Défi n° 230 proposé par Fanfan pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

Fanfan, la joyeuse retraitée corse nous propose  :

- soit de compléter un texte à trous (Le Cid de Corneille, tirade de Don Diègue, acte premier, scène IV) pour le changer.

(Ici, les "trous" ont été remplacés par le texte original, en rouge

- soit de parodier une chanson.

.................................................................................

                                                                   Ici

*◄ ŒUVRE : LE CID.

AUTEUR : Pierre Corneille, dit "Corneille l'Aîné".

OCCUPATION : Cornélien.

REMARQUES PARTICULIÈRES : Champion en alexandrins. Médiocre en repassage.

                                                    devient :

•◄ ŒUVRE : AL'CIDE

AUTEUR : Alcide, dit "Raton laveur".

OCCUPATION : Agent de production linge.

REMARQUES PARTICULIÈRES : Champion en calandrage. S'estime bienfaiteur des alexandrins auxquels il ajoute des pieds : il vénère les mille pattes.

...........................................................................................

* Ô  rage ! ô désespoir ! ô  vieillesse ennemie !

• Ô fâchage ! ô désespoir ! ô détresse ennemie !

 

                                    * N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

• N'ai-je donc tant dépensé d'écus que pour cette laverie ?

 

                                     * Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers

• Et ne suis-je endurci dans les travaux de linge à décrasser

 

                                    * Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?

• Que pour ne plus pouvoir en un jour déjaunir tant de taies d'oreillers ?

 

                                  * Mon bras qu'avec respect toute l'Espagne admire,

• Mon bras qu'en grandes expertes toutes les femmes admirent,

 

                                * Mon bras qui tant de fois a sauvé cet empire,

• Mes biscoteaux qui tant de fois ont repassé ce linge à aplatir,

 

                                * Tant de fois affermi le trône de son roi,

• Tant de fois affermi la trame de ces draps,

 

                              * Trahit donc ma querelle et ne fait rien pour moi ?

• Trahit donc la semelle de mon fer et ne fait rien pour moi ?

 

                              * Ô cruel souvenir de ma gloire passée !

• Ô virtuel souvenir de ma gloire passée !

 

                             * Œuvre de tant de jours en un jour effacée !

• Manœuvres de tant de jours en un jour bousillées !

 

                             * Nouvelle dignité, fatale à mon bonheur !

• Nouvelle malignité, fatale à mon bonheur !

 

                            * Précipice élevé d'où tombe mon honneur !

• Précipice élevé d'où tombe mon chiffon mouilleur !

 

                            * Faut-il de votre éclat voir triompher le comte,

• Faut-il de votre achat voir triompher le compte,

                          

                            * Et mourir sans vengeance, ou vivre dans la honte ?

• Et le voir finir sans vengeance, ou vivre dans un rebut pour fonte ?

                              (Brrr...)

                          * Comte, sois de mon prince à présent gouverneur ;

• Centrale vapeur, sois de ma blanchisserie à présent la supérieure;

 

                           * Ce haut rang n'admet point un homme sans honneur;

• Ce beau hareng n'admet point un jambonneau sans beurre (foi de raton laveur);

                     (Auteure frappée d'hypoglycémie galopante.)

 

                              * Et ton jaloux orgueil, par cet affront insigne,

• Et ton jaloux porte-feuilles, par cette acquisition insigne,

 

                            * Malgré le choix du roi, m'en a su se rendre indigne.

• Malgré le choix du mois, a su se rendre à Nîmes.

              ( Lons le Saunier ou Dunkerque eurent également convenu, mais, Nîmes, ça rime. Et  les soldes y débutaient.)

 

                           * Et toi, de mes exploits glorieux instrument,

• Et toi de mes exploits défripeux instrument,

 

                         * Mais d'un corps tout de glace inutile ornement,

• Mais d'un corps tout de grâce inutile ornement,

                     (Comprenne qui pourra...)

                         * Fer jadis tant à craindre et qui, dans cette offense,

• Fer à repasser jadis tant à craindre et qui, dans cette dépense,

 

                         * M'as servi de parade et non pas de défense,

• M'as mis dans la panade... eh non ! pas de ristournence,

                        (La fatigue se fait sentir...)

                       * Va, quitte désormais le dernier des humains,

• Va, quitte désormais le grenier à grains,

                                           (?)

                     * Passe, pour me venger, en de meilleures mains.

• Passe, pour te laver, sans être gaspilleur, les mains.

 

(Si vous réussissez à analyser les deux derniers paragraphes, prière de joindre la traductrice qui y a renoncé et se retrouve au chômage.)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Quichottine 28/03/2020 12:23

Bien jolie réponse au défi, j'aime beaucoup.
Bravo à vous deux.

Jeanne Fadosi 10/02/2020 16:07

Je viens avec retard sur le défi précédent et je dis chapeau bas

François & Marie 10/02/2020 20:33

Bienvenue chez nous , vous n'êtes jamais en retard pour nous rendre une visite amicale. Merci pour votre coup de chapeau !

ABC 03/02/2020 09:55

Le défi est publié chez moi ce matin, à bientôt...

