Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

jeudi poésie (défi 276 )proposé par Les Cabardouche pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

La bouteille à la mer inversée.
Déclarez votre désir de vivre sur une île déserte en déclamant un poème à un naufragé inconnu. 

ö toi, Robinson qui crut Zoé
Qui s'en fut soudain commencer sa vie
Sur une île lointaine bercée d'alizés
Je t'écris cette bouteille en forme d'élégie

Ici le monde moderne toussote il va mal
Les saisons s’emmêlent on voudrait rêver de neige
Les nouvelles ne sont pas gaies et barbouillent le moral
La retraite la Russie les grognards font cortège

ö toi Robinson qui crut Zoé
Je voudrais envier ta vie de naufragé volontaire
Sur ton île secrète vouée à Parsiphaé
Tu y traces ton chemin en humble locataire

Pourtant Robinson qui crut Zoé
A faire les cent pas à métrer ton île
Ne sens-tu pas une lassitude de buissonnier
La liberté ultime est histoire de cinéphile

Ne te lasses-tu pas de ces grèves sans nuages ?
Les bruits de la ville ne manquent-ils pas à tes rêveries ?
Je doute fort d'aimer  un tel voyage
Mon bonheur est ici à deux pas près de ma mie.


 

Partager cet article
Repost0

Défi n° 276 proposé par Les Cabardouche

Publié le par François & Marie

Les niveaux de langue.
Faites dialoguer des personnages qui n'ont pas le même niveau de langue, exemple :

  • niveau de langue courant : Je n'ai pas lu ce livre.
  • niveau de langue familier Ce bouquin, je l'ai pas lu, moi.
  • niveau de langue soutenu  Je n'ai point lu cet ouvrage.

-------------------------------------------------------------

gaudes ; bouillie de farine de maïs populaire en Bresse.

Partager cet article
Repost0

Jeudi Poésie ( défi n°276)

Publié le par François & Marie

Ouvrez un recueil de poésie, choisissez un poème qui résonne en vous, transcrivez-en le premier vers et continuez le poème à votre façon en vous laissant la liberté d’écrire un texte bref ou plus long.

 

Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage
Et qui des terres lointaines, rapporta du saucisson
En un joli panier tapissé de calissons
Mets délicats que ne saurait goûter l’anthropophage

Plus me plait ce savoureux paquetage
Que le vol hiératique d'un sacré papillon
Cherchant à rejoindre la coiffe d'or d'un pharaon
Je préfère dans les haies me livrer à quelque maraudage

Un joyeux chapardage en tous points malicieux
Courir dans les fossés parés de verts en camaïeux
Ne pas craindre les réprimandes de Dame la fouine

Piquer prunes et poires cassis de Saint-Brieuc
En cuire des confitures pour goûter délicieux
Et savourer avec ma mie de joyeuses tartines

 

( inspiré de Joachim du Bellay 1558)

 

Partager cet article
Repost0

Les Cabardouche à la barre du défi n° 276

Publié le par François & Marie

Les Cabardouche prennent la barre de la coquille pour cette quinzaine et vous proposent les sujets suivants : 

Jeudi poésie du 26 janvier
Premier vers
Ouvrez un recueil de poésie, choisissez un poème qui résonne en vous, transcrivez-en le premier vers et continuez le poème à votre façon en vous laissant la liberté d’écrire un texte bref ou plus long.
 
N’oubliez pas d’indiquer, en bas de page, de quel(le) poète provient le premier vers.

Défi n° 276 du lundi 30 janvier
Les niveaux de langue.
Faites dialoguer des personnages qui n'ont pas le même niveau de langue, exemple :

  • niveau de langue courant : Je n'ai pas lu ce livre.
  • niveau de langue familier Ce bouquin, je l'ai pas lu, moi.
  • niveau de langue soutenu  Je n'ai point lu cet ouvrage.

Jeudi poésie du 02 février

La bouteille à la mer inversée.
Déclarez votre désir de vivre sur une île déserte en déclamant un poème à un naufragé inconnu. 

Bonne inspiration à toutes et à tous !

Partager cet article
Repost0

Défi n°275 proposé par Durgalola (Petites graines) pour les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

Durgalola nous propose de composer un texte qui débute par la phrase
"Le premier jour de l'année, surtout me plaît." (extrait des "Notes de Chevet" de Sei Shônagon, dame d'honneur d'une princesse au Japon - 11 ème siècle.)

