Défi N° 167 ("Parodie") mené par le Commandant Domi pour les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

.......................................................................

Domi nous propose de parodier un texte.

.......................................................................

La guirlande de Noël ayant roupillé

jusqu'au début de l'été

sur la corniche d'une armoire cironnée,

s'éveilla toute nouée, déphasée, affamée.

D'en haut, elle examina le monde d'en bas.

Pas le moindre épicéa,

pas de cadeaux à tire-l'arigot,

pas de boules enneigées,

ni traîneau,

ni bonhomme en rouge manteau.

Elle en fut fort désorientée,

n'ayant expérimenté que cette hivernale fraction de l'année.

Elle héla une sorte de ruban rustaud qui pendillait par là:

- Psitt ! Hé, la guirlande jaunasse.

- Holà ! modérez vos propos, la filasse

et sachez que je ne suis point un ornement futile

mais un gluau à mouches,

aux hôtes de ce logis bien utile.

De plus, je stocke sur mon résineux bien gras

quelques insectes amuse-bouche,

justes en en-cas.

- Fi ! quelles réjouissances,

ni foie gras, ni surfins chocolats,

seulement quelques repoussantes dépouilles en pitance...

- Ma chère, je goûte fort peu votre condescendance...

- Aurez-vous l'obligeance de me prêter assistance ?

- Ça se discute... Éclairez-moi plutôt: comment diantre grimpâtes-vous

en ce sommet où je vous vois ?

- Ce fut un rapt, ma foi:

par le Grippeminaud des lieux, là-haut je fus entraînée,

embirlificotée puis lâchement abandonnée.

La belle soupira, des cils papillonna,

de ses paillettes argentées, clignota.

- Une légère fringale me titille céans,

me ferez-vous l'aumône de quelque becquetance ?

- Que faisiez-vous pendant cette longue portion d'an

où j'amassais ces minuscules engeances ?

- Je dormais.

- Vous dormiez ? j'en suis fort aise,

eh bien rêvez maintenant !

Moralité:

"Tout individualiste se verra, le jour de la fête des voisins, rayé catégoriquement de la liste des dévoreurs de cakes aux courgettes et autres taboulés trop persillés."

..........

Le persiflage du gommeux ne désarçonna point la futée au boa argenté.

Hé hé, elle aussi pratiquait " La Fontaine pour les Nuls" en livre de chevet.

Monsieur Jean n'y a-t-il point proverbié:

"Aide-toi, le ciel t'aidera".

Elle s'y employa:

de son faîtage s'élança, gracieusement voltigea

jusqu'au mol ruban où, plof ! elle se scotcha

pour avidement gober les moucherons englués.

Contrarié, le frisoteux voyait son beau garde-manger pillé

par une effrontée donzelle qui avait pourtant joué la dégoûtée.

Amusé, il la contemplait se délecter.

Subjugué, il se sentait charmé.

Extasié, il la trouva sexy...

Conquis, il lui sourit.

Il capitula, faisant sienne la pensée du roi François, friand de salamandre:

"Souvent femme varie, bien fol qui s'y fie."

Moralité:

" Selon que vous serez affriolants ou réservés, de Nankin à Juan-les- Pins, vous embobinerez plus ou moins prestement un pékin."

......................................................................................

Jean de La Fontaine, sa cigale, sa fourmi et ses animaux malades de la peste, ont toléré d'être contrefaits.

François Le Ier, tenant en laisse son batracien amphibie, a gracieusement tenu un petit rôle de figurant.

François (le Ier en dessins de p'tiots) a talentueusement assuré le malicieux décor.

Sans oublier Atanase Périfan (instigateur de la fête des immeubles) qui vint trinquer, en bon voisinage !

Merci à tout ce beau monde !

Défi N° 167 ("Parodie") mené par le Commandant Domi pour les Croqueurs de Mots.

.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Bravo! J'aime beaucoup! Même si les "guirlandes" tue-mouche me "hérissent le poil".
Répondre
J
Je n'avas pas vu ni lu c'est excellent me suis régalée avec cette parodie où les invités célèbres sont nombreux .
Bonne journée
Bises
Répondre
M
Merci Jazzy d'être venue vous promener par ici !
J
Excellent ! bravo ! bises et belle soirée
Répondre
Merci, Marie a des talents de fabuleuse fabuliste bonne journée à vous, bises de nous deux.
C
Mille et un bravos à vous deux : C'est SUPER BON ! J'adore ! Bonne soirée ! Amitiés♥
Répondre
Merci beaucoup pour votre visite de "gourmet" chez nous, amitiés des Cabardouche.
M
Bravo à tous deux, quelle imagination ! L'idée est excellente. J'ai aimé aussi les deux fables qui se completent et le trait d'humour sur la fête des voisins. Merci de ce plasir de lecture et du dessin très amusant
Répondre
C'est la magie du verbe et le plaisir des fables elles sont intemporelles et plaisent toujours autant, surtout quand Marie les recuisine avec sa plume gourmande. Bonne journée à vous Martine.
L
Je suis bouche bée ! c'est du grand art, vraiment ! aussi bien pour l'un que pour l'autre... imaginer une histoire de guirlandes pour parodier La Fontaine ??? Et en plus en amour avec un collant- tue mouches... c'est du génie !
Et pourtant, j'en ai un souvenir dégu.... dégoutant, répugnant de ce truc à mouches qui pendouillait dans toues les pièces chez mes grands mères... d'où partaient un potin de cris aigus, de crissements... et d'où tombaient de temps à autre une bestiole engluée à force de se débattre.... Il y en avait partout ! et quand le truc était plein à craquer, forcément il tombait et alors c'étaient des hurlements de gosses.... dégoutés ! moi à tous les coups ! ah l'horreur !
Marie, ce n'est pas gentil de transformer François en truc à mouches, franchement ! pouah !

Un grand bravo, merci et bisous admiratifs à tous les deux
Répondre
Effectivement Marie a du génie pour évoquer avec élégance cet article gluant qui pendouille dans les recoins de vieilles maisons. Même De la Fontaine n'y a jamais songé ( il a bien pensé à la mouche du coche, mais pas à l'accroche de la mouche) . Quant aux p'tiots ils ne sont pas à une bêtise près.... Bonne journée à vous .
A
J'ai connu de ces guirlandes, collantes z'et gluantes à souhait !
Regrettant parfois de ne point les voir se décrocher de la suspension à unique ampoule trônant au-dessus de la soupière... ];-D
Répondre
mais si ça décroche ça choit dans la soupe et ce n'est point bonne pitance ! bonne semaine m'sieur Andiamo !
J
Et me voilà engluée, charmée et contrite à la relecture de ces fables...tel sieur Corbeau j'ouvre un large bec pour en laisser tomber des louanges.
je redoute le défi 168 !
Répondre
Ne soyez pas craintive, le défi prochain ne devrait pas être trop dur... Marie et moi sommes intimidés car c'est la première fois que nous nous lançons...bonne semaine et à bientôt .
J
Bonjour les compères... ah excellent travail comme tjs... quant aux rouleaux à mouches... les imaginer à Noël dans le sapin, sourire ! A la prochaine, chez vous donc !!! Bises
Répondre
eh oui chez nous donc ! nous avons intérêt à préparer de bons gâteaux et quelque chose à boire si jamais il y a beaucoup de monde ...