Marie de Cabardouche 04/02/2020 17:46

Merci ABC, à lundi !

yannn 24/01/2020 08:14

Je suis Yann de Strasbourg. J'ai dans l'idée de faire un petit billet sur la fustanelle.
C'était la réponse à une question de l'émission question pour un champion.
Et je suis allé sur le net afin de trouver une illustration.
Il y a bien sûr les Dupontds dans Tintin, et j'ai croisé votre illustration maison.
Je viens vous demander si je peux l'utiliser aux conditions qui seront les vôtres?
Le hasard a voulu que nous ayons des amis de blog en commun, je le vois à ce défi croqueurs de mots. Oh rage, oh désespoir ....
A plus, si vous le voulez bien.
Yann

François & Marie 24/01/2020 10:55

Bonjour Yann, oui bien sûr vous pouvez utiliser l'illustration, la seule condition est de citer le site d'origine ( francois-marie.fr) . Bonne journée .
Amicalement , les Cabardouche.

luciole 83 22/01/2020 22:14

ah, je suis morte de rire, aussi bien pour la tirade plus blanche que blanche qui lavera Don Diègue de l'affront subi.... que pour les réparties, dans les commentaires, des joyeux drilles qui font notre bonheur... Les Cabardouche, vous nous avez lessivés avec votre humour décapant .... que le dessin complète malicieusement... Waouuuh ! Bisous

François & Marie 24/01/2020 13:24

C'est une bonne chose de rire: Marie apprécie la fantaisie ainsi que les textes qui ne se prennent pas (trop) au sérieux. Elle puise dans une imagination fertile des trésors d'idées réjouissantes... les petits dessins viennent ensuite pour ajouter de la couleur !
Quant à l'humour décapant : nous savons, nous savons.
Bisous de nous deux.

Christiane la Banière 21/01/2020 07:50

Un petit coucou pour vous féliciter pour cette belle tirade ! Bisous

Marie de Cabardouche 21/01/2020 11:47

Merci Christiane ! Le Pierre Corneille doit frémir dans sa tombe !
J'ai sans doute voulu associer deux disciplines que nous allions perfectionner, voilà soixante ans... Bisous des Cabardouche !

colettedc 20/01/2020 19:33

Bravo à vous deux ! C'est tout à fait réussi chacun à votre manière mots et dessin !! Bonne soirée !

François & Marie 21/01/2020 11:25

Merci Colette, nous sommes ravis que vous ayez apprécié le texte . Belle journée à vous, amicalement.

ABC 20/01/2020 15:13

Comment repasser sans se répéter, Alcide a si bien fait le boulot que je n'ai plus guère de grains à moudre, mais la satisfaction de savoir le linge propre, repassé avec l'humour de votre amidon, en croisant vos mots, mon esprit s'échauffe, il fallait le fer !!!!

François & Marie 21/01/2020 11:27

Les amidons de nos amidons sont nos amidons. Ce texte n'était pas facile à fer ça nous a donné des vapeurs.

Renée 20/01/2020 14:55

texte difficile mais tu le fais deux fois chapeau bien bas.

François & Marie 21/01/2020 11:28

Il fallait bien qu'Alcide se mesurât avec Le Cid pour éviter de bailler avec Corneille .

Dominique 20/01/2020 14:25

Bonjour Marie et François,

Que dire ? Ah Le Cid devenu ce jour Al cide cet agent de production de linge auquel je trouve beaucoup d'humour ( Ainsi qu'à Vous, cela va de soi , sourire) Bravo !!
Mes amitiés
Dominique

François & Marie 21/01/2020 11:38

Al Cide est un gars qui aime le beau linge et qui revient souvent sur son ouvrage : d'ailleurs il va repasser .
Amitiés de nous deux .

Martine Martin 20/01/2020 10:15

Vous m'avez fait sourire. Merci beaucoup. Pauvre fer.

François & Marie 20/01/2020 13:14

Merci pour votre visite Martine, belle semaine à vous .

Josette 20/01/2020 09:45

Lundi jour de grande lessive Alcide a du travail il peut venir repasser son fer est bien venu... une tartine beurre demi sel confiture sera prête pour pallier à son hypoglycémie !
hypothèse pour le dernier vers :
Alcide écolo ne gaspille pas l'eau et se lave les mains avec son copain corse Parcimoni
Bonne quinzaine à tous les deux
bien amicalement

François & Marie 20/01/2020 13:19

Votre commentaire est tout un programme , Josette. Alcide a également un copain nommé Jacques qui l'aide dans ses travaux de repassage, d'ailleurs il chante souvent : " Fer Jacques, fer Jacques ..."
merci pour visite Josette et belle semaine .

jill bill 20/01/2020 08:23

Bonjour vous, oui pour la fin... on fait ce qu'on peut avec, quant au fer remplacé par une centrale... ah progrès ennemi des vieux machins !! Bravo ici aussi, bises, JB

François & Marie 20/01/2020 13:21

le dire c'est bien mais le fer c'est mieux . Belle journée madame Bill et bises de nous deux .

jazzy57 20/01/2020 08:17

Merci pour cette tirade d' Alcide pleine d'humour , dessin comme texte , bravo à vous deux
Bonne journée
Bises

François & Marie 20/01/2020 13:22

il ne faut pas confondre "tirade d'Alcide et jus de citron", merci pour votre amicale visite .
bises de nous deux .