Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

6 novembre

Publié le par François & Marie

Cliche-2010-11-06-16-08-03.jpgIl y a aujourd'hui une année que Marie et François ont créé Cabardouche. Marie a la passion des mots et François sous le charme, lui dessine des images. Bienvenue sur notre page qui sent bon la tarte aux pommes et la liqueur de gingembre. 

Partager cet article
Repost0

Le pot au feu

Publié le par François & Marie

- Brrrou, quel froid, l'eau bénite a gelé cette nuit !
  Le vieux curé vient réchauffer ses mains au-dessus de la grosse cuisinière à bois où officie sa servante Fonsine.
- Qu'estcequ'ycroit, onestfingromblablanovembre, gromblablagelerblabla...
- Vous grommelez Fonsine ? Et... vous pleurez...
- NAN, j'pleure pas, m'sieur l'curé, j'épluche un oignon pour le pot au feu. Iladitj'aimeraisbienunpotaufeu, alorslabonne,ellepotaufeuse, gromblabla...
La-bonne.jpg
- Ouh, mais je vous sens morose, Fonsine. Le Seigneur vous a donné un don, vous êtes bonne cuisinière...

- Mouais, m'leditpasbinsouvent, gromblabla, etpil'Seigneurgromblabla, pasluiqu'épluche...

-Mum ! Votre pot au feu enchante les narines, il va être sublime. Pardon Seigneur! Ce n'est pas un péché de gourmandise, c'est de la bonne sustentation hivernale.
-Grom-mouais, dans sustentation, y'a tentation, vade retro...
-Je dirais plutôt, bénissez ce repas et ceux qui l'on préparé...
-Grom...CEUX, cest Fonsine...SEULEgrom.
Curé-gourmand aimait le gras dans le bouillon. Fonsine en était trop chiche. Curé- futé ajouta, 
-Vous méritez une récompense pour vos bons petits plats, je vais vous donner...
-Gromblabla, lesboutonsdeculottedelaquête, gromrapia...

- Disons...un sou pour chaque oeil de la soupe ! A tout à l'heure ma bonne Fonsine.
- ............. Encroispasmesz'oreilles ! Faisons du bien gras, trois os à moëlle, un soupçon d'huile de noix maison, ploc, ploc, un petit reste d'huile d'olives de son confrère de Cucugnan, glop, glop,...glop? oui, glop ! Va y en avoir des yeux dans la soupe !
  Voilà Fonsine toute ragaillardie, à l'idée des jolis sous qui vont pleuvoir dans son escarcelle. Ce n'est pas si souvent que son curé lui donne des étrennes.
 L'Angélus de midi sonné, le Benedicité expédié, monsieur le curé déploie sa serviette avec un soupir d'aise et de gourmandise. Fonsine, rouge d'un triomphe contenu, apporte la soupière brûlante,. Elle en soulève cérémonieusement le couvercle, comme on lève le rideau au théâtre. Elle est sûre de son effet. 
...Déception... elle a voulu son bouillon si gras qu'un seul gros oeil s'étale sur la soupe. Elle en reste bouche bée souffle coupé et louche levée...
-Eh bien Fonsine, vous le servez ce pot au feu à un sou, s'impatiente le curé avec un sourire jubilatoire !

 

L'bouli

Un bon bouli r'lusôt au ventr' d' in brave curaï d'par chu nôs. Sa volote, la Fonsine, le fiot jèmais prou grâs,  ill rèparmôt.
Qu'm'en el ètot bin roublard, è li promis autint d'sous qu'y èrot d'uïlles su l' bouillon.
La Fonsine qu'ètôt pré d'sè sous, s'a mise à encuchaler l'gras, ape que ch't'y va, ape que ch't'y va. 
Ill en avôt bin trop mis, y'a avu ren qu'in gros uïlle su l'bouli ! C'qui fè qu'ill a eu...ren qu' in ptiot sou !
T' vouais, dè coups, faut point étr' trop gormand, t'sé...

Publié dans Histoire en Patois

Partager cet article
Repost0

Défi n°41 proposé par Jill

Publié le par François & Marie

LE CHOCOLAT-
Choco-ptiote.jpg
    
-En conjugaison -
Tu croques, je craque !
Tu fonds, je fonds itou !
Je chocolate, tu pralines.
Je spatule, tu nappes.
Je nappe, tu serviettes ( je pouffe!)   
    
-En déclinaison et élucubrations-
Aux noisettes...verruqueux.
Au riz... marrant! 
A la liqueur... riboteur !
Noir...hum, bel Hidalgo!
Au lait...corrida !
Blanc... li(t)vide.
De couverture...inutile puisque le lit est vide ! (je re-pouffe!)
Fondant...le petit Jésus en culotte de velours qui se répand (inclinez-vous mécréants-parpaillots !)
C'est à croquer !
C'est boire la tasse et apprécier.
Sait se laisser mettre en boîte sans s'insurger.
Sait enrober sans en être fustigé.
Se laisse fustiger pour un plaisir mousseux. 
    Chocolat.jpg -En anagramme-
Le COACH eut un CHOC en voyant surgir d'un CACHOT près du LAC, un CHAT noir, poudré de TALC
qui lui cria TCHAO en se dandinant,CLAC,TAC,TOC, sur ses trois pattes en bois ...(Félin de marque rarissime, qui ne pousse que sur les rives de certains lacs où sévit le brochet Esox lucius. Ce dernier, très teigneux, déteste les matous qui se baignent en monokini, dixit Chatalqué.)
    
-En questions -

Le chocolat, si c'était :
Un délice végétal, ce serait une mousse.                       
                                                                   
Une danse, ce serait une valse cho-co-lat, cho-co-lat, cho-co-lat...
Une saison, ce serait celle du blanc.
Une déception, ce serait être chocolat...
Un zèbre en ciel, ce serait un éclair !

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2