Défi n° 173 (statufié sur un banc) proposé par "La cachette à Josette" pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

.

 

" On vous a servi une boisson qui vous a statufié sur un banc public ! Racontez ce que vous voyez, entendez et même ce qui se passe dans votre tête".

...........................................................................................................

- Ah monsieur ! Je crains que vous ne fassiez confusion...

- Ah mais voyons monsieur, quoi donc ? Je ne fais que reprendre possession de mon "tuyau de poêle", gorge de pigeon.

- Ah non monsieur, c'est mon "tube" que vous vous apprêtez à chausser. Votre huit reflets patiente, suspendu à ce perroquet.

- Ah monsieur, mais vous avez raison ! nos hauts-de-forme se ressemblent d'une indéniable façon, veuillez excuser ma méprise. Je me présente: Hilaire Germain Edgar De Gas, dit Edgar Degas.

- Enchanté, monsieur. On me nomme Hans Christian Andersen, sans surnom connu, hormis celui de "Pierrot" dont m'affuble un fâcheux, un certain romancier envieux...

Pour clore avec courtoisie cette anecdotique étourderie, Hilaire Edgar, fort civil, m'invita à liquider en sa compagnie le reliquat de la bouteille de "fée verte" qu'il venait d'immortaliser, en un tableau nommé fort à propos "L'absinthe".

Que bus-je? absinthe ou sulfate de cuivre ? Je ne saurais dire...

Toujours est-il qu'après avoir absorbé ce breuvage, je me retrouvai bizarrement figé, statufié, pétrifié, sur un banc public.

Me voici à la merci de la populace, qui questionne.

- Qui c'est ce gonze qui bronze sous ce bronze ?

- Dis-moi beau prince, ce livre fermé et beaucoup, beaucoup trop... bien protégé... que cache-t-il ? du grivois ? du polisson ? Est- ce que sous ton beau galurin tu camouflerais un esprit libertin ?

... Et de me tortiller le nez en signe de complicité.

Je me sens livré aux désœuvrés dont le métier est de flâner. Ils rôdent à mon entour.

Certains tartufes ironisent, aspergent mon chapeau du restant de leur bouteille d'eau.

-  Oh mais il a l'air fiévreux ce coco, engoncé dans son frac sous les cocotiers...

Des persifleurs en tongs, bermudas et caméras, d'une main molle me tapotent l'épaule puis s'en vont trainailler à la recherche de nouveaux sujets à gloser.

- Waouh ! respect mon pote ! même pour siester sous les palmiers tu gardes ta tenue de grand argentier ! Cool vieux frère... cool !

Cet hiver, ils se réuniront pour une soirée écran géant-Kodak-vacances- bière et cacahuètes. Un seul d'entre eux me remarquera et questionnera en chuintant (l'effet cacawouètes).

- Hé Lulu, qui ch'est che jules incongru ?

- Bof, chais plus son nom. J'crois bien qu' c'est une huile du coin qu'a fait fortune dans la graisse de palme.

Ceux que je redoute le plus sont les troupeaux de badauds.

Le badaud d'élevage est un redoutable lourdaud, un nigaud, un ostentatoire tapageur qui bruit pour amuser la galerie, qui chatouille, pelote, tripote.

-  Eh, les mecs ! ce bourge m'a tout l'air de s'ennuyer. Si on allait lui faire un brin de causette !

Misère ! Une turbulente flopée de mains m'assiège de caresses, tandis que des popotins moelleux et des croupions ossus s'abattent en bruyante bousculade sur  mes horizontalités. Hélas, aucun de ces fessiers n'a la délicatesse de celui de ma princesse au petit pois...

- Eh dis, l'ancien ! tu pourrais nous regarder au lieu de tenir ton nez levé vers le ciel, tu crains qu'il te tombe sur la tête ?

Ils ne savent pas ces niais que je guette le qvivit qvivit d'une belle hirondelle. Elle transporte sur son dos Poucette, une jolie fillette pas plus haute qu'un pouce qui a pour lit une coquille de noix et un pétale de rose en guise d'édredon.

Un jour l'hirondelle viendra me confirmer que Poucette a enfin trouvé son Prince.

Le sort qui me fut jeté par la fée verte sera enfin conjuré.

Je m'en retournerai alors en terre de Danemark, y convierai Hilaire Germain Edgar... histoire de tester sur lui les pouvoirs de l'aquavit !

.

 

 

 

.................................................................................................................................................

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ABC 10/11/2016 12:21

Marie en Poucette, délivrera le peintre des boissons du conteur ! Très joli tout ça :-)))

François & Marie 14/11/2016 10:56

Oui ! et même pas peur, parce que ça peut être vertigineux de chevaucher une p'tiote hirondelle, on ne dirait pas comme ça . Merci pour votre visite ABC.

dimdamdom59 09/11/2016 23:20

Durgalola a trouvé les mots que je ne trouvais pas. Je complète par un grand bravo!!!
Bisous les amis.
Domi.

