Défi n°151 ("Les sept péchés capitaux"), proposé par "Quai des rimes" pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

Thème "Les sept péchés capitaux"

- Orgueil   - Avarice   - Envie    - Colère   - Luxure   - Paresse   - Gourmandise. 

..................................................................................................................

Madeleine-Marie (esserehcép inversée) s'agenouille dans l'obscurité du confessionnal.

Elle grommelle.

- Et ça scie toujours autant les rotules.

Tchac ! Sursaut de Madeleine-Marie. Le moucharabieh de bois a frisé son bout du nez en claquant.

- ...Eh ! ... Bonjour jeune homme...

- "Mon Père". Vous devez m'appeler "mon Père".

- D'après ce que j'entraperçois, vous avez l'âge d'être mon petit-fils !

- C'est le rituel. Et puis ne me dites pas "bonjour" ... Ici, on fait dans l'intemporel, la formule consacrée est  "bénissez-moi mon Père parce que j'ai péché".

-... On m'a toujours conseillé de dire bonjour aux gens. Et puis qu'est ce qui vous fait supposer que j'ai péché ? 

- J'en suis certain. Si vous êtes là c'est pour vous repentir de vos fautes et en rechercher l'absolution. Je vous écoute ma fille.

- ("Ma fille "! glousse glousse !) Vous êtes bien prétentieux avec vos certitudes, à la frontière du péché d'orgueil

- Oubliez mes péchés, revenons aux vôtres. Laissons de côté les véniels, attachons-nous aux capitaux.

- Prenez garde mon garçon Père, en vous attachant aux capitaux, vous tombez dans le piège de l'envie et si vous les conservez jalousement, dans celui de l'avarice... 

-  Sachez que je ne suis point pingre mais âme charitable.

-  Fort bien ! Alors, filez-moi donc un de vos coussins joufflus, ça soulagera mes genoux et vous fera paraître moins paresseux.

- Paresseux ? Je ne vous permets pas...

- N'est-ce pas se conduire en indolent que de se réfugier dans le cocon lambrissé de ce confessionnal, de s'y pelotonner en affectant une attention condescendante  miséricordieuse aux confidences chuchotées ? En réalité, la béatitude affichée, reins encoussinés et mains croisées sur un bedon rebondi (signe d'inclination à la gourmandise), traduit la paresse, mère de tous les vices... dont, la luxure ...

- Suffit ! Vous dépassez les bornes.

- Héhé, mais... vous voilà en colère ! Pour la peine, jeune homme vous réciterez une, non! deux, dizaines de chapelet. Quant à moi, en me faufilant dans cet isoloir, j'ignorais que vous y étiez célébrant. Depuis longtemps j'avais dans l'idée de revenir, officieusement, détailler cet habitacle clos dont il m'importait de démystifier l'atmosphère. Dans mon enfance j'avais obligation d'y énumérer d'insignifiantes forfaitures, laborieusement  et anxieusement listées (bon sang comment en dénicher au moins trois... et si on en oublie.. est-ce qu'on va en Enfer ?). Après les avoir fébrilement crayonnées sur un minuscule carnet à spirales, aussi riquiqui que mes larcins, je devais les énumèrer dans ce tombeau vertical, sous l'œil inquisiteur de Caïen. J'en ai gardé une telle aversion que durant des décennies, lorsque j'estimais avoir transgressé les Lois du Ciel, plutôt que de pénétrer à nouveau dans ce sarcophage, j'ai décidé de traiter directement avec le Très Haut. J'ai eu confiance en Sa clémence, j'ai décrété qu'Il légitimait mon auto-absolution et m'autorisait à redémarrer en paix. Alleluia ! 

-  ... Euh... Amen !

Défi n°151 ("Les sept péchés capitaux"), proposé par "Quai des rimes" pour les Croqueurs de mots.

