Défi n° 195 (" Edmond ") proposé par " La cachette à Josette " pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

...........................................................................................................................................

                                     " Je vous présente Edmond ! "

À partir de ce tableau (vu dans une brocante), racontez une histoire courte en incorporant les mots : ciel, chaussure, coq, couronne, crapaud ."

.....................................................................................................................

Edmond boude. Il est bougon-chiffon.

-  C'est bien ma veine... il a fallu que ça tombe sur moi... Me voilà coincé, contrôlé par ces deux corbeaux gris aux bajoues flasques, aussi gais que le jour des défunts.

Et pendant ce temps, que font les autres, mes copains de récré ? Je les entends chahuter, taper du ballon, claquer des billes et rigoler en se faisant des croches-pattes.

Tout ça parce qu' ELLE, la Corneille, après m'avoir discrètement observé, m'a choisi, MOI, m'a désigné, à LUI, le curé.

Elle a dit qu'elle en est sûre et certaine, que le ptiot t'Edmond a rigoureusement le bon calibre, le bon gabarit, bref, les bonnes mensurations.

Elle a bien dit " ri-gou-reu-se-ment ", simplement après avoir observé mes chaussures, elle est fortiche la Corneille, elle a l'œil.

D'un ton ferme elle a affirmé,

- Curé, c'est bien connu, la pointure de l'humain correspond TOUJOURS à la taille de son avant-bras. Causez-en donc au Léonard de Vinci et au François de Cabardouche, eux savent ça, d'instinct.

Vexé, curé a pincé ses inexistantes lèvres, l'a toisée, regardée de travers. Ça n'est tout de même pas à LUI qui a potassé le Latin, la théologie, la philosophie et les Évangiles pendant de longues années, que la Corneille va en remontrer !

Et moi l'Edmond, dans tout ça ?

Maintenant que la rigolote a vendu la mèche, je suis bien obligé " d'avaler le crapaud ".

Bon, d'accord... je me suis laissé acheter par la félonne; en échange du service que je leur rends, elle m'a promis une bolée de gaudes* qui sentent si bon la noisette, j'en raffole. J'ai cédé.

Je sais, je sais, j'ai été aussi faible que le fut Esaü qui vendit son droit d'aînesse contre un plat de lentilles...

Oh ! et puis après tout, je ne suis pas Dieu et... les gaudes au lait sucré, c'est trop cool ! Pourtant, ça ne l'est pas au point de me demander de faire risette aux deux sombres statues. Je les ignore. Je vais tenir mes yeux bleu ciel levés vers le ciel, en attendant que " ça prenne." Combien de temps le noiraud a-t-il dit qu'il fallait patienter ? de vingt à quarante minutes... c'est longuet, je me suis fait berner, j'aurais été en droit d'exiger DEUX bolées.

Sans l'observer, je sens que curé tend le berceau de ses deux mains crochues vers le plâtre humide et froid qui emprisonne mon avant-bras. Il veut protéger SON moulage, impatient, il semble l'encourager à accélérer la prise. Il y tient. Ce sera SON œuvre. Elle est d'envergure : il s'est mis en tête de changer le coq de SON clocher; il le veut géant, le plus haut du canton. Serait-ce pour contrebalancer l'insignifiance de sa propre silhouette, si grise et si maigrichonne ?

Il a tatillonné des nuits sur des règles de trois à rechercher le point G calculer et recalculer la résultante G, il a chipoté sur la gravité, la masse, le volume, n'a rien concédé à la pesanteur et ouf a finalement réussi à évaluer le point d'équilibre de SON énorme volatile et sa SURFACE DE BASE.

D'après la Corneille espionneuse, ce dernier résultat correspond parfaitement aux mensurations de mon avant-bras. J'apprends, en même temps que vous, que je suis sacré " mètre étalon es pattes de poulaille " !

- J'ai une idée curé, a suggéré la Corneille, pendant qu'on tient le ptiot t'Edmond, si on prenait son crâne d'œuf en gabarit pour la couronne de votre volaille...

Quoi ! Sombre Corneille a osé prononcer " crâne d'œuf " ! Edmond est furax. Sa mémé l'aime bien, elle, ce crâne d'œuf, elle en est très fière, même qu'elle l'appelle affectueusement son joli petit Modigliani.

