Défi n° 244 proposé par Josette pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

..................................................................................................................
                   Josette nous propose de jouer sur le double sens des mots.
Écrire une brève histoire commençant par :
                  "Depuis que je loue cette chambre à des hôtes charmants..."
Inclure dans le texte les mots suivants :
                  - adresse
                  - baie
                  - grève
                  - index
                  - jour

....................................................................................................................
- Depuis que je loue cette chambre à des hôtes charmants
... en mon for intérieur je tergiverse, la louer ou ne pas la louer ?
Mes hôtes me chambrent.
- Cette chambre si bien louée est-elle vacante ?
Je vaque et ne réponds pas.
De cette chambre, je m'en balance.
Tandis que je balance du pain sec aux écureuils je mets en balance des sentiments contraires, louer ? Ne pas louer ?
Je croise un miroir qui réfléchit. Moi aussi.
Je me tâte - ai-je grossi ?
Si je traduis ce que la psyché reflète, j'ai besoin d'exercice.
En opinant du chef, je me tâte derechef. Si je rafraîchis cette chambre, je me donnerai du mouvement.
Amincie, je retrouverai de l'énergie.
Je loue !

J'aurai un petit magot, m'inscrirai au cours de judo, aurai des mollets galbés, serai légère comme fée !
Je loue ! C'est décidé.

Je loue ! Je ferai de la zumba ! Tralala !
Je dépouillerai cette chambrette de quelques vieux tralalas; je ferai des milliers d'allers-retours de la chambre au grenier, j'emprunterai l'échelle, celle à treize barreaux, douze, treiz', ça en fait des petits échelons à escalader !
Je prendrai tant de plaisir à monter, descendre, à compter les barreaux, que ça me donnera l'envie de m'inscrire au Barreau !
Me voilà avocate, amincie et locatrice ! Un bail que j'en rêvais !
Je loue !
Je loue ! vous dis-je !
J'en deviens dingue. De joie j'envoie dinguer tous mes doutes !
Je loue !
Je tranche dans le vif - je loue - en tranchant l'ananas du dessert, aïe, j'ai failli y laisser un bout d'index.
Peu importe ! Je loue !
Je souris des yeux, des fossettes et des mains en moulinettes ! Je fais ma gigolette, me prends pour Mistinguett, je louuuue !
Derrière les rideaux à jours des grandes baies je jette un regard attendri à la baie, à sa grève de sable fin qui rosit dès la fin du jour.
Quelle vue superbe.
Tout à coup, je perds de ma superbe.
Catastrophe !... Ça n'est pas mon jour, la crème anglaise a tourné...
Disparu mon fameux tour de main ?... Envolée ma légendaire adresse ?...
Fini le temps où on se bousculait à ma dernière adresse pour me soutirer le secret de "l'ananas caramélisé à la fève tonka - parsemé de graines de grenade - et sa crème anglaise à la vanille Bourbon de Madagascar", qui faisait ma renommée.
Je bats ma coulpe. Les grumeaux dans la coupe affichent l'air benoît de ceux qui ont la conscience tranquille - c'est pas nouuus ! C'est ta faute à toiii...
Je les hais.
Mon cerveau anesthésié est en grève. Le sable de la grève devient gris. Le soleil s'est enfui.
Déçus, mes hôtes ne seront plus mes amis, eux qui me pensaient fantastique.
Je ne ferai jamais ni aquabike, ni aérobic.
- La chambre n'est pas à louer. J'ai menti en la louant devant vous, elle n'est pas louable et ne sera jamais à louer. Allez-vous-en.
- Sans dessert ! protestent les hôtes.
- Il me faut améliorer le dosage en sels de plasma dans "L'ananas au sang d'index".
- ...?...
?... ?... ?

 

                Pin Pon Pin   Pin Pon Pin   Pin Pon Pin    Pin Pon Pin

- Ouuuh quel joli refrain ! PONPON PINPIN !   Et ces lumières bleues qui clignotent qui papillotent et qui tremblotent, voyez mes amis, on arrive enfin au phare, ramez mes amis, ramez sur la galère ! Bientôt nous en sortirons de cette galère ! ponpon pinpin pépère !
- Qui a besoin d'aide par ici ? questionnent des voix sorties des phares du fourgon blanc.
Dans un même axe d'index pointé, tous les hôtes désignent aux HOMMES EN BLANC, leur hôtesse... désaxée...

- Bon alors toi tu serais l'hôte, et moi par contre je serais l'hôte. Et tu devras rafraîchir la décoration dans des tons chauds pour qu'on ne soit pas en froid. Tu vois ?

- Ben...

                         

Publié dans Défis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
un petit côté Perrette et son pot au lait ... et la dégringolade.
Quelle imagination, bravo !
Bises
Répondre
Être comparé à Jeannot de la Fontaine est très flatteur, merci de votre visite, bises de nous deux.
J
mais quelle histoire à louer !
j'ai aussi pensé à Perrette ...adieu veau vache cochon couvée,
crème et grumeaux sont restés
un conte à surtout ne pas mettre à l'index
Merci pour cette aventure du lundi un régal jusqu'à la chute
Bonne semaine à tous les deux
Répondre
Quand Marie a réalisé qu'elle pouvait jouer avec le double sens des mots, sa fantaisie naturelle s'est emballée et plein de mots se sont mis à danser. Merci pour ce défi très original Josette, belle semaine à vous, amitiés des Cabardouche.
F
C'est parti comme Perrette et le pot au lait et puis , paf, tout est tombé à l'eau au pied du phare !
Quelle histoire ! Bravo pour tous ces doubles mots.
Bonne fin de journée
Répondre
Les doubles mots multiplient le plaisir de lecture, le phare doit être anonyme car c'est un phare à 'on' ... merci pour votre visite, amitiés de nous deux.
C
Le jeu des mots est réussi et très inattendue la fin de l'histoire !!!!!!!!
bonne semaine , bises
Répondre
M
En effet, l'hôtesse a "perdu les pédales" ! Pas sûr qu'elle vous fasse de la crème anglaise en dessert ! À bientôt, bises des Cabardouche.
A
OK d'accord, mais refais le meuleu, je n'ai pas tout compris, François se prend la tête pendant que la Marie rigole de ses farces et attrapes. Heureusement il a les pieds sur terre et ne démarre pas au galop derrière sa faiseuse de bonnes aventures... :-)))))
Répondre
Le ptiot François est surtout occupé à croquer des gâteaux mais il reste très attentif aux récits de son amie la conteuse. Bonne semaine à vous ABC. Amitiés de nous deux.
Z
J'ai adoré vous lire les amis.... c'est génial !
Bises et bon début de semaine
Répondre
Merci beaucoup pour votre amicale visite, les histoires de Marie sont encore plus rigolotes quand elles sont partagées par les amis lecteurs. Bises de nous deux.
J
Déjanté, comme on aime ici.... ,-) belle journée zen à présent les Cabardouche, bises
Répondre
Vi, mais comme on dit : "quand y'a de la zen y'a pas de plaisir !" bises de nous deux .
J
Excellent , et les mots à double sens pullulent . Un sacré charivari dans la tête de l'hôte pas étonnant que la crème anglaise tourne de l'œil .
Bonne journée à vous deux
Bises
Répondre
Pourtant ... pourtant ... qu'est que c'est bon la crème anglaise ! (petite confidence, celle de Marie est un grand délice.) Bises de nous deux.