"Le ciel pur se voile d'une mystérieuse brume. Tous les hommes soignent particulièrement leur figure et leur tenue, ils présentent leurs souhaits au Prince et aussi à eux-mêmes. C'est vraiment ravissant."

............................................................................................................................................

“ Le premier jour de l'année surtout me plaît .”
Dès minuit sonné, le village franc-comtois résonne du tintamarre des pétards qui éclatent et des cris joyeux d'une douzaine de conscrits. Ces jeunes gaillards guillerets font bruyamment savoir qu'ils auront vingt ans dans l'année et partiront accomplir leur service militaire.
Un clairon qui sonne abominablement faux et un drapeau fièrement brandi précèdent cette troupe en délire ; cocarde bleu blanc rouge au revers du veston, grands sacs en bandoulière ou hotte sur le dos, ils toquent à toutes les portes et quêtent en chantant La Chanson du Bon An.
Il eut été fort discourtois de ne point sacrifier à la tradition en ne les accueillant point.
Les tartufes qui éteindraient leur lampe en les entendant arriver auraient droit à des souhaits beuglés "On vous souhaite la goutte au nez toute l'année". Ou encore " On vous souhaite d'être envahis de souris et de rats sans chien ni chat pour les attraper ". Tout reste pourtant bon enfant.
Cette nuit de Saint Sylvestre la jeunesse masculine ne se couche pas. Les filles de l'âge des conscrits – les “consentes” - ne se montrent pas, pourtant dans quelques jours elles seront galamment invitées à un grand repas.

Des coups de feu sont tirés devant les maisons de ceux que les conscrits veulent honorer. (Souvent il s'agit de la demeure de leurs “blondes”, leurs amoureuses, qu'elles soient blondes, brunes ou bien rousses !
À l'aube les joyeux lurons mettent en commun les victuailles récoltées et s'attablent, en médianoche rustique, pour un banquet de charcutailles, cancoillottes, gruyère (qui ne s'appelait pas encore comté), galettes au goumeau, bugnes, vin et café à gogo.
Le soir du premier de l'an, des “tourneurs de Fayes” (failles) montent sur une colline qui surplombe le village. Ils ont fabriqué des torches rustiques faites de gros tampons de paille tirebouchonnés fixés sur de longues perches. Ils les allument et les font tourner dans le noir. Agréable spectacle ces cercles de feu qui symbolisent le cycles des saisons et la course du soleil. Sans doute une survivance de la civilisation celtique qui glorifie le retour de la lumière après le solstice d'hiver.
Les spectateurs ravis rentrent chez eux, contents de retrouver la chaleur de la grosse cuisinière à quatre trous. Si ses braises rouges crépitent en bouquet de joyeuses étincelles, c'est de très bon augure, la maison sera protégée toute l'année.
Avec déférence, devant la famille attentive, le maître de maison libère de son piton l'Almanach des Postes Télégraphes et Téléphones de 1949 ( tout piqueté de crottes de mouches) et souhaite la bienvenue à celui de 1950.
Le décor était la cour... de la ferme comtoise !
Je venais d'avoir six ans et le premier jour de l'année surtout me plaisait...

 

 

Défi n°275 proposé par Durgalola (Petites graines) pour les Croqueurs de Mots
Partager cet article
Repost0

La légende du Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte Cabardouche pour l'Avent

 

jour 23 : Epilogue

Après avoir vécu une nuit de fêtes endiablée au son des bombardes cornemuses et bodhràn , où la frappe  des sabots fait vibrer le sol et valser le chouchenn, Santa Mama, le Père Noël et les deux ours sont rentrés à l'aube polaire pour finir de préparer la Grande Tournée.

Tandis que les Santa convoient les derniers paquets, ils ont le plaisir d'accueillir Kwanita le chasseur inuit. Il vient quelquefois au palais pour apporter des poissons, jouer avec les rennes et savourer les bonnes crêpes de Santa Mama.

Ce soir, Kwanita vient surtout pour partager avec ses hôtes un épisode qui semble t-il a bouleversé son existence de fier pêcheur .

Il exécute une danse chamanique destinée à illustrer l'apparition dont il a été témoin  en psalmodiant une mélopée incantatoire

- Aanaa aanaa illatigaa asavakkit Aanaa aanaa illatigaa asavakkit ...

les Santa, qui sont parfaitement polyglottes, sourient à cette transe dansée et échangent leurs commentaires.