Edmond va se venger. Il va jouer un sale tour à ces deux profiteurs.

Ils ignorent que, lorsqu'il se met en apnée, il peut à loisir faire se boursoufler ou dégonfler le pourtour de sa tête.

Docilement il se laissera mensurer le crâne, ce beau crâne oblong qu'il aura enflé au maximum.

Lorsque curé auréolera son œuvre, le fier coq et son Maître vont avoir l'air fin ! La couronne bien trop large pendouillera penaudement de guingois, sur les barbillons du poulet !

....................................................................................................................

* les gaudes (toujours au pluriel) : bouillie de farine de maïs torréfiée, mélangée à du lait, en Bresse, Bourgogne Franche- Comté.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
original et savoureux bravo ! bises et belle soirée
Répondre
Marie a toujours des idées originales et amusantes ! Bonne soirée mademoiselle Jeanne .
L
Ah ha ha ! Bravo les amis, trop bien comme diraient les gamins ! Façon de parler, le trop n'est pas en excès, c'est une marque de qualité ! Le sourire en lisant, l'éclat de rire devant le dessin, j'ai mis le temps pour venir jusqu'ici mais je ne regrette rien (comme d'hab', au demeurant). Bises virtuelles et néanmoins amicales à vous deux.
Répondre
Eh eh ! trop sympa le commentaire ! merci beaucoup pour cette visite sympathique et ce joyeux moment de lecture. Bises de nous deux.
D
Quel humour subtile , c'est toujours un plaisir de vous lire.
Bises amicales.
Domi.
Répondre
Hello Cap'tain merci pour votre visite toujours appréciée.
bises de nous deux.
D
c'est original et j'ai lu jusqu'au bout, d'une traite. Allez Edmond, sourit, tu m'as bien fait rire. Bises
Répondre
Merci pour votre lecture Durgalola, bien heureux qu'Edmond vous ait fait rire, il n'est pas si morose le gars !
C
Oh ! Super ! Et, cette réplique en dessin : bravo à vous deux ! Bonne fin de soirée et belle semaine !
Répondre
Bonne semaine a vous et merci pour votre amicale visite: amitiés de nous deux.
J
Eh bien Edmond n'ergote pas quand il se venge . j'ai bien ri aussi en voyant le dessin .
Bonne soirée
Bises
Répondre
Ah ça , le gars Edmond n'est pas une poule mouillée ! merci pour votre amicale visite Jazzy.
A
Très très important le polygone de sustentation, pour un Edmond à l'ErGOt surdimensionné. ];-D
Merci à vous deux belle poilade ! + une recette du terrrrroirrrrr.
Répondre
Quand on chausse du 72 comme Edmond on ne risque pas de trébucher en effet, et puis c'est un truc pour faire tomber les poulettes : il leur fait un croche-patte !
M
J'ai beaucoup aimé mais pas très inspirée pour le commentaire. Belle semaine.
Répondre
Eh bien nous, en tous cas, on a bien aimé votre visite ! bonne semaine Martine .
A
Sa "vengeance" sera à la hauteur de son ennui et ce n'est pas rien... Monsieur le curé et la corneille s'en souviendront longtemps !!!!
Répondre
Oui mais il se pourrait qu'ils se réunissent autour d'une bonne écuelle de gaudes (avec du sucre ) miam.
J
Pauvre Edmond... passer pour un coq à son âge... elle fantasme la Corneille, vite à confesse la vieille !
Merci pour cette belle histoire, vrai qu'il aurait mérité au moins 2 bolées ce pauvre Edmond dont c'est la fête ce lundi.
Répondre
Mais oui au fait ! c'est la fête à Edmond ce 20 novembre ... et c'est aussi aujourd'hui qu'on fête les Agape et les Dorus (qui sont des prénoms un peu tombés en désuétude je trouve.)
J
Bonjour Marie et François, fallait un moule, pas une moule, mais Edmond à qui on a forcé la main, mais sait se venger, sourire... bon lundi Croqueurs, merci, bises, jill
Répondre
Oui mais attention il en faut un bien solide parce que sinon le moule s'effrite. bises de nous .