.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Savez-vous que votre Jésus est démodé, moi j'en connais un qui désormais confesse sur Fesse Bouc pour preuve .... http://www.gamaniak.com/image-5590-facebook-jesus.html
Tout récemment il m’a proposé son amitié sur FB que j’ai acceptée aveuglément. Mais voilà que la copine Marie-Madeleine celle qui se prend pour une sainte parce qu’elle faisait la pédicure de Jésus est venue me faire un sermon que je trouvais un peu sévère.
Voilà qu’elle m’écrit que dans la liste d’amis de Jésus il y a un certain Juda ou Judo, c'est un cas. Il surveille toutes ses allées et venues sur son mur et qui n’a de cesse de souiller ses paroles, et voilà qu'elle lui fait la morale. Si Jésus savait que cette pétasse s’amuse à vouloir le seconder il resterait cloué sur place.
Oui mais Jésus est si sage, qu’il ne pense jamais à sévir et ne soumet personne à la tentation de le défendre que du contraire il nous délivre du mal…
Ah qu’il est difficile d’aimer inconditionnellement!!!
Bon après cette histoire sordide je crois que je ferais mieux de me sauver et d’arrêter de me prendre au jeu stupide de Facebook.
Bisous vous deux et merci pour ce moment pur délire ;)
Domi.
Répondre
"Face Bouc" est l'autre nom de "Visage de satan" il faut le fuir en se frappant le dos avec le vert des poireaux et se ceindre de feuilles de mûrier qui piquent un peu, cette sainte expiation devrait vous permettre d'entrer en odeur de sainteté.(ou sinon vous avez les savonnettes à la lavande qui vont bien.) bonne journée madame Dim'Dom. Bisous de nous deux.
D
c'est un texte frais, et très gai .... et cela me rappelle aussi mon enfance où j'inventais les péchés ... car j'avais l'impression que plus la liste était longue, plus me serait remis ...
il y a plus de 20 ans, le prêtre de notre ancienne paroisse marchait de long en large avec toi dans l'église et l'échange était bon pour le moral ... bonne soirée
Répondre
Merci , Marie aime la fraicheur et la gaité ... c'est pour ça ! quant à inventer des pêchers on pourrait en faire un défi d'écriture ce serait amusant . Bonne soirée à vous.
A
Excellent ! On m'y a contraint et forcé comme beaucoup, j'en ai gardé une profonde et irréversible aversion pour toutes les religions !
Quand l'homme comprendra t-il qu'il n'y a rien après la mort ? Dieu c'est le Père Noël des adultes, Ni rien ni personne ne régit nos vies, pas plus un Dieu que le mouvement des planètes. Nous sommes seuls, et avons en mains notre destin, et c'est bien ça qui est effrayant !
Répondre
De quoi ...? le Père Noël n'existe pas ? M'sieur Andiamo vous n'êtes qu'un mec réant ! (qui rée, et l'air y sonne !)
C
Que j'ai aimé lire cela ! L'illustration est si bien choisie aussi ! Bravo ! Bon mardi ! Amitiés♥
Répondre
Il ne faut pas croire ceux qui disent que la "pêche est mortelle" sinon on les met à l'amande.
A
Z'avez la pêche le duo infernal ];-D
Le plaisir d'écriture est doublé quand il rencontre des lecteurs comblés ! bonne journée à vous, amitiés de nous deux.
L
Hé hé, Madeleine-Marie petite fille est vengée par Madeleine-Marie adulte et d'un âge canonique, qui a bien fait d'aller en reconnaissance dans ce confessionnal et d'inverser les rôles, surtout que le prêtre qui y est installé ne peut nier les accusations ! Ah, c'est très original et délectable : au moins, on y parle vrai dans ce confessionnal, on n'échange pas que des phrases toutes faites qui, surtout pour les enfants, ne voulaient pas dire grand chose ... Petite fille, j'aurais bien aimé, moi aussi, avoir une vraie conversation et, en effet, ne pas préparer une petite liste de péchés que j'inventais plus ou moins ... Le dessin est magnifique, de son côté ! Un grand bravo, Marie et François, merci pour ce nouveau plaisir ! Bises sincères et distinguées !
Répondre
Oui quelle curieuse chose que cet édicule en bois où il fallait absolument inventer une ânerie pour plaire au monsieur de l'autre côté du grillage. Et le pire c'était que la punition était sous forme de prière. M'enfin ...en tant qu'ancien enfant de "cœur" je me souviens que ça ne nous empêchait pas de lui piquer son vin de messe mais ça, on n'avait pas le droit de le dire parce qu'une prière n'aurait pas suffit. Bonne journée Lénaïg, bises de nous deux.
M
J'ai beaucoup aimée ces rôles inversés et en plus je me suis identifiée à cette pécheresse inversée quand elle était enfant et que j'étais obligée de m'enfermer dans ce confessionnal sans voir vraiment celui à qui j'allais me confier. Je ne savais que lui dire....Merci de votre participation
Répondre
Mais personne ne savait quoi dire ! pour moi un pêcher c'était avant tout un arbre avec de bons fruit duveteux. merci de votre visite Martine .
J
Bonjour Marie et François, ah je me rappelle à l'école catho lorsque nous devions passer au confessionnal... une sainte horreur !! Ah le dessin, les curés des hommes comme les autres, merci à vous, bises de jill
Répondre
Oui les curés sont des hommes comme les autres, je suis certain qu'ils devaient pas mal s'amuser à écouter les gamins leur avouer qu'ils avaient poussé leur petite sœur dans une flaque de boue ou qu'il avaient fait pipi dans l'eau de vie du père Matthieu pour le faire enrager. Bises de nous deux.