Défi n° 245 proposé par FANFAN 2B pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

............................................................................................................................

À partir d'une photo, d'un objet, d'une odeur, d'un lieu, Fanfan nous demande de raconter en quelques lignes un souvenir bon, gai ou triste ou une anecdote de notre enfance que cela a réveillé en nous.
 .............................................................................................................................

À la campagne dans les années cinquante, bêtes et gens cohabitaient de bonne grâce; les enfants de cette époque en conservent quelques souvenirs attendris.

En douce ils se régalaient de généreuses poignées de cacahuètes, piquées dans le sac de tourteaux d'arachides réservés aux vaches. Leur huit ans ignoraient l'existence de l'escherichia coli et autres sournoiseries bactériennes.

Même s'ils ratissaient à pleines mains les gamelles de pâtée des poules, jamais aucun gallinacé n'est allé cafeter. Braves bêtes !

En toute impunité - de la part des cochons - ils allégeaient de quelques patates la chaudière quotidienne de ces gros lards. La poignée du couvercle qui rôtit les mains, la vapeur qui aveugle et les Bintje qui brûlent lèvres et doigts, étaient le prix à payer pour un tel délice ! Les parents s'apercevaient à peine que l'appétit de leur progéniture était moins vif ; tant que leur dynamisme restait intact et que leurs joues étaient abonnées au rose pastel, ils n'allaient pas s'alarmer pour si peu.

Laisser le vieux chien de berger léchouiller leur tartine de saindoux, c'était pour eux avoir bon cœur.
Lorsqu'ils chapardaient un, puis deux, puis (souvent) trois morceaux de sucre qu'ils imbibaient d'alcool de menthe - digestive et vermifuge - le bon chien veillait sur leur longue sieste sous le tilleul. Chacun rend le service qu'il peut !

Ces innocentes frasques gourmandes ne mettaient pas le feu aux réseaux sociaux et n'exigeaient pas qu'une équipe sanitaire soit urgemment diligentée. Autre époque autres mœurs...


 