François & Marie 14/11/2016 10:57

Merci madame Dim Dom, pour votre visite amicale . bises de nous deux.

durgalola 09/11/2016 16:55

quel dessin rigolo ! et le texte un mélange d'intelligence et d'humour ; merci et bonne soirée

François & Marie 09/11/2016 20:32

Merci pour votre sympathique visite, le petit personnage de Marie a pris la place de Poucette, il s'agit d'un conte qu'affectionne particulièrement Marie l'auteur, alors c'est un petit hommage . bonne soirée à vous .

luciole 83 08/11/2016 22:53

Marie n'a pas le vertige ! Elle semble bcp s'amuser sur son hirondelle !
Mélanger les effets de la "fée verte" et les pouvoirs de "l'aquavit" doit être redoutable ! Me souviens d'un jour où, après un mètre de neige dans les Vosges, 8 H d'avion, une violente claque d'air bouillant et humide en sortant de l'avion... en Guadeloupe... le cocktail de bienvenue au Ti Punch m'a littéralement mis KO ! en quelque sorte "statufiée" ! Et pour la nuit complète ! Sonnerie désagréable dans les oreilles et impossible de penser et de parler ! zombi !Bref, ma 1ère cuite à plus de quarante ans !
Alors cher Anderson, je compatis ...
Depuis, je me méfie !
Un régal chez vous, comme d'habitude !
Merci et bisous à vous deux

François & Marie 09/11/2016 20:40

Ahhhh d'accord , voilà enfin révélé le mystère des morts vivants de ces contrées lointaines, il ne s'agit nullement de rite magique d'initiation pour atteindre un degré suprême de transmutation vaudoue, c'est juste une grosse beuverie à base d'alcool local . Chez nous la fée verte peut faire du dégât, d'ailleurs, le texte de Marie en parle tout en finesse puisse Edgar 'Dégât' apparait comme personnage . Bises de nous deux.

Jeanne Fadosi 08/11/2016 18:38

Bravo vous aviez déjà reconnu Andersen ce qui vous a inspiré un savoureux récit et un charmant dessin.
bises et belle soirée

François & Marie 09/11/2016 20:43

C'est toujours utile de capter quelques indices solides pour ensuite dérouler une histoire savoureuse. Marie s'y entend parfaitement . Belle soirée à vous.

Andiamo 07/11/2016 11:04

Joli récit M'Dame et joliment illustré, conservez cet illustrateur de talent je vous en prie ];-D

Quant à l'aquavit, vous avez fait remonter de jolis souvenirs : Il y a un "certain temps" près de Richelieu-Drouot, sur les grands boulevards,, un joli restaurant arborait fièrement sa vitrine dans laquelle un moulin à eau miniature tournait sans cesse.
Ce restaurant se nommait "Le moulin de Skansen" on y dégustait des spécialités norvégiennes, accompagnées d'aquavit ! Le décor ? Un mini village Norvégien, fait de petites maisons multicolores, dans lesquelles les tables étaient dressées.
Ce restaurant typique et charmant a fermé hélas ! Andiamette et moi même, en gardons un souvenir ému.

François & Marie 07/11/2016 20:28

Marie n'a pas l'intention de se séparer de son dessinateur, ce dont se réjouit ce dernier ! Vos souvenirs de vitrine mettent l'eau à la bouche ! Ces spécialités norvégiennes devaient être bien plus goûteuses que les boulettes de gnou que l'on déguste à la cafét' du meuble en kit.. il faudrait peut être les déguster avec de l'aquavit mais chez le géant de la table basse Götöblkuk on ne trouve que du sirop de fougère au suc de pépin de nèfles. saluez Andiamette pour nous deux !

Josette 07/11/2016 10:35

Merci pour cette belle participation ,
avec elle le sort d'Andersen est levé il oublie enfin la belle qui l'a oublié et il va enfin retourner près de sa petite sirène...sur les ailes de cette belle hirondelle...mais que va devenir Degas ?
ces statues de plus en plus présents sont soit "invisible" aux passants soit malmenées par le trublions...
bonne journée à tous les deux

François & Marie 07/11/2016 20:29

Marie sait bien que sous cette carapace de bronze bat un coeur de poète . bonne soirée Josette merci pour ce joli défi.

Lenaïg 07/11/2016 10:00

Bonjour amis François et Marie. Que tout ceci est fort joli et bien trouvé ! Une rencontre de deux grands artistes due à un mélange de chapeaux, Andersen statufié qui malgré les quolibets de passants mal embouchés, conserve intacte sa capacité à rêver et imaginer, ce qui le sauvera, je n'en doute pas, il reverra le gars Degas. J'ignorais, Marie, que tu pratiquais le vol à dos d'hirondelle. Bises virtuelles amicales, et bravo !

François & Marie 07/11/2016 20:30

Donnez un défi à Marie et elle le transmute en pépite de poésie et d'humour. Merci pour votre amicale visite Lenaig .

jill bill 07/11/2016 08:08

Bonjour Marie et François, ah oui il n'attend que ça une paire d'ailes pour en finir avec sa vie statufiée, certes un honneur dans la reconnaissance, mais tout de même, lourd à porter, à vivre... on comprend ses soupirs... !!! Merci à vous deux et bon lundi Croqueurs, au plaisir, jill

François & Marie 07/11/2016 20:44

La petite Poucette est un conte charmant qui élève l'âme et apaise le coeur. Marie dans son écriture, fait preuve de beaucoup d'esprit ( à ne pas confondre avec l'aquavit ou la fée verte qui sont eux des spiritueux...) et son écriture peut également être délicieusement enivrante ! bonne semaine madame Bill !