- Hummmmm une histoire de Dame qui apporte de la joie en créant un tourbillon  provoquant l'hilarité .

- Une Dame avec une couronne de neige  qui chevauche une ourse géante avec sa jumelle ...

- Et qui laisse un grand vide dans le cœur du chasseur en s'envolant vers les couleurs du ciel ...

- Je crois Monsieur Santa qu'après la grande tournée de demain, nous devrions inviter nos amies bretonnes et Kwanita pour passer un gentil réveillon tous ensemble. Ils seraient certainement ravis de se revoir. 

- C'est une excellente idée ma douce amie .

Excellentes fêtes de Noël
à tous et à toutes
Partager cet article
Repost0

La légende du Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte Cabardouche pour l'Avent

 

jour 22 : la magie du Pillig Hud

Jamais le fest Krampouezh ne fut aussi joyeux ! Toutes les concurrentes devenues partenaires, tournent des crêpes et des galettes sur des airs de Fest Noz gaillards et entrainants. Madalen montre une habilité remarquable et chacune admire le doré des galette de Goulvenez. Les pillig virevoltent, ils semblent tous avoir été enchantés par celui de Santa Mama, mais ce n'est qu'une illusion : seul le cœur joyeux des pâtissières, libérée du stress d'être jugées, leur donne le pouvoir de produire les meilleures crêpes du Monde. 

- Tenez Dame Carmin, je vous rends votre précieux Pillig, c'est le vôtre et vous en avez bien besoin pour régaler vos proches. Je me rends compte que le mien est unique ! C'est celui de la grand-mère de ma grand mère, il est noir d'avoir tant brûlé de  galettes :  je n'en veux pas d'autres ! Lui seul cuit les krampouezh que j'aime .

- Merci Dame Beuzega ! Je crois que ce soir, vous avez enfin trouvé le véritable Pillig Hud : celui qui vous convient et qui vous permet de tourner des crêpes tellement fines qu'elles peuvent servir de dentelle pour confectionner les plus belles coiffes bretonnes.

Beuzega est toute émue, elle étreint Santa Mama, en chuchotant:" merci pour tout."

Azenor, quant à elle, papouille le petit ours. C'est grâce à lui et à sa maman, qu'elle a vaincu la nuit glacée du Pôle .

Pendant ce temps Santa est fort occupé à nourrir la grande ourse avec des pâtisseries tout à fait appétissantes.

- Où as tu trouvé ces gâteaux mon ami ?

- C'est une participante qui les cuit : c'est sa spécialité... Elle m'en a généreusement donné tout un grand sac.

- On dirait le Kouign Amann de Marivon, remarque Azenor .

- Oui c'est le nom qu'elle m'a donné répond malicieusement le Père Noël.

Partager cet article
Repost0

La légende du Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte Cabardouche pour l'Avent

 

jour 21: générosité

La foule des concurrentes voit arriver sur l'estrade , un étonnant trio : Azenor, Beuzega brandissant un pillig lumineux et une ourse blanche aux pattes griffues de la taille d'un poêlon. 

- Noz va ! Clame Beuzega. Vous êtes toutes rassemblées ce soir avec votre meilleur pillig pour vous mesurer dans un esprit rageur de compétition. Vous devez vous éliminer pour déterminer qui est la meilleures des pâtissières eud' Breizh. Mes amies, laissez moi vous annoncer que cette compétition n'a pas une bonne âme, nous ne devons pas nous jalouser pour nous éliminer les unes les autres. Nous devons au contraire nous rassembler pour pâtisser côte à côte.
Azenor et moi avons parcouru des milliers de kilometrad pour chercher le Graal des Paelon, le Pillig Hud !

- La foule : Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

- Et nous l'avons trouvé !

- Ooooooooooooooooooh

- C'est un objet sacré à la sagesse ancestrale, il nous a montré la voie et éveillé nos consciences !

La foule : wouaaaaaaah !

- La recette sacrée, celle qui garantit les meilleures des krampouezh, c'est celle qui vous permettra de les tourner dans un esprit de partage pour réconforter votre proches et donner de la force aux caribous !

La foule : hein ? aux quoi ?

- Aux chéris doudous, précise Azenor .

