le pas : Victor Hugo, Gustave Flaubert... alors pourquoi pas
Cabardouche ??? Bonne journée à vous .



J

Bonjour à vous deux.... Ici ou là il y a toujours à redire, ces chaises sont bien des femmes va.... sourire ! Amitiés, jill et bravo à votre duo !
Répondre


C'est vrai que les femmes méritent le confort d'un intérieur douillet. bonne journée à vous .



M

Bravo ! on dirait (avec beaucoup d'imagination) une parodie de la cigale et la fourmi !!!!


Bonne semaine



Répondre


c'est certainement parce que le texte de Marie est fourmidable.