Publié dans Défis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
souvenirs émus et émouvants. comme c'est joli et plaisant bises
Répondre
C
Hé oui en lisant les commentaires je ne peux que me rallier à eux ! quels bons souvenirs ! je crois que nous seront les derniers(ières) a pouvoir les raconter ! Bonne fin de semaine, bises
Répondre
M
Tu as raison, Christiane, nous faisons partie de la dernière génération a avoir vécu ces moments simples entre enfants, dans nos petits villages. Sans excès de nostalgie, parlons-en, donc ! Merci d'être passée par la campagne des Cabardouche qui te font une amicale bise !
D
Des souvenirs dans lesquels j'aime me replonger pour les avoir vécus. Hélas nous sommes à l'époque où les gens voudraient profiter des joies de la campagne dans une bulle aseptisée, insonorisée, désodorisée, ils intentent un procès au coq, au clocher, roulent en tracteur turbo diesel, bouffent des légumes OGM, du faux gras , sans gluten et vegan et après ils s'étonnent qu'ils chopent un virus qui pourrait être inoffensif pour ceux qui ont toujours eu les deux pieds, les deux mains dans le fumier ;)
Merci pour ce fumet campagnard.
Bisous à vous deux.
Répondre
Ehhh oui ! Peut-être faudrait-il faire des recherches sur les vertus prophylactiques du tourteau d'arachide, c'est peut-être une panacée.
Merci pour votre amicale visite cap'taine ! Bisous de nous deux.
D
Que de souvenirs ! Cela me rappelle les vacances chez mes grands parents. Bises et bravo
Répondre
Nous sommes ravis de vous avoir ravivé quelques bons souvenirs. Bises de nous deux.
C
Ah ! Dans ma campagne, que de bons moments passés avec les poules et les lapins, dans mon cas !
Magnifique texte, et non moins magnifique dessin ! Bravo à vous deux !
Répondre
Merci Colette, nous sommes bien heureux de vous lire et vous espérons en bonne santé. Les poules et les lapins sont de merveilleux compagnons dans une vie d'enfant à la campagne. Amitié des Cabardouche.
L
Coucou les Cabardouche
Et merci pour ce royal et délicieux récit, doublé par un dessin légendé avec lequel je suis entièrement d'accord ! Chez Mémé, qui pourtant n'avait pas d'animaux, on s'amusait franchement bien au point d'y être une ribambelle en permanence....
Nous partions "dans la campagne" pdt les vacances en louant des habitats pour le moins improbables souvent imbriqués dans le Corps de Ferme... Maman recevait souvent des cadeaux de la part des fermiers : champignons, fruits et légumes ou.... pommes... Ah les délicieuses tartes aux pommes qui avaient un goût inimitable... jusqu'au jour où Maman, se targuant de vouloir nettoyer le four de l'immense et profonde cuisinière au charbon au feu d'enfer en plein mois d'Août et y trouva... une flopée de souris carbonisées.... Je rapporte de ses vacances frustres des souvenirs inoubliables... Mes plus belles vacances ... en mode "fermières", ma soeur et moi, aux côtés des garçons du coin, ramassant bottes de paille ou foin, ou des patates... La belle vie pour des citadines enfermées dans leur chambre commune la plupart du temps !
Merci pour ce récit savoureux et bonne soirée avec tous vos souvenirs
Répondre
Nous aussi nous aimons beaucoup la tarte aux pommes ! Quel souvenir amusant que ces souris cuites au four ... Les maisons à la campagne sont joyeusement squattées par d'habiles rongeurs. Il n'est pas rare d'entendre galoper dans le grenier ou grignoter dans le faux plafond. Le plus souvent ce sont des lérots avec un joli masque sur le nez et une longue queue touffue… Un peu comme l'écureuil qui vient piquer des noix et qui se carapate sur le toit.
Merci pour votre commentaire et ces souvenirs joyeux.
Z
Et que de bons souvenirs de cette époque là, n'est-ce pas ! Bises et bon début de semaine les Cabardouche
Répondre
C'est vrai, même si chaque époque apporte son lot de moments chaleureux quand ils sont bien vécus. C'est pour ça qu'il faut être gentil avec les enfants et leur faire des crêpes ! (c'était un message de Santa Mama)
bises de nous deux.
J
Des doux souvenirs loin des diableries sanitaires... jouer dans le fumier mis à part un certain parfum entêtant n'a jamais tué un enfant...
elle a bien raison la Mémé de donner ce conseil à ses petiots
(désormais à la pharmacie on peut acheter des probiotiques qui ne sont autres que des "eschérichia
coli" )
Bravo pour ce rappel de la vraie vie
Bonne quinzaine Marie et François
Répondre
Eh oui Josette vous avez bien raison ! Rendez-vous compte, des petits gamins faisant des galipettes dans la paille en grignotant le tourteau d'arachide pour les vaches, ils ne connaissaient pas les jeux-vidéo... Obligés d'inventer eux-mêmes des histoires ! Non mais quelle vie de gamins !
Merci pour votre sympathique visite Josette.
Amitié des Cabardouche.
A
Bons souvenirs de vie à la ferme... J'en connais un petit rayon pour les week-ends passés chez un oncle en Normandie...Des journées dont nous revenions épuisés, sales et ravis !!!!
Répondre
Qui n'a pas gouté à la bouillie des poules agrémentée de grain de maïs, ne connait rien à la gastronomie la plus fine ! Bonne journée ABC, merci pour votre visite.
J
Des souvenirs truculents de gourmands qui se forgeaient de solides anticorps .
Merci pour avoir ravivé cette époque d'insouciance . Un texte plein d'humour et superbement illustré .
Bonne journée
Bises
Répondre
Ces p'tiots là ont des gourmandises et des couleurs plein le cœur et Marie sait le conter avec un bonheur partagé. Le dessin est inspiré par les souvenirs du p'tiot François qui allait jouer avec les poules, bien avant de savoir lire ! Bises de nous deux.
F
L'enfance à la campagne, rien de tel pour être en bonne santé et heureux! Quels beaux souvenirs, qui font sourire ...
Effectivement, de nos jours cela semble impensable avec tous les microbes qui ont été découverts. L'enfance est aseptisée et les gamins attrapent tout ce qui passe!
Bonne semaine
Répondre
Merci Fanfan pour ce joli défi.
Avant d'écrire et de dessiner, nous avons évoqué ces petits souvenirs gourmands tout en savourant un velouté de cresson un poulet à la cocotte et une tarte aux pommes ! Ce qui démontre que l'apprentissage du goût auprès des poules et des cochons est le premier pas vers le plaisir de la gastronomie !
Bonne semaine à vous .