- Toutes les krampouezh sont différentes et c'est ce qui les rend uniques. Alors ce soir nous n'allons pas nous affronter mais nous allons toutes tourner les krampouezh à notre manière et les offrir  à tous ceux qui ont besoin de réconfort. Ce soir la fest Krampouezh devient la fête de la générosité où toutes les pâtissières sont les meilleures de toute la Breizh !

La foule galvanisée : Ouaiiiiiiiiis ! Vivent Azenor et Beuzega ! vive la krampouezh de la générosité !

Non loin de là Santa Mama  fait des crounchignous au p'tiot ourson et déclare attendrie à son époux :

- Aaaaah, ça fait du bien de sentir planer l'esprit de Noël...

 

Partager cet article
Repost0

La légende du Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte Cabardouche pour l'Avent

 

jour 20 les concurrentes

- Noz va Aelwenn !

- Noz va Fantig ! Alors tu es prête pour le concours ? Il va falloir briller ce soir , les meilleures sont présentes et toutes se sont entrainées comme des maout on va voir qui sera la kampion !

- Comme des béliers ? Ce sera moi ! j'ai une revanche à prendre sur les Kozh yar de l'an passé, mais j'ai bon espoir Aelwenn, Azenor et Beuzega ne participent pas ce soir je ne les ai pas vues .

- Nonnn ? Alors on a toutes nos chances ! et c'est pas cette empotée de Marivon qui nous effraie , elle ne sait faire que du kouign amann bien trop lourd,

- Et surtout, elle ne le donne pas, son Kouign amann, trois lurs le kilo, c'est pas chrétien .

- Ah ça , elle ne fait pas dans la dentelle la Marivon.

- Goulvenez est là ce soir, mais ses galettes on tellement le goût de brulé que même les goélands n'en veulent pas .

- J'ai  vu  Madalen aussi, elle est si maladroite qu'on risque de prendre un coup de pillig si on se tient à côté .

- Et les chinois n'ont pas pu venir, il paraît qu'ils ont la peste dans leur pays .

- Oui, alors quand on dit les meilleures ... finalement il ne reste que nous deux !

- Moui enfin surtout une, ma chère Aelwenn siffle Fantig comme un serpent qui va gober une souris. 

Soudain une clameur monte de la foule des concurrentes, de loin on voit arriver accompagnée d'un ours géant Azenor et Beuzega  qui brandissent un pillig brillant de mille feux. Sa lueur aveugle l'assemblée et transforme le tumulte en silence attentif...

Partager cet article
Repost0

La légende du Pillig Hud

Publié le par François & Marie

Un conte Cabardouche pour l'Avent

 

jour 19 : balade nocturne

- Youuuuuuu hou ! C'est une excellente idée d'aller faire un petit tour tous ensemble, déclare Santa Mama, ça faisait un moment que nous n'avions pas baladé l'ourse et son petit.
Ça va derrière ? vous n’avez pas trop d'air ?

- Non, non ça va, on supporte bien sa doudoune quand même. Dites donc, ça file à toute allure votre karrigel volant, s'étonne Beuzéga... mais je croyais, d'après ce qu'on raconte, qu'il était tiré par neuf karibous .

- Quand on fait la grande tournée, c'est vrai que tous les rennes participent , mais ce soir ce n'est qu'une petite balade avec un traineau  léger, deux rennes sont largement suffisant.

- Ah ben quand même ! une petite balade...Vous nous emmenez du Pôle Nord jusqu'en Breizh, moi je trouve que c'est une sacrée merdeadenn. 

- Une sacrée traversée traduit Beuzega, Azenor a raison : c'est très impressionnant. Nous serons juste à temps pour le début du Fest Krampouezh.

- J'utilise ce petit traineau pour les entrainements, une fois par semaine on fait un tour de la planète pour garder la forme.

- Oui mais ce n'est pas une raison pour faire des imprudences, Monsieur Santa ! Je compte sur toi pour bien clignoter dans les ronds points ! Il faudrait également lustrer le museau des caribous, je trouve qu'ils n'éclairent pas trop et tu feras bien attention pour te garer !

- C'est vraiment très gentil de nous accompagner Dame Carmin... grâce à vous nous allons pouvoir participer au festival !

- C'est bien normal, vous êtes braves et déterminées, nous avons envie de vous aider. Et maintenant, vous savez comment saisir facilement le poêlon, il suffit de le manier comme je vous l'ai indiqué.

- Nous ferons comme vous nous l'avez dit !

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>